Andréa Shindler

“Baignée dans un univers musical depuis mon plus jeune âge, la musique est rapidement devenue un moyen d’expression et d’exploration de ma créativité. Dix années de conservatoire classique en piano et ma formation en chant/chorale m’ont donné des outils solides pour la construction de mon identité musicale.

En parallèle de cette formation classique, mon intérêt pour l’improvisation libre et la composition sont nés. Il s’agissait pour moi de trouver des outils d’expression plus personnels. C’est notamment en participant à de nombreux stages de chant improvisé (dont plusieurs dans le désert tunisien) et à travers des rencontres artistiques clefs que j’ai commencé à développer des compétences en improvisation et en composition.

Ma passion pour la musique et ses vertus sur le plan humain m’ont ensuite orientées vers la musicothérapie. J’ai tout d’abord été formé à l’Atelier de Musicothérapie de Bordeaux, puis j’obtiens un master professionnel de musicothérapie à l’université Paris Sorbonne Cité.

La question de la créativité comme vecteur de bien-être fait partie des sujets qui me passionnent et orientent mes recherches en musicothérapie.

Dans le cadre de la musicothérapie, j’interviens très régulièrement auprès d’un public de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, dans des lieux tels que la Maison des Aidants ,  l’Accueil Thérapeutique de Jour Alzheimer ou encore d’autres structures rattachés au Centre Feron-Vrau de Lille.

En octobre et novembre 2017, j’ai animé des séances de musicothérapie dans le cadre du projet   » Le spectacle vivant pour rompre l’isolement » proposé par le Colisée de Roubaix. »

Benjamin Macke

Né en 1983 à Hazebrouck dans le Nord de la France. Issu d’une famille de musiciens d’harmonie, il pratique les percussions classiques pendant 12 ans. A 15 ans il s’oriente plus particulièrement vers la batterie et le jazz sous plusieurs formes : quartet, big-band, New-Orleans… C’est à cette époque qu’il découvre également les musiques traditionnelles avec les musiciens locaux tels que Smitlap. Il anime alors ses premiers bals.

Ce n’est qu’à 18 ans qu’il adopte l’accordéon diatonique qu’il apprend en autodidacte et au fil des rencontres. On a ainsi pu l’entendre dans tous ses états au sein de l’Union Musicale d’Hazebrouck (1990 à 2002), l’Orchestre des Jeunes de la Fédération Nord-Pas-de-Calais (1997 à 2001), l’Estaminet Jazz Band (1997 à 2002), le Quartet au Carré (1999 à 2001), le Big Band de Saint-Sylvestre Cappel (1999 à 2001), la Bande à Michao (1997 à 2002), Accords Déhanchés (2002-2003), Souffle Court (2001-2005). Il a été également l’accordéoniste du Duo Bastringue de 2005 à 2012, « la rencontre insolite du bal folk et du bal musette, avec Philippe Destanque (guitare électrique et chant) et Rachel Bazoge (chant).

Musicien professionnel depuis 2004, Benjamin Macke est à la base de plusieurs projets.

Duo Bruno Angé et Olivier Pelmoine

Bruno Angé, Viole de Gambe

Conteur, riche d’une expérience dans multiples domaines, jazz, chanson française, symphonique, Bruno Angé fait partager sa passion pour la viole de gambe avec enthousiasme. Diplômé du conservatoire d’Aubervilliers-La
Courneuve en contrebasse, il décide dans les années 2000 de se consacrer à la viole de gambe. Impliqué dans le développement de l’accès à la musique pour tous, Bruno Angé fonde l’association CADENZA et développe des projets de fanfare, ateliers auprès d’enfants, organisation de concerts commentés, interventions auprès des scolaires. Ses projets sont soutenus par la spédidam et l’adami ainsi que les monuments nationaux. Il a à coeur de faire connaître la viole de Gambe et se produit dans des lieux porteurs pour l’instrument, chapelles, églises, châteaux, théâtres, performances dans des ateliers d’artistes. Bruno initie le projet « La viole de gambe chez … ce soir » en se produisant chez les particuliers. Il donne des concerts dans toute la France.

Olivier Pelmoine, Théorbe

Avec déjà plus de cinq cents concerts à son actif, Olivier Pelmoine s’est inventé un chemin personnel nourri de ses expériences multiples. Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (prix mention très bien) et de l’Ecole Normale de Musique de Paris (diplôme supérieur d’exécution à l’unanimité) il remporte en 2000 au Festival International de guitare de Montpellier le premier prix à l’unanimité du tremplin jeunes talents. Dédicataire de nombreuses œuvres, fruits de ses rencontres et échanges qu’il tisse avec de nombreux compositeurs actuels, Olivier Pelmoine enregistre également en solo Opus Guitar (2014) et Écho (2018). En récitals, en duo ou en formation variées de musique de chambre, il s’est produit en France dans des salles prestigieuses ainsi qu’à l’étranger. Directeur artistique de l’évènement « Guitares à Dijon », il fonde en 2013 l’association « Cordes d’Or » afin de promouvoir son instrument sous toutes ses facettes. Professeur titulaire d’enseignement artistique, il enseigne la guitare depuis 2009 au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon, à l’École Supérieure de musique de Bourgogne Franche-Comté.

Histoire d’Eux

​Avec :

Jonathan Bois : Accordéon

Antoine Marhem : Violon

« Histoire d’Eux » propose un set intimiste et expressif soutenant une esthétique poétique enivrante…

C’est d’abord l’envie d’autre chose, l’envie d’aborder la musique sous un autre angle, de bousculer les sensations, d’avoir le cœur qui bat…

Ces deux musiciens, qui manient habituellement les airs traditionnels avec brio, mènent cette fois ensemble un véritable travail de composition. Les mélodies sont fortes et inattendues. On passe de l’aventure à l’angoisse, de la tristesse à la fête… Que ce soit dans l’énergie ou la douceur, «Histoire d’Eux » nous invite à partager leur imaginaire, on se découvre metteur en scène de son propre film.

Même si vous y trouverez des influences balkaniques, sud américaines, classiques, musettes et jazz. Le voyage proposé n’est pas géographique. Il se fait dans les airs, sur l’eau, dans le cosmos. Il est l’oiseau, le papillon, l’enfant qui court…

Mathieu Jedrazak

Altiste, contre-ténor, comédien, performeur…

Collaborateur pour : Cyril Viallon, Emmanuel Eggermont, Matthieu Hocquemiller, Jerôme Marin, Amélie Poirier, Mylène Benoit, Détournoyment, Les fous à réaction, André Serre-Milan, François Deppe, Antoine Lemaire, Bruno Lajara…

Il a joué dans des lieux comme : l’Opéra Bastille, l’Opéra de Lille, le festival Montpellier danse, le théâtre La Chapelle (CA), le festival off d’Avignon, des musées, des canaux, le Tripostal, des scènes nationales, le festival Vivat

Créateur de : La Brigitte Nielsen Society (et deux projets, La jeune fille et la morve et Beat Fromage), le festival biennal Brigitte’s Week, son bonheur et son malheur, et une plus grande conscience de lui-même par un travail psychothérapeutique en gîte.

Alexandre Prusse

Alexandre débute l’accordéon dans les Pyrénées-Orientales auprès de Doris Stiegler.  D’abord intéressé par la musique de variétés, il se dirige ensuite vers la musique dite classique.

Il intègre le conservatoire de Marseille et y obtient un Diplôme d’Études Musicales en 2012 dans la classe de Damien Paradisi. Après son admission à l’École Supérieure de Musique et Danse de Lille, il obtient en 2017 son Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien dans la classe de Vincent Lhermet. 

Il participe et se distingue lors de Concours Internationaux organisés en Nouvelle-Zélande, en Bosnie-Herzégovine, en Écosse… Il remporte en 2010 le Premier Prix au Concours International de Castelfidardo (Italie) en catégorie junior. Il obtient également le premier prix au concours BACH-Pierre Barbizet de la ville de Marseille en 2011. 

A Lille, il travaille en collaboration avec les classes de composition de Vincent Paulet, il participe aux créations d’œuvres de Julien Tortora, Philippe Lussiaa-Berdou.

Durant l’ensemble de son parcours musical, il bénéficie des conseils de maîtres : Claudio Jacomucci, Mie Miki, Jacques Mornet, Matti Rantanen, Geir Draugsvoll, Bernard Cavanna,  Helka Kymäläinen, Klemen Leben…

Alexandre se produit dans différents lieux en soliste, en musique de chambre, ou au sein d’ensembles à géométrie variable (Secession Orchestra, Orchestre de Douai, Ensemble Vocal ADVENTI, Orchestre du CRR de Lille, les Concerts de Poche…), sous la direction de Pierre Calmelet, Clément Mao-Takacs, Luc Bonnaillie, Lucile Delvaux… En 2016, il participe à la création des Musiciens de Brême de Denis Levaillant à l’auditorium de Boulogne-Billancourt, conte musical qu’il rejouera avec l’Orchestre de Douai. 

En 2018, il participe à la création et à la tournée du spectacle « Les Soldats d’après Lenz & Lenz de Büchner » mis en scène par Anne-Laure Liégeois (Cie Le Festin), composition musicale de Bernard Cavanna.

Alexandre enseigne l’accordéon au Conservatoire de Lens (62) et au Conservatoire de Marcq-en-Baroeul (59).

Alberta ALEXANDRESCU

A 12 ans, sur la scène de l’Athénée Roumain, la salle la plus réputée de Roumanie, Alberta Alexandrescu débute en soliste avec orchestre. A 18 ans elle entre brillamment au CNSM de Paris dans la classe de Gérard Frémy et obtient son prix trois ans plus tard.

Elle se perfectionne lors de masters classes auprès de Dimitri Bashkirov, Claude Franck, François René Dûchable.

En 1995 elle est lauréate, entre autres, du troisième Grand Prix Marguerite Long et du Prix de la Sacem pour le meilleur récital. Soutenue par la Fondation Nadia Boulanger la critique musicale lui décerne, en 1998, le « Prix du jeune interprète ».

Alberta Alexandrescu a été l’invitée régulière des meilleurs orchestres roumains avec lesquels elle a interprété des concertos de Chopin, Brahms, Beethoven, Mozart, Saint-Saëns et Schumann.

Elle se produit également en récital solo et en musique de chambre sur de nombreuses scènes, en France, Roumanie, Canada, Brésil, Colombie et a participé à de nombreuses émissions de télévision en Roumanie

Romain Falik

Romain Falik est un guitariste autodidacte, il entre au Conservatoire National de Toulouse à 20 ans en 2004 dans la classe de guitare classique de Paul Ferret.

Il poursuit ses études musicales au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles en obtenant en 2009 un Diplôme d’Etudes Musicales de guitare classique dans la classe de Christian Channel.

Il se tourne alors vers la musique ancienne en rentrant dans la classe de Benjamin Perrot (ensemble La Reveuse) au CRR de Versailles où il étudie le théorbe et le luth et en jouant régulièrement avec le Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction d’Olivier Schneebeli dans le cadre des « Jeudis musicaux à la chapelle royale » du château de Versailles.

Il obtient un DEM de théorbe en 2013.

En tant que soliste et continuiste, il se produit régulièrement dans des festivals en France et à l’étranger avec des ensembles tel que Les Cris de Paris (Geoffroy Jourdain), Le Theatre de l’Incredule (Benjamin Lazar, Louise Moaty), le Baroque Nomade (Jean Christophe Frisch), La Camerata Vocale de Brive (Jean Michel Hasler), La Compagnie du Mage (Jean Paul Bouron), la Compagnie l’Escarboucle (Carine Moretton) …

Aujourd’hui il s’intéresse également au luth arabe et reçoit l’enseignement du oudiste Issa Murad.

Récemment, il a participé à l’enregistrement du disque Marais – Suites for Oboe avec le hautboïste Canadien Christopher Palameta sous le label Audax records.

Marianne Salmon

Après des études de guitare classique à Paris et à Toulon avec Claudio Camisassa puis des études de luth renaissance et théorbe avec Pascal Gallon, Marianne entre en 2013 dans la classe de Peter Croton à la Schola Cantorum de Bâle. En février 2015, sous les impulsions des clavieristes Jesper Christensen et Gilad Katznelson, elle se consacre au répertoire romantique à la guitare et à son interprétation, s’appuyant sur les sources de cette époque et l’étude des tous premiers enregistrements.
Au cours de ces années à Bâle, elle étudie également le théorbe et la basse continue avec Benjamin Perrot, Frédéric Michel et Hopkinson Smith, et obtient son Bachelor en juillet 2016.
Elle se perfectionne ensuite auprès de Tania Chagnot et fait plusieurs remplacements dans des Ecoles de Musique en région parisienne.
Elle joue régulièrement avec divers ensemble baroques et se produit dans le cadre de récitals de guitare romantique en Suisse et en France.
Marianne poursuit actuellement sa formation à l’ESM Bourgogne-Franche Comté avec Olivier Pelmoine et enseigne à l’Ecole de Musique de Fontaine-lès-Dijon.

Kévin Bourdat & Samuel Casale

Le Bateau Ivre est un ensemble à géométrie variable composé de flûte, violon alto, violoncelle et harpe. Né en 2015, il a déjà remporté deux concours internationaux à Paris et à Osaka. Au sein de l’ensemble des plus petites formations se sont créées, comme le duo flûte-violoncelle avec Samuel Casale et Kévin Bourdat.

Kévin BOURDAT

Diplômé de l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg, Kevin Bourdat poursuit actuellement un master d’interprétation historique en violoncelle et viole de gambe à la Schola Cantorum de Bâle auprès de Christophe Coin et Paolo Pandolfo. Chambriste passionné, il est membre fondateur du quintette avec flûte et harpe Le Bateau Ivre, du trio baroque La Barque de Charon ainsi que de l’ensemble baroque Parnasso in Festa. Il est régulièrement invité à se produire au sein d’ensembles de musique ancienne en France, en Suisse et en Allemagne.

Samuel CASALE

Diplômé en flûte traversière à l’académie supérieure de musique de Strasbourg avec mention excellent, Samuel Casale termine actuellement ses études au CNSM de Paris. Passionné par tout type de répertoire, du baroque sur instruments historiques au contemporain, il se produit régulièrement en Europe en soliste ou au sein de différentes ensembles ou orchestres. Samuel est également lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux. Il est soutenu par les bourses des fondations: Legs Jabès, Meyer, Nguyen Thien Dao, Safran, Tarrazi.

Liat Cohen

Elle donne ses premiers récitals à l’âge de 14 ans. Surnommée «princesse de la guitare classique» (La Critique), son jeu est habité, sensuel, délicat, inventif autant que virtuose.

Premier Prix du Conservatoire de Paris, diplômée de la Schola Cantorum (Diplôme de Concert décerné à l’unanimité avec félicitations du jury), de l’Ecole Normale de Musique de Paris (Diplôme d’exécution à l’unanimité), Liat Cohen est la première guitariste à avoir reçu le Prix Nadia Boulanger Fondation de France. Elle est également Lauréate de nombreux concours internationaux, dont ceux de Rome, Paris et Tel-Aviv.

Elle se produit sur les cinq continents et collabore avec des grands chefs (Jacques Mercier, Frédéric Chaslin…) et les plus grands orchestres et ensembles (Orchestre Symphonique de Jérusalem, Orchestre Symphonique de Melbourne, Quatuor Prazak, Quatuor Zemlinsky…).

Elle se produit également sur les plus grandes scènes : Rudolphinum de Prague, Radio-France, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Théâtre National du Costa Rica… et participe à de nombreux festivals internationaux (Montpellier, Buenos Aires Guitarras del mundo…).

Muse et musicienne, Liat Cohen explore et transcende son répertoire. Parmi ses projets, des transcriptions pour la guitare des œuvres de J.S. Bach qu’elle enregistre à l’Abbaye du Mont St-Michel. En 2005 parait « Latino-Ladino» chez Harmonia Mundi, album né d’une rencontre passionnante entre la musique baroque espagnole et la musique sud-américaine. En 2014, Liat Cohen crée un voyage insolite au cœur de la musique classique brésilienne : Rio-Paris (ERATO-Warner Classics). L’équipage de luxe se compose de Natalie Dessay, d’Agnès Jaoui et d’Helena Noguerra. Le quatuor d’interprètes se rejoint dans une fascination commune pour les musiques latines et tout particulièrement pour celles du Brésil. Elles distillent leurs talents instrumentaux et vocaux à travers les plus belles œuvres du répertoire de Heitor Villa-Lobos, Badén Powell, João Gilberto, Tom Jobim, et des compositions inédites sur des poèmes de Victor Hugo. Rio-Paris atteint des sommets rares pour un album de musique classique et certainement par un album de guitare. Première place toutes catégories et longtemps première place des ventes classiques.

Jean-Marc Zvellenreuther

Curieux et passionné, Jean-Marc Zvellenreuther explore l’univers musical dans toute sa diversité. Guitariste, pédagogue, chef d’orchestre, il s’enrichit auprès de ses élèves et au contact de musiciens et artistes de divers horizons.

Musique contemporaine, jazz et improvisation, transcription, opéra et orchestre, il s’investit partout et toujours avec la même exigence artistique. Il porte aussi un regard nouveau sur le répertoire et la forme du concert, grâce aux nouvelles technologies, comme avec son projet iberialbeniz

Proche des compositeurs d’aujourd’hui, il crée de nombreuses œuvres nouvelles en solo, au sein d’ensembles comme ars nova, avec sa formation le Trio polycordes.

Disciple d’Alberto Ponce, Jean-Marc Zvellenreuther a été son assistant au Conservatoire de Paris pendant sept ans. Le maître espagnol lui a transmis les secrets de son art, perpétuant la tradition de Tarrega et Emilio Pujol.

Titulaire d’une classe de guitare au CRR de Boulogne-Billancourt, Jean-Marc Zvellenreuther a été le premier guitariste à enseigner la didactique de l’instrument au département de pédagogie du CNSMDP. il est actuellement professeur assistant (classe de Roland Dyens) dans cet établissement et enseigne au PSPBB

Jean-Marc Zvellenreuther joue dans les plus grandes formations symphoniques et opéras. Il connaît l’orchestre de l’intérieur, et s’intéresse naturellement à la direction. Formé par Nicolas Brochot, il est invité à diriger des sessions d’orchestre avec les étudiants du pôle sup’93 et PSPBB notamment dans le répertoire moderne et contemporain. Il dirige aussi les étudiants du Conservatoire de Paris, ainsi que divers concerts et projets comme la première en France de Kammermusik 1958 d’Hans Werner Henze à la Péniche-opéra.

Parmi ses projets figurent Black Mirror d’Alexander Schubert avec Lucilin pour le Rainy Days Festival au Luxemburg, Lighthouse avec Ars nova à l’Athénée et Flexible Silence de Teshigarawa avec l’Ensemble intercontemporain au théâtre national de Chaillot à Paris.

Duo Fukui-Jallu

Ces deux étonnants musiciens nous font voyager au travers d’un répertoire composé d’œuvres emblématiques du Tango, allant des grands classiques du célèbre duo Anibal Troilo et Roberto Grela aux créations plus contemporaines du compositeur-guitariste argentin Tomas Gubitsch.

« Dans la tradition des mariages tangueros entre le bandonéon et la guitare, des quelques grands classiques du célèbre duo Anibal Troilo et Roberto Grela aux créations plus contemporaines du compositeur-guitariste argentin Tomas Gubitsch, la bandonéoniste Louise Jallu et le guitariste Hiroki Fukui, nous offrent un programme inouï où la virtuosité de la guitare se conjugue avec force aux sonorités chaudes et expressives du bandonéon.

En dépit de leur jeune âge, ces deux artistes, formés par les plus grandes personnalités du Tango (Cesar Stroscio, JuanJo Mosalini, Diego Trosman, Ciro Perez…) ont donné de nombreux concerts et préparent actuellement un enregistrement. Arrangeurs, découvreurs, compositeurs, ces deux étonnants musiciens nous font voyager au travers d’un répertoire qu’ils ont su remettre en lumière, transcrire avec beaucoup d’intelligence, de savoir et de sensibilité, répertoire composé d’œuvres à la fois emblématiques du Tango et paradoxalement absentes des salles de concert. » Bernard Cavanna

 

Louise JALLU

Louise entre au conservatoire de Gennevilliers à cinq ans. Elle commence son apprentissage auprès de Jean Baptiste Henry. En 2009, elle entre en cursus musicale au Lycée Racine de Paris. Elle emporte le 2ème Prix de la catégorie bandonéon solo du Concours International de Klingenthal. En 2011, elle interprète le concerto Aconcagua de Piazzolla dans lequel elle inclut ses propres cadences. Elle obtient son Bac S, le titre de jeune talent de la ville de Gennevilliers et son DEM (Diplôme d’Etude Musicale) à l’unanimité du jury composé de Tomas Gubitsh, Pascal Contet et Serge Amico. Elle complète sa formation instrumentale auprès de César Stroscio. En musique de chambre, elle se perfectionne avec Juan Jose Mosalini. Elle étudie la composition auprès de Bernard Cavanna. Elle fonde sa propre formation, Tango Carbon. En 2014, elle collabore avec la chanteuse Katerina Fotinaki et forme le duo Fukui-Jallu. Elle joue dans de prestigieuses salles telles que l’Alhambra, l’Européen, la Philarmonie de Paris, le Triton, la Filature, le Café de la Danse, le Musée d’Orsay et la Maline, entre autres. En 2015, elle sort « En crise » avec Tango Carbon chez Nomad Music. Elle se produit en Ukraine, en Algérie, au Maroc, en Hollande, en Italie et en Arménie. En 2016, elle sort « A contrafuego » avec les Fleurs Noires chez Milan Music. Elle joue en duo avec Cesar Stroscio.

Hiroki FUKUI

Hiroki débute la guitare avec Yoshihiro Muto à l’âge de 4 ans. Dès l’âge de 12 ans, il participe régulièrement à plusieurs concours et obtient en 2009, le 1er prix en soliste et musique collective au concours régional et le 5eme prix au concours international de Tokyo. L’année suivante, il s’installe à Paris et poursuit son apprentissage avec Judicael Perroy. En 2011, il rentre au conservatoire à rayonnement départemental d’Aulnay sous Bois. En 2012, il obtient son DEM (Diplôme d’Etude Musicale) en guitare, solfège et musique de chambre. En parallèle, il s’intéresse aux musiques actuelles comme le jazz, la musique brésilienne et notamment le tango. Il travaille par la suite auprès de Juan Jose Mosalini en musique de chambre. Aujourd’hui, il suit ses études de musique classique au pôle supérieur d’enseignement artistique du Nord – Pas de Calais et développe l’art de l’arrangement et de l’improvisation auprès de Norberto Pedreira et de Diego Trosman. Il se produit également dans diverses formations et forme un duo guitare-bandonéon avec Louise Jallu.

Olivier Pelmoine

Olivier Pelmoine, guitare

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (prix mention très bien) et de l’Ecole Normale de Musique de Paris (diplôme supérieur d’exécution à l’unanimité) il remporte en 2000 au Festival International de guitare de Montpellier le premier prix à l’unanimité du tremplin jeunes talents. Il est également lauréat en 2002 des concours internationaux de Ville d’Avray (en l’honneur de Maurice Ohana) et de l’île de Ré.

Il a enregistré en 2005 un album solo salué par la critique, consacré à des œuvres de Rodrigo, Regondi, Barrios, Albert et Boutros. Olivier Pelmoine a une activité  scénique éclectique : il se produit en tant que soliste, chambriste ou invité dans différents orchestres. Professeur d’enseignement artistique, il enseigne la guitare au Conservatoire à  Rayonnement Régional de Dijon et au Pôle d’enseignement supérieur de la musique de Bourgogne.

Quatuor Beat

Le quatuor

C’est en 2003 que le Quatuor se forme officiellement. Laurent Fraiche, Jérôme Guicherd, Gabriel Benlolo et Patrice Gauchon qui sera ensuite remplacé par Aurélien Carsalade, entrent en Musique de Chambre au CNSM de Paris dans la classe de Lazslo Haddady, dont ils suivent toujours les conseils actuellement, et obtiennent en 2005 le prix de Musique de Chambre mention Très Bien à l’unanimité avec les félicitations du jury.

Lauréat des concours Gaetano Zinetti à Vérone (prix Unilever Bestfoods) et Illzach (prix Spedidam et prix du public) le Quatuor Beat est le seul ensemble de Percussions à avoir obtenu des prix internationaux de concours de musique de chambre ouverts à toutes formations.

Fort de ces succès, il multiplie les collaborations avec de jeunes compositeurs tels que Thierry Deleruyelle (commandes de Celero, et Kung‐fu éditions Billaudot) et les projets avec des compositeurs reconnus comme Marc‐Olivier Dupin en enregistrant sa musique du documentaire « VERCINGETORIX, le roi des guerriers » de Jérôme Prieur pour ARTE/France 5 et récemment pour « Andromaque » mis en scène par Declan Donnellan (production CICT / Théâtre des Bouffes du Nord coproduction Théâtre du Nord‐Lille). Outre les créations et les œuvres originales, le Quatuor élargit son répertoire en réalisant ses propres arrangements et transcriptions d’œuvres inédites pour cette formation. C’est ainsi qu’il a arrangé un répertoire « Piazzola » mais aussi le 3ème mouvement du 1er quatuor à cordes de Bela Bartok, l’offrande musicale de JS Bach……

Le Quatuor Beat, doté d’un répertoire aussi hétéroclite que virtuose s’est produit lors de nombreuses occasions en France (Festivals « Couleur cuivre » à Surgères, « Vacances Percutantes » à Marmande, « Académie de Musique de Gerardmer », « Cuivres en fête » à Limoges, Espace 110 Illzach,« Perkumania » et Show room Selmer à Paris) mais aussi en Italie (Fondation Morelato, Convento di Santa Maria della Grazie Sanguinetto, Brenzone, Luoghi di Confine Trevenzuelo, Emilia Romagna Festival, Brisighella…). Depuis 2007 le concert est devenu aussi spectacle grâce à l’œil avisé de Pierre Jean Carrus, metteur en scène, qui assure le travail du visuel dans un concert pas comme les autres…

 

Gabriel Benlolo

Gabriel Benlolo commence ses études musicales à l’âge de 6 ans par le piano, puis débute la Percussion et la Batterie à 11 ans au Conservatoire National de Région d’Aubervilliers‐La-Courneuve dans la classe de Patrice Lefevre, où il obtient ses 1er prix de Percussions et de Musique de Chambre à l’unanimité. Il travaille également avec Michel Gastaud au Conservatoire Municipal du XIIème arrondissement et étudie en parallèle le piano jazz et la batterie jazz, respectivement avec Claude Terranova et François Laizeau au CNR d’Aubervilliers‐La-Courneuve. En 1999 il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Michel Cerutti où il obtient son Diplôme de Formation Supérieur en 2003 et le prix de musique de chambre en 2005.

Son parcours lui permet de se produire avec de grands orchestres tels que l’Orchestre National, l’ensemble Intercontemporain, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, l’Orchestre National d’Ile de France ou le Gustav Mahler Jugend Orchestra, travaillant ainsi avec de grands chefs (Pierre Boulez, Myung Wung Chung, Armin Jordan, Peter Eötvös, Nehme Jarvi,….).

Il travaille également sur des spectacles mêlant musique au théâtre en tant que percussionniste avec notamment Brigitte Jaques‐Wajeman et la Compagnie Pandora (« La marmite », « Pseudolus », « la Chanson de Roland »….) collaborant ainsi avec Marc‐Olivier Dupin. Batteur de formation il joue régulièrement pour de nombreux ensembles et chanteurs (Pascal Mary, Triometrix, Los‐Amarillos….). Il est actuellement Soliste à l’Orchestre Philharmonique de Radio France et professeur de Percussions au CNR d’Aubervilliers‐La-Courneuve.

 

Aurélien Carsalade

Aurélien Carsalade débute la percussion au Conservatoire National de Région de Toulouse, dans la classe de Michel Ventula. En 1999, il obtient son prix mention Très bien à l’unanimité. Il y suit parallèlement les cours d’Eric Sammut lors des master‐class organisées tous les ans. Il va ensuite se perfectionner dans la classe de Michel Gastaud au Conservatoire du XIIe arrondissement de Paris avec qui il obtiendra 2 ans plus tard un prix mention Très bien à l’unanimité. La même année, il intègre la classe de percussion du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, professeur Michel Cerutti. En 2005, il obtient son Diplôme de Formation Supérieure de Percussion mention Très bien, puis en 2006, celui de Musique de Chambre mention Bien à l’unanimité dans la classe de Hae Sun Kang. Musicien indépendant, il affectionne tout particulièrement le travail de musicien d’orchestre. Après avoir été membre de l’Orchestre Français des Jeunes en 2000, il se produit au sein des plus grandes formations françaises, comme l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio‐France, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, ou encore l’Ensemble Intercontemporain, côtoyant ainsi des chefs tels que Brenard Haitink, Pierre Boulez, Kurt Masur, ou Peter Eotvos. En 2007, il participe à la tournée en Allemagne et au Japon de l’Orchestre Philharmonique de Radio‐France, dirigé par Myung‐Whun Chung.

 

Laurent Fraiche

Natif de Bar‐le‐Duc, Laurent Fraiche commence son apprentissage musical avec le tambour, la percussion puis la trompette. Il se concentre ensuite sur la percussion au Conservatoire National de Région de Nancy, où il obtient un premier prix dans cette discipline, ainsi qu’un premier prix de musique de chambre à l’unanimité, en 1994.

Il entre ensuite au Conservatoire National de Région de Versailles dans la classe de Sylvio Gualda, et suit en même temps l’enseignement de Michel Gastaud au conservatoire du 12ème arrondissement de Paris. Au cours de ces années, il obtient une médaille d’or et un prix d’honneur à Versailles, ainsi que le prix de la Ville de Paris. 1999 est l’année de son entrée au CNSM de Paris, dans la classe de Michel Cerutti. Il y obtient le Diplôme de Formation Supérieure en 2002, puis entre dans la classe de Laslo Hadady au sein du Quatuor Béat, qui obtient le prix de musique de chambre à l’unanimité avec les félicitations du jury. Parallèlement à ses études, il est régulièrement appelé à travailler auprès de formations telles que l’Orchestre de l’Opéra de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio‐France, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre de Paris ou encore l’Orchestre National de France. Il est depuis janvier 2003 musicien titulaire à l’Orchestre des Gardiens de la Paix. En janvier 2006, il obtient le troisième prix du Concours International de Timbales de Lyon. A cette occasion, il rencontre Raymond Curfs (timbalier solo de l’Orchestre de la Radio Bavaroise à Munich) et Marinus Komst (timbalier solo de l’Orchestre du Concertgebow d’Amsterdam) et se perfectionne en cours particuliers avec eux. Actuellement, il est à l’essai en qualité de timbalier solo avec l’orchestre « Welsh National Opera » à Cardiff ainsi qu’au « Royal Philarmonic » de Liverpool. Au cours de l’année 2007 il travaille régulièrement avec l’Orchestre National de Lille et a participé à une tournée en Chine en tant que timbalier solo.

 

Jérôme Guicherd

Jérôme GUICHERD est originaire de la région Lyonnaise. Fils de musicien, il commence le piano à l’âge de 5 ans, puis s’intéresse à la batterie et à la percussion à l’âge de 10 ans. Il intègre en 1 997 la classe de Frederic Macarez au Conservatoire National de Région de Paris où il obtient un premier prix à l’unanimité en 1999. Après avoir fait parti de la classe de préparation aux métiers d’orchestre du même conservatoire, il est admis en 2001 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Michel Cerutti, où il obtient un premier prix avec mention bien à l’unanimité en 2003 et un premier prix a l’unanimité avec les félicitations du jury avec le quatuor Beat en musique de chambre. Parallèlement à ses études, il se produit dans de grands orchestres français tels que l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, l’Orchestre des Pays de la Loire, l’Opéra de Paris, l’Ensemble Orchestral de Paris, membre de l’Orchestre du Verbier Festival UBS (2001 à 2002), etc.… aussi bien en France qu’à l’étranger (Japon, Etats‐Unis, Europe, …) Passionné de Jazz et de musiques de cultures diverses, il se produit aussi régulièrement avec des orchestres tels que le Sacre du Tympan (révélation jazz 2006 aux victoires de la musique), le Steel Band « project Jaco » (orchestre de steel drum dirigé par Xavier Mertian), duo PERCUT’II (avec Ionela CHRISTU, récompensé par le prix SPEDIDAM du concours international de la FNAPEC), en tant que percussionniste, mais aussi pianiste. Il est actuellement percussionniste de l’Orchestre de la Police Nationale et professeur de batterie percussion au Conservatoire de Musique de la ville de Clichy la garenne.

Ségolène Brutin

Ségolène Brutin commence la harpe au Conservatoire National de Région de Douai avec Annie Desmaret et part ensuite à Paris suivre un cursus supérieur au Conservatoire National de Région de Paris avec Brigitte Sylvestre. Elle gagne un premier prix de l’UFAM en 1995, un premier prix de la ville de Paris en 1999 et un premier prix de perfectionnement à l’unanimité avec félicitations du jury en 2001 à L’Ecole National de Musique d’Aulnay-sous-bois avec Marianne le Mentec comme professeur.
Elle est sélectionnée pour participer au Festival de l’académie de Lucerne en 2004 sous la direction de Pierre Boulez.                                                               

En 2007, elle obtient un Master de Harpe après 4 ans passés au Conservatoire supérieur de musique Musikene en Espagne avec Frédérique Cambreling. Elle participe à de nombreux stages avec Isabelle Moretti, Fabrice Pierre et Marielle Nordmann.

Ségolène Brutin collabore régulièrement avec l’orchestre de Radio France-Paris, l’Ensemble Intercontemporain Paris, l’orchestre d’Anvers en Belgique, l’orchestre de Picardie, le Philarmonique de Strasbourg, le Münchner Philharmoniker en Allemagne et les orchestres de San-Sebastian et Bilbao en Espagne.

En 1999, Ségolène Brutin rencontre le compositeur Georges Aperghis et travaille sa pièce pour harpe seule « Fidélité » : l’utilisation combinée de la voix, du corps et de la harpe est une révélation. Elle s’attache dès lors à enrichir son parcours de musicienne d’expériences transversales. Elle participe à des stages de théâtre balinais (Serge Poncelet, théâtre du soleil), des stages de clown (Heinzi Lorenzen, Footsbarn Theater), des stages reliant corps et voix (Singulière compagnie, Valérie Philipin) et étudie le jazz et les musiques improvisées à Arpej, école parisienne entre 2009 et 2010.

En 2007, elle fonde la compagnie La Filandre qui propose des créations mêlant Musique et autres formes d’expression artistique. Plusieurs spectacles sont crées : « Incongruité Féminine » entre 2007 et 2010 ; En 2011 « Stories come Back ou mémoires d’un larynx » avec deux chanteuses jazz toujours en tournée en 2014 : www.storiescomeback.com

Elle est musicienne et comédienne dans une production Intercontemporain/cité de la musique « De mémoire de Harpes » en 2009 et 2010 et participe à l’arrangement et à l’interprétation du film d’Abdelatif Kechiche « Vénus noire » en 2010.

Des partenariats avec la Mairie de quartier de Wazemmes à Lille donnent naissance à deux spectacles Jeune-public en 2014 :  Printemps et Alice, de l’autre côté du miroir.

Elle crée des concerts solos mêlant harpe, voix, improvisation et électroniques pour des ensembles de musique contemporaine (Fleur inverse, Smash Ensemble) et des festivals (Meloritmos à Madrid, Festival des monts de la madeleine, Association Tournesol).
Depuis 2013, elle est intervenante en théâtre musical au Pôle supérieur de Lille et professeur de harpe à l’école de musique d’Hazebrouck.

Ensemble Zerlina

L’Ensemble Zerlina est né de la rencontre de quatre musiciennes, la Fondation Groupe Banque Populaire et le Quatuor Ysaÿe en sont à l’origine.

Une amitié musicale et une complicité évidente les amènent alors à se réunir autour d’une même envie, celle de jouer ensemble. Leur singularité est de se décliner sous deux formations: le quatuor avec piano et le trio à cordes.

Ces formations se sont imposées naturellement tant pour leur richesse musicale que pour l’intérêt qu’elles suscitent auprès du public. Elles leur permettent d’explorer un large répertoire s’étendant de Bach à nos jours.

L’ Ensemble Zerlina se produit régulièrement à Paris (Atelier du Plateau, Chapelle de la Salpétrière, Cathédrale St Croix des Arméniens …) , à Gennevilliers ( Eglise Ste Marie Madeleine), au théâtre de Chartres, au festival Mélomania (région PACA) …

En Février dernier, l’ensemble est nommé « Génération spédidam » pour une durée de trois ans.

 

Clara Zaoui

Née en 1982, Clara Zaoui commence le violoncelle à l’âge de sept ans avec Raymond Maillard. Elle entre au CNR de Boulogne dans la classe de Xavier Gagnepain et obtient un premier prix de violoncelle ainsi qu’un premier prix de Musique de chambre à l’unanimité dans la classe d’Hortense Cartier-Bresson en 1999. En 2000, elle est admise au CNSM de Paris dans la classe de Michel Strauss. Elle bénéficie également des conseils de Pierre-Laurent Aimard, Jean-Guihen Queyras, Daria Hovora et du compositeur Gyorgy Kurtag. Elle obtient en 2002 un deuxième prix au Concours International du Forum de Normandie avec le Trio Alborada. Elle obtient un premier prix de violoncelle en 2005. Depuis, elle forme le Duo Humoresque avec la pianiste Xénia Maliarevitch. Ensemble, elles ont la chance d’être lauréates de la Fondation Banque Populaire.

Elles remportent successivement le prix de la Société Générale au Forum de Normandie, le deuxième prix au Concours International de musique de chambre de Val Tidone en Italie (juin 2008), le troisième prix au Concours International de musique de chambre de Thessalonique (décembre 2008), le troisième prix au concours international de musique de chambre d’Alcobaça, au Portugal (avril 2009). Clara a la chance d’être l’invitée de Gaëlle le Gallic dans les émissions « Dans la cour des grands » et « Générations… jeunes interprètes » sur France Musique. Elle se produit au festival de Saintonge, au studio « le regard du Cygne », aux Serres de Bagatelles, au Grand théâtre de Fontainebleau, aux journées du patrimoine à l’Hôtel de ville de Paris, et à l’Hôtel National des Invalides, salle Pleyel, au théâtre du Ranelagh, ainsi qu’à Radio France. Elle se produit également à Tübingen en Allemagne et aux festivals de Brescia et du Lac de Garde en Italie. Clara Zaoui s’est également produite aux côtés du quatuor Voce ainsi qu’avec Hortense Cartier-Bresson Bruno Pasquier, Florent Héau, Yovan Markovitch, Miguel da Silva, et François Salque. Elle est également titulaire du CA et enseigne au conservatoire de Levallois.

 

Hélène Desaint

Née à Paris en 1984, elle commence l’alto au conservatoire du XXe de Paris, avec Jean-Baptiste Brunier, puis elle poursuit ses études au CNR de Paris et à l’Ecole Nationale de Musique de Gennevilliers avec Bruno Pasquier et Pierre-Henry Xuereb. Elle entre en 2004 au CNSMD de Lyon dans la classe d’alto de Tasso Adamopoulos et obtient en juin 2008 le DNESM mention très bien. Après avoir suivi un an une classe de perfectionnement à la Musikhochschule de Lübeck dans la classe de Miguel da Silva, elle obtient un Master de soliste au Conservatoire de Genève dans la classe de Nobuko Imai et Miguel da Silva. Hélène donne de nombreux concerts en France et à l’étranger, en soliste, en formation de musique de chambre ou encore en orchestre. En 2005 et 2006 elle est alto solo de l’Orchestre Français des Jeunes. Elle se produit en soliste avec orchestre dans la Symphonie Concertante de Mozart avec Olivier Charlier, Musical humors de Philippe Hersant et récemment dans le Concerto de Bartòk à Genève. Elle se produit également en musique de chambre dans différents festivals (Musique à l’Emperi, Musique à Flaine, Musica à Strasbourg, Grame à Lyon, Musicales d’Auberive…). Elle a ainsi l’occasion de jouer avec Emmanuelle Bertrand, Marianne Piketty, Yovan Markovitch, Gil Sharon, Miguel da Silva… Elle fait partie du Finzi quartet à Londres. Elle est régulièrement invitée comme alto solo à l’orchestre de chambre d’Auvergne. Parallèlement à l’étude du répertoire classique, elle s’attache à défendre le répertoire moderne et contemporain et s’est produite dans plusieurs festivals en soliste ou en musique de chambre dans des œuvres d’Helmut Lachenmann, Georges Aperghis, Bruno Mantovani, Steve Reich, Georges Benjamin (Viola-Viola), Henry Fourès. Dernièrement elle a créé dans le cadre du Festival Présence, les Trois strophes pour Patrice Lumumba de Bernard Cavanna pour alto solo et ensemble, avec l’Ensemble 2e2m sous la direction de Pierre Roullier. Elle enregistre en décembre 2009 cette pièce pour le label Aeon (Harmonia Mundi). En septembre 2009 elle remporte un Prix d’interprétation à l ‘Académie Ravel Elle a reçu le soutien du Mécénat Société Générale en 2009 et de l’ADAMI en 2010.

 

Rachel Givelet

Née à Bordeaux, Rachel Givelet obtient en juin 2008 le 1er prix du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon mention très bien à l’unanimité dans la classe d’Annick Roussin et de Laurence Ketels. Elle poursuit sa formation auprès de Patrice Fontanarosa à la Schola Cantorum de Paris puis auprès de Raphael Oleg au conservatoire de Bâle (Suisse) où elle obtient en juin 2011 un master perfectionnement soliste. Passionnée de musique de chambre, elle forme en 2005 le Trio Kang (trio avec piano), et intègre le Cycle d’Enseignement Supérieur de musique de chambre du CNSMD de Lyon dans la classe de Franck Krawczyk. Elle y obtient en février 2010 un master de musique de chambre. Lors de Master class et académies elle a aussi pu recevoir les conseils et le soutien de Jean-Jacques Kantorow, Olivier Charlier, Svetlin Roussev et Miguel Da Silva. Lauréate de la Fondation Groupe Banque Populaire Rachel Givelet s’est distinguée dans plusieurs compétitions internationales, notamment en recevant un prix spécial pour son « remarquable tempérament artistique » au concours Rodolfo Lipizer (Italie) en 2007 ainsi qu’en remportant le 1er prix au concours Flame (France) en 2009. Elle est régulièrement invitée à se produire en soliste avec orchestre (orchestre symphonique de Bâle, orchestre de Cannes, orchestre du conservatoire de Bordeaux,…) ou en musique de chambre dans divers festivals (Festival des Nuits d’Eté, Festival Musique en nos villages, Festival Musique à Albas, Festival de musique de chambre de Saint Cézaire sur Siagne, Concerts de midi de Rennes). Elle est aussi amenée à se produire en tant que violon solo avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse ainsi que l’Orchestre de Chambre de Genève. Elle est l’invitée de Gaëlle Le Gallic dans l’émission de radio « Génération jeunes interprètes » sur France Musique. Rachel Givelet est membre de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Mélanie Dutreil & Marie Normant | Duo de harpes

Mélanie Dutreil

Après avoir reçu en 1995 un Premier Prix à l’unanimité au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, Mélanie Dutreil entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’Isabelle Moretti où elle obtient en 1999  le Premier Prix de harpe, suivi de celui de musique de chambre en 2000.

Mélanie Dutreil est une invitée de choix des festivals, en soliste ou en musique de chambre, en France comme à l’étranger, avec des musiciens tels que Michel Moraguès, David Walter, Sabrina Maaroufi, le quatuor Castagneri, Sébastien Surel, Magali Mosnier, Sarah Nemtanu, Eric-Maria Couturier, Nicolas Bône, et bien sûr Marie Normant!

Mélanie apparaît régulièrement dans les plus grands orchestres Français : Les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg et de Radio France; les orchestres Nationaux de Lyon, de Lorraine, de France, Bordeaux-Aquitaine; l’orchestre de Paris, l’orchestre de Bretagne.

Depuis 1997, Mélanie enseigne la harpe dans plusieurs Conservatoires de musique. Elle est actuellement professeurs aux conservatoires de Sceaux, Houilles et Asnières-sur-Seine.

Marie Normant

Née en 1976 à Toulouse, Marie Normant entre 1ère nommée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet. Elle y obtient à 18 ans un 1er Prix de Musique de Chambre à l’unanimité, suivi d’un 1er Prix de Harpe et du Prix de l’Association des Anciens Elèves du Conservatoire. Elle intègre ensuite la classe de Perfectionnement  confiée à Isabelle Moretti.

Marie Normant a remporté en 1998 le concours « Avant-Scène » (tous instruments confondus), puis en 1999 le Prix de la SACEM au « Concours International Lily Laskine».

Elle est régulièrement invitée sur les ondes de France Musiques et dans nombre de festivals (Val d’Aulnay, Antibes, Falaises musicales, Gargilesse…). Elle a travaillé avec les orchestres de Toulouse, Strasbourg, San Sebastien, Bilbao, Kuala Lumpur, Opéra de Paris, National de Lyon, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio France, Mahler Chamber Orchestra, NDR de Hambürg et a participé à plusieurs créations contemporaines à Cologne et Paris avec Peter Eötvös.

Marie Normant s’est produite en soliste à la Cité de la Musique de Paris, aux « Folles Journées » de Nantes, à l’Abbaye Royale de Fontevraud, à la salle Gaveau, à Baden-Baden, au Musée d’Art Américain de Giverny (avec l’ensemble Musique Oblique), au Grand Palais et au Musée d’Orsay à Paris.

Depuis 2001, Marie Normant est Harpe Solo à l’Orchestre de la Garde Républicaine de Paris.

Son éclectisme lui a permis de jouer en soliste et en musique de chambre avec des musiciens tels que le Quatuor Ysaye, Philippe Bernold, Benoît Fromanger, Juliette Hurel, Emmanuelle Bertrand, Shlomo Mintz, Pascal Moragues et Yuri Bashmet.

Luc Héry

Né en 1961, Luc Héry entre au Conservatoire national supérieur de Paris en 1975. Il étudie le violon dans la classe de Pierre Doukan, et la musique de chambre dans celle de Jean Hubeau. Il obtient un premier prix dans ces deux disciplines en 1980, et au cours de son troisième cycle de violon remporte le troisième prix au Concours international Tibor Varga, à Sion, en 1983.

En 1984, il est admis à l’Orchestre de l’Opéra de Paris. Deux ans plus tard, il entre à l’Orchestre national de France, comme chef d’attaque des seconds violons, avant d’être nommé premier violon solo de la même formation en 1991.

Parmi les prestations de Luc Héry comme soliste, citons en 1996 l’interprétation du Concerto de Dutilleux avec l’Orchestre national sous la direction de Lawrence Foster et, en mai 2000, la Symphonie concertante de Mozart avec Nicolas Bône (alto solo de l’Orchestre national), toujours avec l’Orchestre national, dirigé par Evgueni Svetlanov.
Luc Héry pratique régulièrement la musique de chambre dans le cadre de la saison de Radio France. Il a enregistré pour Harmonia Mundi les Quintettes de Brahms et de Mozart, avec les solistes de l’Orchestre national de France.

Jérôme Voisin & Sophie Chauvenet

La rencontre originale d’une violoncelliste et d’un clarinettiste autour d’un répertoire varié où s’entremêlent musique classique (Mozart, Beethoven…), jazz et même disco (Connesson et sa «Disco-Toccata»).

Jérôme Voisin, clarinette

Né en 1972 à Limoges, Jérôme Voisin aborde la clarinette à l’âge de neuf ans. Après avoir étudié au Conservatoire national de région de Tours avec Didier Delettre, il est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Lyon (classe de Jacques Di Donato) et poursuit ses études musicales auprès de Pascal Moraguès dans le cycle de perfectionnement du CNSM de Paris. Lauréat des concours internationaux de Rome, Prague et Toulon, c’est aussi un chambriste apprécié ; il a pour partenaires réguliers Régis Pasquier, Roland Pidoux, Christophe Coin, François Leleux, Laurent Lefèvre, Magali Mosnier, Emmanuel Strosser, Romain Guyot, François-Frédéric Guy …

Super-soliste à l’Orchestre Philharmonique de Radio France depuis 2006 il a occupé le poste de clarinette basse dans ce même orchestre de 1996 à 2006. Depuis plusieurs années, il est également invité à jouer la clarinette solo et la clarinette basse au sein du Mahler Chamber Orchestra sous la direction de Claudio Abbado, Daniel Harding, Tugan Sokhiev… Depuis 2009 il est appelé par  l’Orchestre de Chambre d’Europe pour des tournées ou résidences sous la baguette de Yannick Nezet-Seguin, Semyon Bychkov.

Très investi dans le répertoire contemporain il est régulièrement présent dans les concerts des ensembles TM+, Court-Circuit ou Alternance. En 2006 paraît chez Densité21 son enregistrement du double concerto de Marc-André Dalbavie Antiphonie pour clarinette, cor de basset et orchestre spatialisé aux cotés de Romain Guyot et Pascal Rophé.

En 2010 il crée avec Maud Lovett et Bruno Maurice l’Ensemble Pasarela (violon, accordéon, clarinette et piano) qui explore le répertoire de tango et ses liens avec les autres musiques. Il se produit depuis de nombreuses années avec le groupe Sorties d’Artistes avec lequel il a enregistré En Espagne et Véronique et les autres (autour de l’œuvre d’André Messager). Il joue également avec les musiciens de jazz Stéphane et Lionel Belmondo dans leurs disques Hymne au soleil, Influence aux côtés de Yusef Lateef, Belmondo et Milton Nascimento et Hymne au soleil 2. Il se produit avec ces musiciens dans les festivals Jazz à Vienne, Banlieues bleues, La Villette Jazz Festival…

Titulaire du C.A. de clarinette, il enseigne la musique de chambre au CRR de Boulogne et à l’Académie de musique de chambre de Saint-Geniez d’Olt. Il donne régulièrement des Master-Classes en France ou à l’étranger (Argentine, Brésil, Russie, Japon).

Sophie Chauvenet, violoncelle

Née en 1986, Sophie Chauvenet étudie le violoncelle à  Reims avec Marc- Didier Thirault. Elle part ensuite à Paris, prendre des cours avec Marc Coppey, puis intègre le CNSMDP dans la classe de Philippe Muller où elle obtient en juin 2008 son prix mention très bien à  l’unanimité. Avec le Trio Voltaire elle est admise dans la classe de Musique de Chambre de Pierre Laurent Aimard et obtient une mention très bien au Prix de Musique de Chambre. Lauréate de plusieurs concours, elle remporte en 2005 le 1er Prix du Concours International Maurice Gendron, le 1er Prix niveau Excellence du Concours Rampal et est demi-finaliste du Concours Lutoslawski en 2007.

Pendant ses études, elle a profité des conseils de grands Maîtres tels: C. Coin, T. Tsutsumi, A. Meneses, G. Hoffman, W. Kuijken, R. Aaron, M. Perenyi. Ses expériences avec différents orchestres lui ont permis de travailler avec de grands Chefs: E. P. Salonen, P. Jordan, J. C. Casadesus, C. Von Dohnany, M. Albrecht, C. Eschenbach, V. Gergiev, Janoski, Seiji Osawa, M-W. Chung, P. JŠrvi, M. Franck.

Depuis 6 ans, elle travaille régulièrement avec l’Orchestre National de l’Opéra de Paris, l’Orchestre de Paris et l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Elle fait partie de plusieurs ensembles de musique de chambre dont le trio Voltaire, un quatuor, un ensemble de violoncelles, et un duo violoncelle/piano.

Jean Ferrandis

Après avoir obtenu le Premier Prix à l’unanimité dans la classe de Maxence Larrieu au Conservatoire National Supérieur de Lyon en 1985, Jean Ferrandis sera successivement lauréat des concours internationaux «Maria Canals» de Barcelone en 1982, «Young Concert Artists» de New York en 1985, et la même année à Munich. En 1986 il se voit attribuer le Grand Prix du Concours International de flûte du «Printemps de Pragues». En 1998 il a été élu «Artiste en résidence» au Lotos de New York.

Suivront alors de nombreux concerts à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord, où il joue en récital, en musique de chambre ou en soliste avec orchestre dans les salles les plus prestigieuses telles que La Salle Pleyel et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Vigado de Budapest, Alice Tully Hall à New York, le Taïpei Arts Center, le Palais de la Musique à Barcelone, Hamarikiu Hall de Tokyo, Wigmore Hall de Londres, le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, La Fenice de Venise, sous la direction de Leonard Bernstein, Tibor Varga, Laurent Petitgirard, ou encore Yoram David. Il est également invité à participer à de nombreux festivals, citons parmi eux «Lanaudière» au Canada, «Sion», le «Printemps de Budapest», le «Midem» de Cannes et le Festival «Berlioz». Jean Ferrandis se produit en musique de chambre avec des artistes d’exception tels que Jean-Philippe Collard, Henri Demarquette, Ivry Gitlis, Jean-Marc Luisada, Emile Naoumoff, Marielle Nordmann, Gérard Poulet, Caroline Sageman, Dominique de Williencourt.

Il mène également une carrière de chef d’orchestre avec des ensembles tels que la Camerata de Saint-Petersbourg ou l’Orchestre de chambre Saint-Christophe de Vilnius. Ses enregistrements incluent des oeuvres de Honneger et D’Indy, ainsi que l’Intégrale des Concertos de Mozart avec Marie-Pierre Langlamet (Harpe Solo du Berliner Philharmonik). Il a réalisé un CD des «Sonatines» et «Arpeggione» de Schubert avec le pianiste Emile Naoumoff pour le label La Follia Madrigal ainsi que l’intégrale des concerti de C.Ph.E Bach avec l’Orchestre de chambre Saint-Christophe de Vilnius. Avec le même orchestre, l’oeuvre complète pour flûte de Yuko Uebayashi.

Parallèlement à son activité de concertiste, il est professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris et au Californian State University, Fullerton, US. Il donne régulièrement des Master Classes en Europe, au Japon, en Corée et aux Etats-Unis, où il enseigne dans des universités comme Juilliard School, Rice University, Texas, et Bloomington, Indiana. En 2009, Jean Ferrandis sera successivement invité aux conventions des flûte de New York, Tokyo et Adelaide (Australie).

Site officiel de Jean Ferrandis

Gaétan Biron

Il propose un répertoire Bach, Mozart, Beethoven, Prokofiev, Leclair ou encore Bartók qu’il interprète avec talent et sensibilité.

Gaétan Biron, violon

Gaétan Biron commence ses études au conservatoire de Nantes. Il est admis dans la classe de Gérard Poulet au Conservatoire National Supérieur de Paris, où il obtient en 2003 un Premier Prix à l’unanimité. En 2002, il entre dans la classe de violon solo d’orchestre de Luc Héry. Cette même année, il obtient une bourse d’étude afin de se rendre au Mozarteum de Salzburg. En 2003, Gaétan Biron entre à l’Orchestre National de France.

Passionné de musique contemporaine, il se produit régulièrement avec l’ensemble TM+, l’ensemble Inter contemporain et le quatuor Multilatéral. Dans le cadre de son activité à l’orchestre National de France, Gaétan Biron participe à de nombreux projets pédagogiques retransmis sur  les ondes de France Musiques.

Son premier disque est paru en janvier 2010 chez Universal Music Classic. Il y interprète en compagnie du pianiste Damien Luce, les Impressions d’Enfance opus 28 de Georges Enesco.

Parfois, il est accompagné de Marie-Cécile Biron, alto.

En duo avec Marie-Cécile Biron, alto

Marie-Cécile Biron débute le violon à l’âge de cinq ans à l’école de musique d’Eaubonne. En 2000, au conservatoire de Meudon, elle obtient un prix de violon et de musique de chambre. Elle étudie ensuite au Conservatoire National Supérieur de Paris, et termine son cursus par un prix de violon en 2003.

En 2005, Marie-Cécile Biron obtient un premier prix d’alto à l’unanimité dans la classe de Françoise Gnéri au conservatoire de Rueil-Malmaison. Elle obtient le Diplôme d’Etat de violon en 2006 et d’alto en 2007 au Cefedem de Rueil.

Passionnée de musique de chambre, elle se produit régulièrement avec l’ensemble à géométrie variable « Bloc Notes » en sonate, trio à cordes et quatuor.Marie-Cécile Biron est actuellement professeur de violon et d’alto au conservatoire du 18éme arrondissement à Paris.

Jean-Marc Zvellenreuther & Florentino Calvo

Ce programme original est composé de musiques méditerranéennes autour du thème de la sérénade. De l’Espagne à l’Italie, ces artistes nous font notamment découvrir avec générosité le répertoire de Carage, Tarrega, Scarlatti, Paganini ou encore Albeniz. En duos harmonieux ou en solos virtuoses, c’est un voyage en Méditerranée et à travers les siècles que nous proposent ces deux artistes de talent.

Jean-Marc Zvellenreuther, guitare

Jean-Marc Zvellenreuther débute ses études musicales au CNR de Rueil-Malmaison où il obtient un 1er Prix de Guitare et étudie l’Ecriture, la Musique ancienne la Contrebasse et la Direction d’orchestre. Il entre ensuite dans la classe de guitare d’Alberto Ponce au CNR d’Aubervilliers-la-Courneuve où il reçoit un 1er prix avec félicitations puis il se voit décerner le Diplôme Supérieur de Concertiste de l’École Normale de Musique de Paris et de nombreuses distinctions internationales.

Titulaire du CA et professeur au CNR d’Aubervilliers depuis 1991, assistant d’Alberto Ponce au CNSM de Paris, il a été nommé professeur de Didactique au sein du département de pédagogie de cet établissement. Jean-Marc Zvellenreuther partage sa carrière entre l’enseignement et ses activités d’instrumentiste : récitals, concerts avec orchestre, musique de chambre. Il est membre fondateur du Trio Polycordes, ensemble de cordes pincées consacré à la musique contemporaine en résidence à la ville d’Argenteuil. Invité à se produire lors de festivals en France et à l’étranger, il a réalisé plusieurs enregistrements pour la radio et la télévision et s’intéresse à la musique de scène et de théâtre, tout en s’associant à des concerts de musique improvisée. Il participe à des opéras comme guitariste de scène et se produit notamment sur les scènes de l’Opéra Bastille et du festival d’Aix en Provence.

Jean-Marc Zvellenreuther se produit également en solo avec un répertoire de pièces de Bach et de musique espagnole et sud-américaine au chevet des patients.

Florentino Calvo, mandoline

Florentino Calvo commence ses études musicales à l’Ecole Nationale de Musique d’Argenteuil où il obtient un premier prix dans la classe de Mario Monti.

Il se perfectionne ensuite en Italie avec Ugo Orlandi. Depuis, il se produit en soliste et en musique de chambre, notamment avec le pianiste Maurice Chancelade ; il est appelé à se produire régulièrement avec l’Orchestre du théâtre national de l’Opéra de Paris, avec l’Orchestre national de France et l’ensemble Intercontemporain. Il est professeur à l’ENM d’Argenteuil et anime toute l’année des masters classes en France et à l’étranger. Il dirige l’orchestre à plectre l’Estudiantina d’Argenteuil.

Duo Cordes et Âmes

Le duo

Exigence et éclectisme d’une part, force et finesse d’autre part, caractérisent certainement l’esprit du duo « Cordes et âmes ». Un jeu vibrant et sensuel servi d’une parfaite maîtrise instrumentale, une complicité évidente, communicative avec le public, sont autant d’éléments contribuant à l’alchimie d’un duo réussi.

Créé en 2001, le duo remporte dès l’année suivante deux concours internationaux de musique de chambre et obtient mention très bien le prix de musique de chambre au conservatoire national supérieur de musique de Paris en 2005. Il se lance alors avec art et enthousiasme vers un répertoire sur mesure, existant ou à créer, enrichi de l’improvisation et de ses propres transcriptions : musiques de tous temps et de tous horizons, ancienne, classique, contemporaine, musiques d’Europe de l’Est, d’Espagne ou d’Amérique du Sud. Fort d’une expérience de plus de 500 concerts en France et à l’étranger : Italie, Espagne, Allemagne, Afrique, Inde, Japon, Philippines, Canada, Caraïbes, Groenland, la violoniste Sara Chenal et le guitariste Olivier Pelmoine excellent à la scène, où leur collaboration nous offre une très belle présence musicale : une entente rare, un duo corps et âmes.

Trois albums sont actuellement disponibles chez le label Skarbo : « Taïgo » (2007), « San Telmo » (2009) et « Chansons populaires espagnoles » (2012

Site officiel du duo Cordes et Âmes

 

Sara Chenal, violon

Prix mention très bien en violon au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 2003, Sara Chenal a suivi le cycle de perfectionnement en violon au Rotterdams Conservatorium. Membre de  l’opéra de Dijon de 1996 à 2001, elle s’oriente ensuite  vers une carrière de chambriste : tout d’abord en trio cordes et piano puis avec le duo « Cordes et âmes » et le quatuor à cordes « Sine Qua Non » dont elle est le 1er violon depuis 2006.

Elle est  également  invitée dans divers festivals de musique de chambre et comme soliste ou violon solo d’ensembles comme J.W.Audoli, Forum Sinfonietta, Les Musiciens d’Art, Musica de Flandre… Ouverte aux musiques actuelles, elle est amenée à jouer avec des personnalités comme Marc Perrone ou Emilie Simon. Titulaire du Certificat d’Aptitude, elle enseigne depuis 2007 au Conservatoire à Rayonnement Régional de Nantes.

Olivier Pelmoine, guitare

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (prix mention très bien) et de l’Ecole Normale de Musique de Paris (diplôme supérieur d’exécution à l’unanimité) il remporte en 2000 au Festival International de guitare de Montpellier le premier prix à l’unanimité du tremplin jeunes talents. Il est également lauréat en 2002 des concours internationaux de Ville d’Avray (en l’honneur de Maurice Ohana) et de l’île de Ré.

Il a enregistré en 2005 un album solo salué par la critique, consacré à des œuvres de Rodrigo, Regondi, Barrios, Albert et Boutros. Olivier Pelmoine a une activité  scénique éclectique : il se produit en tant que soliste, chambriste ou invité dans différents orchestres. Professeur d’enseignement artistique, il enseigne la guitare au Conservatoire à  Rayonnement Régional de Dijon et au Pôle d’enseignement supérieur de la musique de bourgogne.

2e2m

L’Ensemble 2e2m, fondé en 1972 par le compositeur Paul Méfano, est l’un des plus anciens et des plus prestigieux ensembles français consacrés à la création musicale d’aujourd’hui. Le sigle qui le désigne et qui signifie « études et expressions des modes musicaux » est devenu un acronyme – mieux, une devise garante de pluralisme et d’ouverture. L’Ensemble a créé plus de six cents partitions et révélé au public des compositeurs considérés aujourd’hui comme essentiels.

En résidence depuis sa création à Champigny-sur-Marne, l’Ensemble est un interprète incontournable des scènes nationales et internationales. Il est un compagnon fidèle et un interprète exigeant au service des compositeurs. Sans omettre l’éventail de tous les styles – classique, moderne et récent – 2e2m se veut dorénavant aussi acteur des nouvelles mixités artistiques.

 

Pierre Roullier, direction artistique

Pierre Roullier entreprend des études supérieures de mathématiques qui l’amènent aux portes des grandes écoles. Il décide de devenir musicien.

Flûtiste de formation, Pierre Roullier intègre la classe de Jean-Pierre Rampal au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il obtient un premier prix de flûte à l’unanimité, ainsi qu’un premier prix de musique de chambre. Il gagne les concours internationaux de Munich, de Rotterdam et Martigny. Parallèlement, il mène des études supérieures de philosophie et entreprend des études de direction d’orchestre avec Erich Bergel professeur à la Musikhochschule de Berlin. Lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin, soliste de Radio France, flûte-solo de l’Ensemble Orchestral de Paris de 1979 à 1988, membre du Quintette à vent Nielsen, il joue en soliste dans les plus grandes salles européennes, au Japon et en Amérique du Sud.

Depuis 1988, il conduit une activité de chef d’orchestre et aborde un répertoire très large allant de l’opérette à la création contemporaine dans des lieux aussi divers que l’Opéra-Comique (Paris), Radio France, le Festival d’Avignon, les Wiener Festwochen (Autriche), le Kunsthalle (Brème), le Konzerthaus (Berlin). Invité par l’Opéra de Nice, l’Orchestre de Sofia ou l’Orchestre Symphonique d’Osaka, il dirige l’Orchestre des Pays de la Loire, l’Orchestre National d’Ile de France, l’Orchestre Régional de Cannes Provence Côte d’Azur et crée l’opéra Vertiges de Jean-Pierre Drouet au Grand Théâtre de Bordeaux. Il se produit à l’Opéra d’Angers, au Grand Théâtre de Tours, à l’Opéra de Besançon. Il crée et enregistre l’opéra Micromégas de Paul Méfano au Festival de Radio France et Montpellier, la Cantate n° 1 de Bruno Mantovani sur les poèmes de Rilke au Festival Musica de Strasbourg.

Ses enregistrements couvrent un vaste répertoire allant de Jean-Sébastien Bach à Tôru Takemitsu, de Beethoven à Dusapin et Strasnoy. Ils sont salués par la critique et ont reçu des récompenses prestigieuses de l’Académie du Disque Français, de l’Académie Charles Cros et de l’Académie du Disque Lyrique.