Les Petites Bohêmes

Dans un tourbillon de sonorités classiques et traditionnelles du monde entier, les Petites Bohêmes revisitent tour à tour Mozart, l’opérette parisienne, le jazz, les musiques de l’Est ou encore Yann Tiersen.

 

Lucie Robineau, chant et flûte

Lucie Robineau débute ses études musicales au CRR de Reims dans les classes de flûte traversière, chant lyrique, jazz, théâtre et chanson. Musicienne polyvalente, elle obtient une Licence de musicologie, le Diplôme d’Études Musicales de flûte traversière au Conservatoire de Gennevilliers, tout en poursuivant une formation en chant au CRR de Reims et en se spécialisant dans l’étude de la flûte traversière baroque. Elle entre également au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2009 dans la classe de traverso.

Elle s’ouvre par ailleurs à d’autres styles de musique en prenant part aux groupes de chanson-jazz Les Maracasse-pieds, le Cunégonde Trio et plus récemment avec le duo Les Petites Bohèmes. Son parcours l’amène à se produire au sein de nombreux festivals et académies baroques mais également à l’Opéra Bastille, à l’Opéra de Reims et au Théâtre du Châtelet.

 

Mathilde Rossignol, chant et accordéon

Après dix ans de violon classique, Mathilde se tourne à seize ans vers le chant lyrique, qu’elle étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, avant de poursuivre son cursus au Royal Danish Academy of Music (DKDM) de Copenhague.

Comédienne également de formation, elle se tourne tout naturellement vers l’opéra et met sa voix au service de l’interprétation scénique. En se produisant régulièrement sur scène dans des productions d’opéra, mais aussi en récital de mélodies et lieder, Mathilde y explore la frontière entre lyrisme et théâtre, musique savante et populaire. Elle est ainsi programmée dans de nombreux festivals et collabore avec l’Orchestre de Paris ainsi qu’avec de nombreux ensembles.

Parallèlement à son parcours vocal et à ses années de violon, Mathilde se forme à l’accordéon diatonique dans le Berry où elle réside à son adolescence. Elle se consacre alors aux répertoires traditionnels limousins, berrichons et occitans, avant de construire un répertoire varié (classique, jazz, musiques traditionnelles), en duo avec Lucie Robineau, à travers Les Petites Bohêmes.

 

Duo EØS

Ces deux jeunes musiciens initient la rencontre éclatante du violoncelle et de l’accordéon, en convoquant leurs compositeurs de prédilection : Bach, Saint-Saëns, Fauré ou encore Piazzolla.

 

Louis-Guillaume Ferret, violoncelle

Louis-Guillaume Ferret, né en 1998, débute le violoncelle à l’âge de six ans auprès de Marie Madeleine Mille. En 2005 il intègre le conservatoire de Toulouse, dans la classe de Pauline Bartissol puis d’Antoine Foucher et en Master class avec Philippe Muller et Lluis Claret. Il est co soliste de l’orchestre MusikA depuis 2014. Après avoir obtenu les Premiers Prix de musique de chambre et violoncelle en 2016, il rentre la même année au CRR de Paris dans la classe de Thomas Duran. En 2017, il est admis au CNSMD de Paris dans la classe de Raphael Pidoux.

 

Angel Villart, accordéon

Angel Villart, né à Toulouse en 1997, débute l’accordéon à l’âge de 6 ans au côté de Nathalie Masson. En 2008 il est admis au Conservatoire de Toulouse dans la classe de Guy Ferla où il débute sa formation d’artiste interprète. Il rencontre de grands musiciens lors de plusieurs stages et (Masterclass) comme Jean-Marc Maronni, Sébastien Farge, Pascal Contet, ou même André Zarate avec qui il étudie en parallèle du Conservatoire. En 2012 il intègre le Quatuor Toulouse Accordéon au côté de Guy Katz Jacques Demeurs et Jacques Guillamat avec lequel il se produit dans la région Occitanie. Ayant Obtenu son premier prix d’accordéon à Toulouse, en 2015 il intègre la classe de Max Bonnay et d’Anthony Millet au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il est diplômé en 2018 du DNSPM et poursuit en classe Master. 

Pauline Amar

Pauline Amar, diplômée du CRR de Paris et du pôle supérieur de Rennes, enseigne la harpe au conservatoire d’Orléans. Agrégée de musique, elle enseigne la musicologie à l’Université de la Sorbonne en rédigeant une thèse sur la musique de Camille Saint-Saëns. Désireuse de faire découvrir la harpe sous toutes ses coutures et à tous les publics, elle propose des concerts alternant des styles différents : la musique classique, son répertoire de prédilection (Haendel, Chopin, Glinka, Hasselmans) y trouve une place centrale, suivie de près par les musiques du monde (celtique, yiddish, brésilienne), les musiques de films (Harry Potter, Miyasaki, …) et les chansons françaises des années 1970 et 1980.

Sébastien Hurtaud

Diplômé notamment de la Schola Cantorum et du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Sébastien Hurtaud s’est produit comme soliste avec l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre National de Nouvelle-Zélande, l’Orchestre de la Radio de Bratislava ou encore l’Orchestre des Pays de Savoie.

Il a remporté le premier prix du concours « Adam International de Violoncelle » en 2009 en Nouvelle-Zélande. Il est également lauréat du concours international de violoncelle Naumburg Foundation et Aldo Parisot aux États-Unis et en Corée du Sud.

Le magazine de disques American Fanfare le reconnaît «[…] proche de l’âme de Rostropovich et de la virtuosité de Feuerman […]» dans son premier disque consacré à Paul Hindemith enregistré avec la pianiste Paméla Hurtado.

Noemi Gasparini

Du violon classique à la jarana mexicaine, Noemi Gasparini ouvre des chemins éclectiques et inédits, au croisement de la musique traditionnelle d’Amérique Centrale et de la virtuosité de Bach, Paganini ou Kreisler.

Noemi Gasparini est une musicienne aussi bien active sur la scène classique que sur celles de la musique du monde et contemporaine. Elle poursuit actuellement un Master de violon classique au CNSMDP dans la classe de Jean-Marc Phillips et a obtenu son Bachelor à la Manhattan School of Music de New York, où elle a travaillé avec Patinka Kopec et Pinchas Zukerman. Noemi donne des concerts en tant que chambriste et soliste sur les scènes européennes et américaines, et elle fait partie du groupe Flor de Toloache, mariachi féminin primé d’un Grammy Award.

Elle organise aussi des concerts où musique classique et latino-américaine se rencontrent en créant ses propres chansons, en collaboration avec des musiciens divers et variés. Noemi est italo-mexicaine, est née et a grandi à Paris, et a vécu huit ans à New York. Elle a aussi étudié deux ans à la Junior Royal Academy de Londres dans son adolescence.

Antoine Guerrero

Le jeune guitariste Antoine Guerrero défend une musique cosmopolite, mettant à l’honneur compositeurs espagnols, italiens, argentins et slaves, ayant marqué l’histoire de la guitare classique.

Né à Bordeaux (1996), ce jeune guitariste s’est fait connaître sur la scène internationale grâce à sa participation à de nombreux concours et à son activité de concertiste.

La plupart de sa formation a eu lieu en France. Son premier professeur fut l’Argentin Rodolfo Lahoz ; puis il entre au Conservatoire Régional de Bordeaux sous la tutelle d’Olivier Chassain, où il obtient son diplôme en 2016 avec mention « Très bien » et les félicitations du jury.

Ensuite, il poursuit une Licence d’Interprète pendant 5 ans au Conservatoire Supérieur de Séville avec Francisco Bernier, au cours desquelles il reçoit également une formation de guitaristes internationaux célèbres tels que Judicael Perroy ou Carlo Marchione, entre autres.

Depuis septembre 2021, il intègre à nouveau la classe d’Olivier Chassain dans le Master d’Interprète au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Il est également artiste en résidence à la Cité Internationale des Arts (Paris).

Cassie Martin

Jeune lauréate de plusieurs concours nationaux et internationaux, la guitariste Cassie Martin raconte en musique de l’histoire de son instrument, du XVIIe siècle à nos jours, de l’Europe à l’Amérique du Sud.

Cassie Martin, née en 2002, commence la guitare à l’âge de 5 ans. Après une formation au Conservatoire d’Orléans, puis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris (CNSMDP) dans la classe d’Olivier Chassain.

Premier prix de concours à 9 ans, elle est depuis lauréate de plusieurs concours nationaux et internationaux dont les plus récents en 2019 sont le Prix d’Honneur du Concours International Léopold Bellan, le 1er Prix du Concours International de Guitare en Béarn, le 3ème Prix du Concours International de Bruxelles…

Cassie Martin s’est produite dans de nombreux festivals de guitare classique en France. Artiste EuroStrings 2020, elle s’est ouverte à la scène européenne, invitée au Festival internacional de guitarra de Guimaraes au Portugal ; au International Guitar Festival Rust en Autriche ; au Festival Internazionale della Chitarra – Città di Mottola en Italie ; au GuitArt festival Plovdiv en Bulgarie ; au Harmonia Cordis International Guitar Festival et au Novum Generatio International Guitar Festival en Roumanie.

Constance Grard

De la cordée pincée à la corde vibrée, du luth à la guitare en passant par le chant, Constance Grard invite à découvrir toutes les facettes de ces instruments. Mélodies espagnoles, chansons de Barbara, airs de la Renaissance et standards des Beatles sont autant d’univers musicaux mis à l’honneur.

Constance Grard, guitariste classique et luthiste a obtenu son Diplôme d’Interprète et son Diplôme d’État à l’École Supérieure de Bourgogne-Franche-Comté. Elle enseigne la guitare à Paris, dans l’association musicale Le PitrayOlier depuis 2013 et au conservatoire de Rungis depuis 2020.

Elle se passionne pour le théâtre et accompagne régulièrement des comédiens sur scène, notamment en 2014 avec la pièce Le Songe d’une nuit d’été mis en scène par Omar Boussik et depuis 2015 sur le texte Cousin Crusoé de Bruno Rigotard. En 2020, elle crée son propre spectacle musical Des Sons dans les Mots à la Minoterie de Dijon sur le thème de l’apprentissage et le parcours du musicien.

Touchée depuis toujours par la musique ancienne, elle entre dans la classe de luth de Claire Antonini au Conservatoire de Chelles, puis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles dans la classe de Benjamin Perrot.

Constance se produit régulièrement en duo, petit ensemble et en solo où elle met à l’honneur le répertoire de la guitare classique et les airs de la Renaissance anglaise à l’aide de son luth et de sa voix.

Alberta Alexandrescu

A 12 ans, sur la scène de l’Athénée Roumain, la salle la plus réputée de Roumanie, Alberta Alexandrescu débute en soliste avec orchestre. A 18 ans elle entre brillamment au CNSM de Paris dans la classe de Gérard Frémy et obtient son prix trois ans plus tard.

Elle se perfectionne lors de masters classes auprès de Dimitri Bashkirov, Claude Franck, François René Dûchable.

En 1995 elle est lauréate, entre autres, du troisième Grand Prix Marguerite Long et du Prix de la Sacem pour le meilleur récital. Soutenue par la Fondation Nadia Boulanger la critique musicale lui décerne, en 1998, le « Prix du jeune interprète ».

Alberta Alexandrescu a été l’invitée régulière des meilleurs orchestres roumains avec lesquels elle a interprété des concertos de Chopin, Brahms, Beethoven, Mozart, Saint-Saëns et Schumann.

Elle se produit également en récital solo et en musique de chambre sur de nombreuses scènes, en France, Roumanie, Canada, Brésil, Colombie et a participé à de nombreuses émissions de télévision en Roumanie

Romain Falik

Romain Falik est un guitariste autodidacte, il entre au Conservatoire National de Toulouse à 20 ans en 2004 dans la classe de guitare classique de Paul Ferret.

Il poursuit ses études musicales au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles en obtenant en 2009 un Diplôme d’Etudes Musicales de guitare classique dans la classe de Christian Channel.

Il se tourne alors vers la musique ancienne en rentrant dans la classe de Benjamin Perrot (ensemble La Reveuse) au CRR de Versailles où il étudie le théorbe et le luth et en jouant régulièrement avec le Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction d’Olivier Schneebeli dans le cadre des « Jeudis musicaux à la chapelle royale » du château de Versailles.

Il obtient un DEM de théorbe en 2013.

En tant que soliste et continuiste, il se produit régulièrement dans des festivals en France et à l’étranger avec des ensembles tel que Les Cris de Paris (Geoffroy Jourdain), Le Theatre de l’Incredule (Benjamin Lazar, Louise Moaty), le Baroque Nomade (Jean Christophe Frisch), La Camerata Vocale de Brive (Jean Michel Hasler), La Compagnie du Mage (Jean Paul Bouron), la Compagnie l’Escarboucle (Carine Moretton) …

Aujourd’hui il s’intéresse également au luth arabe et reçoit l’enseignement du oudiste Issa Murad.

Récemment, il a participé à l’enregistrement du disque Marais – Suites for Oboe avec le hautboïste Canadien Christopher Palameta sous le label Audax records.

Liat Cohen

Elle donne ses premiers récitals à l’âge de 14 ans. Surnommée «princesse de la guitare classique» (La Critique), son jeu est habité, sensuel, délicat, inventif autant que virtuose.

Premier Prix du Conservatoire de Paris, diplômée de la Schola Cantorum (Diplôme de Concert décerné à l’unanimité avec félicitations du jury), de l’Ecole Normale de Musique de Paris (Diplôme d’exécution à l’unanimité), Liat Cohen est la première guitariste à avoir reçu le Prix Nadia Boulanger Fondation de France. Elle est également Lauréate de nombreux concours internationaux, dont ceux de Rome, Paris et Tel-Aviv.

Elle se produit sur les cinq continents et collabore avec des grands chefs (Jacques Mercier, Frédéric Chaslin…) et les plus grands orchestres et ensembles (Orchestre Symphonique de Jérusalem, Orchestre Symphonique de Melbourne, Quatuor Prazak, Quatuor Zemlinsky…).

Elle se produit également sur les plus grandes scènes : Rudolphinum de Prague, Radio-France, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Théâtre National du Costa Rica… et participe à de nombreux festivals internationaux (Montpellier, Buenos Aires Guitarras del mundo…).

Muse et musicienne, Liat Cohen explore et transcende son répertoire. Parmi ses projets, des transcriptions pour la guitare des œuvres de J.S. Bach qu’elle enregistre à l’Abbaye du Mont St-Michel. En 2005 parait « Latino-Ladino» chez Harmonia Mundi, album né d’une rencontre passionnante entre la musique baroque espagnole et la musique sud-américaine. En 2014, Liat Cohen crée un voyage insolite au cœur de la musique classique brésilienne : Rio-Paris (ERATO-Warner Classics). L’équipage de luxe se compose de Natalie Dessay, d’Agnès Jaoui et d’Helena Noguerra. Le quatuor d’interprètes se rejoint dans une fascination commune pour les musiques latines et tout particulièrement pour celles du Brésil. Elles distillent leurs talents instrumentaux et vocaux à travers les plus belles œuvres du répertoire de Heitor Villa-Lobos, Badén Powell, João Gilberto, Tom Jobim, et des compositions inédites sur des poèmes de Victor Hugo. Rio-Paris atteint des sommets rares pour un album de musique classique et certainement par un album de guitare. Première place toutes catégories et longtemps première place des ventes classiques.

Jean-Marc Zvellenreuther

Curieux et passionné, Jean-Marc Zvellenreuther explore l’univers musical dans toute sa diversité. Guitariste, pédagogue, chef d’orchestre, il s’enrichit auprès de ses élèves et au contact de musiciens et artistes de divers horizons.

Musique contemporaine, jazz et improvisation, transcription, opéra et orchestre, il s’investit partout et toujours avec la même exigence artistique. Il porte aussi un regard nouveau sur le répertoire et la forme du concert, grâce aux nouvelles technologies, comme avec son projet iberialbeniz

Proche des compositeurs d’aujourd’hui, il crée de nombreuses œuvres nouvelles en solo, au sein d’ensembles comme ars nova, avec sa formation le Trio polycordes.

Disciple d’Alberto Ponce, Jean-Marc Zvellenreuther a été son assistant au Conservatoire de Paris pendant sept ans. Le maître espagnol lui a transmis les secrets de son art, perpétuant la tradition de Tarrega et Emilio Pujol.

Titulaire d’une classe de guitare au CRR de Boulogne-Billancourt, Jean-Marc Zvellenreuther a été le premier guitariste à enseigner la didactique de l’instrument au département de pédagogie du CNSMDP. il est actuellement professeur assistant (classe de Roland Dyens) dans cet établissement et enseigne au PSPBB

Jean-Marc Zvellenreuther joue dans les plus grandes formations symphoniques et opéras. Il connaît l’orchestre de l’intérieur, et s’intéresse naturellement à la direction. Formé par Nicolas Brochot, il est invité à diriger des sessions d’orchestre avec les étudiants du pôle sup’93 et PSPBB notamment dans le répertoire moderne et contemporain. Il dirige aussi les étudiants du Conservatoire de Paris, ainsi que divers concerts et projets comme la première en France de Kammermusik 1958 d’Hans Werner Henze à la Péniche-opéra.

Parmi ses projets figurent Black Mirror d’Alexander Schubert avec Lucilin pour le Rainy Days Festival au Luxemburg, Lighthouse avec Ars nova à l’Athénée et Flexible Silence de Teshigarawa avec l’Ensemble intercontemporain au théâtre national de Chaillot à Paris.

Duo Fukui-Jallu

Ces deux étonnants musiciens nous font voyager au travers d’un répertoire composé d’œuvres emblématiques du Tango, allant des grands classiques du célèbre duo Anibal Troilo et Roberto Grela aux créations plus contemporaines du compositeur-guitariste argentin Tomas Gubitsch.

« Dans la tradition des mariages tangueros entre le bandonéon et la guitare, des quelques grands classiques du célèbre duo Anibal Troilo et Roberto Grela aux créations plus contemporaines du compositeur-guitariste argentin Tomas Gubitsch, la bandonéoniste Louise Jallu et le guitariste Hiroki Fukui, nous offrent un programme inouï où la virtuosité de la guitare se conjugue avec force aux sonorités chaudes et expressives du bandonéon.

En dépit de leur jeune âge, ces deux artistes, formés par les plus grandes personnalités du Tango (Cesar Stroscio, JuanJo Mosalini, Diego Trosman, Ciro Perez…) ont donné de nombreux concerts et préparent actuellement un enregistrement. Arrangeurs, découvreurs, compositeurs, ces deux étonnants musiciens nous font voyager au travers d’un répertoire qu’ils ont su remettre en lumière, transcrire avec beaucoup d’intelligence, de savoir et de sensibilité, répertoire composé d’œuvres à la fois emblématiques du Tango et paradoxalement absentes des salles de concert. » Bernard Cavanna

 

Louise JALLU

Louise entre au conservatoire de Gennevilliers à cinq ans. Elle commence son apprentissage auprès de Jean Baptiste Henry. En 2009, elle entre en cursus musicale au Lycée Racine de Paris. Elle emporte le 2ème Prix de la catégorie bandonéon solo du Concours International de Klingenthal. En 2011, elle interprète le concerto Aconcagua de Piazzolla dans lequel elle inclut ses propres cadences. Elle obtient son Bac S, le titre de jeune talent de la ville de Gennevilliers et son DEM (Diplôme d’Etude Musicale) à l’unanimité du jury composé de Tomas Gubitsh, Pascal Contet et Serge Amico. Elle complète sa formation instrumentale auprès de César Stroscio. En musique de chambre, elle se perfectionne avec Juan Jose Mosalini. Elle étudie la composition auprès de Bernard Cavanna. Elle fonde sa propre formation, Tango Carbon. En 2014, elle collabore avec la chanteuse Katerina Fotinaki et forme le duo Fukui-Jallu. Elle joue dans de prestigieuses salles telles que l’Alhambra, l’Européen, la Philarmonie de Paris, le Triton, la Filature, le Café de la Danse, le Musée d’Orsay et la Maline, entre autres. En 2015, elle sort « En crise » avec Tango Carbon chez Nomad Music. Elle se produit en Ukraine, en Algérie, au Maroc, en Hollande, en Italie et en Arménie. En 2016, elle sort « A contrafuego » avec les Fleurs Noires chez Milan Music. Elle joue en duo avec Cesar Stroscio.

Hiroki FUKUI

Hiroki débute la guitare avec Yoshihiro Muto à l’âge de 4 ans. Dès l’âge de 12 ans, il participe régulièrement à plusieurs concours et obtient en 2009, le 1er prix en soliste et musique collective au concours régional et le 5eme prix au concours international de Tokyo. L’année suivante, il s’installe à Paris et poursuit son apprentissage avec Judicael Perroy. En 2011, il rentre au conservatoire à rayonnement départemental d’Aulnay sous Bois. En 2012, il obtient son DEM (Diplôme d’Etude Musicale) en guitare, solfège et musique de chambre. En parallèle, il s’intéresse aux musiques actuelles comme le jazz, la musique brésilienne et notamment le tango. Il travaille par la suite auprès de Juan Jose Mosalini en musique de chambre. Aujourd’hui, il suit ses études de musique classique au pôle supérieur d’enseignement artistique du Nord – Pas de Calais et développe l’art de l’arrangement et de l’improvisation auprès de Norberto Pedreira et de Diego Trosman. Il se produit également dans diverses formations et forme un duo guitare-bandonéon avec Louise Jallu.

Olivier Pelmoine

Olivier Pelmoine, guitare

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (prix mention très bien) et de l’Ecole Normale de Musique de Paris (diplôme supérieur d’exécution à l’unanimité) il remporte en 2000 au Festival International de guitare de Montpellier le premier prix à l’unanimité du tremplin jeunes talents. Il est également lauréat en 2002 des concours internationaux de Ville d’Avray (en l’honneur de Maurice Ohana) et de l’île de Ré.

Il a enregistré en 2005 un album solo salué par la critique, consacré à des œuvres de Rodrigo, Regondi, Barrios, Albert et Boutros. Olivier Pelmoine a une activité  scénique éclectique : il se produit en tant que soliste, chambriste ou invité dans différents orchestres. Professeur d’enseignement artistique, il enseigne la guitare au Conservatoire à  Rayonnement Régional de Dijon et au Pôle d’enseignement supérieur de la musique de Bourgogne.

Mélanie Dutreil & Marie Normant | Duo de harpes

Mélanie Dutreil

Après avoir reçu en 1995 un Premier Prix à l’unanimité au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, Mélanie Dutreil entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’Isabelle Moretti où elle obtient en 1999  le Premier Prix de harpe, suivi de celui de musique de chambre en 2000.

Mélanie Dutreil est une invitée de choix des festivals, en soliste ou en musique de chambre, en France comme à l’étranger, avec des musiciens tels que Michel Moraguès, David Walter, Sabrina Maaroufi, le quatuor Castagneri, Sébastien Surel, Magali Mosnier, Sarah Nemtanu, Eric-Maria Couturier, Nicolas Bône, et bien sûr Marie Normant!

Mélanie apparaît régulièrement dans les plus grands orchestres Français : Les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg et de Radio France; les orchestres Nationaux de Lyon, de Lorraine, de France, Bordeaux-Aquitaine; l’orchestre de Paris, l’orchestre de Bretagne.

Depuis 1997, Mélanie enseigne la harpe dans plusieurs Conservatoires de musique. Elle est actuellement professeurs aux conservatoires de Sceaux, Houilles et Asnières-sur-Seine.

Marie Normant

Née en 1976 à Toulouse, Marie Normant entre 1ère nommée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet. Elle y obtient à 18 ans un 1er Prix de Musique de Chambre à l’unanimité, suivi d’un 1er Prix de Harpe et du Prix de l’Association des Anciens Elèves du Conservatoire. Elle intègre ensuite la classe de Perfectionnement  confiée à Isabelle Moretti.

Marie Normant a remporté en 1998 le concours « Avant-Scène » (tous instruments confondus), puis en 1999 le Prix de la SACEM au « Concours International Lily Laskine».

Elle est régulièrement invitée sur les ondes de France Musiques et dans nombre de festivals (Val d’Aulnay, Antibes, Falaises musicales, Gargilesse…). Elle a travaillé avec les orchestres de Toulouse, Strasbourg, San Sebastien, Bilbao, Kuala Lumpur, Opéra de Paris, National de Lyon, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio France, Mahler Chamber Orchestra, NDR de Hambürg et a participé à plusieurs créations contemporaines à Cologne et Paris avec Peter Eötvös.

Marie Normant s’est produite en soliste à la Cité de la Musique de Paris, aux « Folles Journées » de Nantes, à l’Abbaye Royale de Fontevraud, à la salle Gaveau, à Baden-Baden, au Musée d’Art Américain de Giverny (avec l’ensemble Musique Oblique), au Grand Palais et au Musée d’Orsay à Paris.

Depuis 2001, Marie Normant est Harpe Solo à l’Orchestre de la Garde Républicaine de Paris.

Son éclectisme lui a permis de jouer en soliste et en musique de chambre avec des musiciens tels que le Quatuor Ysaye, Philippe Bernold, Benoît Fromanger, Juliette Hurel, Emmanuelle Bertrand, Shlomo Mintz, Pascal Moragues et Yuri Bashmet.

Luc Héry

Né en 1961, Luc Héry entre au Conservatoire national supérieur de Paris en 1975. Il étudie le violon dans la classe de Pierre Doukan, et la musique de chambre dans celle de Jean Hubeau. Il obtient un premier prix dans ces deux disciplines en 1980, et au cours de son troisième cycle de violon remporte le troisième prix au Concours international Tibor Varga, à Sion, en 1983.

En 1984, il est admis à l’Orchestre de l’Opéra de Paris. Deux ans plus tard, il entre à l’Orchestre national de France, comme chef d’attaque des seconds violons, avant d’être nommé premier violon solo de la même formation en 1991.

Parmi les prestations de Luc Héry comme soliste, citons en 1996 l’interprétation du Concerto de Dutilleux avec l’Orchestre national sous la direction de Lawrence Foster et, en mai 2000, la Symphonie concertante de Mozart avec Nicolas Bône (alto solo de l’Orchestre national), toujours avec l’Orchestre national, dirigé par Evgueni Svetlanov.
Luc Héry pratique régulièrement la musique de chambre dans le cadre de la saison de Radio France. Il a enregistré pour Harmonia Mundi les Quintettes de Brahms et de Mozart, avec les solistes de l’Orchestre national de France.

Jean Ferrandis

Après avoir obtenu le Premier Prix à l’unanimité dans la classe de Maxence Larrieu au Conservatoire National Supérieur de Lyon en 1985, Jean Ferrandis sera successivement lauréat des concours internationaux «Maria Canals» de Barcelone en 1982, «Young Concert Artists» de New York en 1985, et la même année à Munich. En 1986 il se voit attribuer le Grand Prix du Concours International de flûte du «Printemps de Pragues». En 1998 il a été élu «Artiste en résidence» au Lotos de New York.

Suivront alors de nombreux concerts à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord, où il joue en récital, en musique de chambre ou en soliste avec orchestre dans les salles les plus prestigieuses telles que La Salle Pleyel et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Vigado de Budapest, Alice Tully Hall à New York, le Taïpei Arts Center, le Palais de la Musique à Barcelone, Hamarikiu Hall de Tokyo, Wigmore Hall de Londres, le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, La Fenice de Venise, sous la direction de Leonard Bernstein, Tibor Varga, Laurent Petitgirard, ou encore Yoram David. Il est également invité à participer à de nombreux festivals, citons parmi eux «Lanaudière» au Canada, «Sion», le «Printemps de Budapest», le «Midem» de Cannes et le Festival «Berlioz». Jean Ferrandis se produit en musique de chambre avec des artistes d’exception tels que Jean-Philippe Collard, Henri Demarquette, Ivry Gitlis, Jean-Marc Luisada, Emile Naoumoff, Marielle Nordmann, Gérard Poulet, Caroline Sageman, Dominique de Williencourt.

Il mène également une carrière de chef d’orchestre avec des ensembles tels que la Camerata de Saint-Petersbourg ou l’Orchestre de chambre Saint-Christophe de Vilnius. Ses enregistrements incluent des oeuvres de Honneger et D’Indy, ainsi que l’Intégrale des Concertos de Mozart avec Marie-Pierre Langlamet (Harpe Solo du Berliner Philharmonik). Il a réalisé un CD des «Sonatines» et «Arpeggione» de Schubert avec le pianiste Emile Naoumoff pour le label La Follia Madrigal ainsi que l’intégrale des concerti de C.Ph.E Bach avec l’Orchestre de chambre Saint-Christophe de Vilnius. Avec le même orchestre, l’oeuvre complète pour flûte de Yuko Uebayashi.

Parallèlement à son activité de concertiste, il est professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris et au Californian State University, Fullerton, US. Il donne régulièrement des Master Classes en Europe, au Japon, en Corée et aux Etats-Unis, où il enseigne dans des universités comme Juilliard School, Rice University, Texas, et Bloomington, Indiana. En 2009, Jean Ferrandis sera successivement invité aux conventions des flûte de New York, Tokyo et Adelaide (Australie).

Site officiel de Jean Ferrandis

Gaétan Biron

Il propose un répertoire Bach, Mozart, Beethoven, Prokofiev, Leclair ou encore Bartók qu’il interprète avec talent et sensibilité.

Gaétan Biron, violon

Gaétan Biron commence ses études au conservatoire de Nantes. Il est admis dans la classe de Gérard Poulet au Conservatoire National Supérieur de Paris, où il obtient en 2003 un Premier Prix à l’unanimité. En 2002, il entre dans la classe de violon solo d’orchestre de Luc Héry. Cette même année, il obtient une bourse d’étude afin de se rendre au Mozarteum de Salzburg. En 2003, Gaétan Biron entre à l’Orchestre National de France.

Passionné de musique contemporaine, il se produit régulièrement avec l’ensemble TM+, l’ensemble Inter contemporain et le quatuor Multilatéral. Dans le cadre de son activité à l’orchestre National de France, Gaétan Biron participe à de nombreux projets pédagogiques retransmis sur  les ondes de France Musiques.

Son premier disque est paru en janvier 2010 chez Universal Music Classic. Il y interprète en compagnie du pianiste Damien Luce, les Impressions d’Enfance opus 28 de Georges Enesco.

Parfois, il est accompagné de Marie-Cécile Biron, alto.

En duo avec Marie-Cécile Biron, alto

Marie-Cécile Biron débute le violon à l’âge de cinq ans à l’école de musique d’Eaubonne. En 2000, au conservatoire de Meudon, elle obtient un prix de violon et de musique de chambre. Elle étudie ensuite au Conservatoire National Supérieur de Paris, et termine son cursus par un prix de violon en 2003.

En 2005, Marie-Cécile Biron obtient un premier prix d’alto à l’unanimité dans la classe de Françoise Gnéri au conservatoire de Rueil-Malmaison. Elle obtient le Diplôme d’Etat de violon en 2006 et d’alto en 2007 au Cefedem de Rueil.

Passionnée de musique de chambre, elle se produit régulièrement avec l’ensemble à géométrie variable « Bloc Notes » en sonate, trio à cordes et quatuor.Marie-Cécile Biron est actuellement professeur de violon et d’alto au conservatoire du 18éme arrondissement à Paris.

Jean-Marc Zvellenreuther & Florentino Calvo

Ce programme original est composé de musiques méditerranéennes autour du thème de la sérénade. De l’Espagne à l’Italie, ces artistes nous font notamment découvrir avec générosité le répertoire de Carage, Tarrega, Scarlatti, Paganini ou encore Albeniz. En duos harmonieux ou en solos virtuoses, c’est un voyage en Méditerranée et à travers les siècles que nous proposent ces deux artistes de talent.

Jean-Marc Zvellenreuther, guitare

Jean-Marc Zvellenreuther débute ses études musicales au CNR de Rueil-Malmaison où il obtient un 1er Prix de Guitare et étudie l’Ecriture, la Musique ancienne la Contrebasse et la Direction d’orchestre. Il entre ensuite dans la classe de guitare d’Alberto Ponce au CNR d’Aubervilliers-la-Courneuve où il reçoit un 1er prix avec félicitations puis il se voit décerner le Diplôme Supérieur de Concertiste de l’École Normale de Musique de Paris et de nombreuses distinctions internationales.

Titulaire du CA et professeur au CNR d’Aubervilliers depuis 1991, assistant d’Alberto Ponce au CNSM de Paris, il a été nommé professeur de Didactique au sein du département de pédagogie de cet établissement. Jean-Marc Zvellenreuther partage sa carrière entre l’enseignement et ses activités d’instrumentiste : récitals, concerts avec orchestre, musique de chambre. Il est membre fondateur du Trio Polycordes, ensemble de cordes pincées consacré à la musique contemporaine en résidence à la ville d’Argenteuil. Invité à se produire lors de festivals en France et à l’étranger, il a réalisé plusieurs enregistrements pour la radio et la télévision et s’intéresse à la musique de scène et de théâtre, tout en s’associant à des concerts de musique improvisée. Il participe à des opéras comme guitariste de scène et se produit notamment sur les scènes de l’Opéra Bastille et du festival d’Aix en Provence.

Jean-Marc Zvellenreuther se produit également en solo avec un répertoire de pièces de Bach et de musique espagnole et sud-américaine au chevet des patients.

Florentino Calvo, mandoline

Florentino Calvo commence ses études musicales à l’Ecole Nationale de Musique d’Argenteuil où il obtient un premier prix dans la classe de Mario Monti.

Il se perfectionne ensuite en Italie avec Ugo Orlandi. Depuis, il se produit en soliste et en musique de chambre, notamment avec le pianiste Maurice Chancelade ; il est appelé à se produire régulièrement avec l’Orchestre du théâtre national de l’Opéra de Paris, avec l’Orchestre national de France et l’ensemble Intercontemporain. Il est professeur à l’ENM d’Argenteuil et anime toute l’année des masters classes en France et à l’étranger. Il dirige l’orchestre à plectre l’Estudiantina d’Argenteuil.

Duo Cordes et Âmes

Le duo

Exigence et éclectisme d’une part, force et finesse d’autre part, caractérisent certainement l’esprit du duo « Cordes et âmes ». Un jeu vibrant et sensuel servi d’une parfaite maîtrise instrumentale, une complicité évidente, communicative avec le public, sont autant d’éléments contribuant à l’alchimie d’un duo réussi.

Créé en 2001, le duo remporte dès l’année suivante deux concours internationaux de musique de chambre et obtient mention très bien le prix de musique de chambre au conservatoire national supérieur de musique de Paris en 2005. Il se lance alors avec art et enthousiasme vers un répertoire sur mesure, existant ou à créer, enrichi de l’improvisation et de ses propres transcriptions : musiques de tous temps et de tous horizons, ancienne, classique, contemporaine, musiques d’Europe de l’Est, d’Espagne ou d’Amérique du Sud. Fort d’une expérience de plus de 500 concerts en France et à l’étranger : Italie, Espagne, Allemagne, Afrique, Inde, Japon, Philippines, Canada, Caraïbes, Groenland, la violoniste Sara Chenal et le guitariste Olivier Pelmoine excellent à la scène, où leur collaboration nous offre une très belle présence musicale : une entente rare, un duo corps et âmes.

Trois albums sont actuellement disponibles chez le label Skarbo : « Taïgo » (2007), « San Telmo » (2009) et « Chansons populaires espagnoles » (2012

Site officiel du duo Cordes et Âmes

 

Sara Chenal, violon

Prix mention très bien en violon au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 2003, Sara Chenal a suivi le cycle de perfectionnement en violon au Rotterdams Conservatorium. Membre de  l’opéra de Dijon de 1996 à 2001, elle s’oriente ensuite  vers une carrière de chambriste : tout d’abord en trio cordes et piano puis avec le duo « Cordes et âmes » et le quatuor à cordes « Sine Qua Non » dont elle est le 1er violon depuis 2006.

Elle est  également  invitée dans divers festivals de musique de chambre et comme soliste ou violon solo d’ensembles comme J.W.Audoli, Forum Sinfonietta, Les Musiciens d’Art, Musica de Flandre… Ouverte aux musiques actuelles, elle est amenée à jouer avec des personnalités comme Marc Perrone ou Emilie Simon. Titulaire du Certificat d’Aptitude, elle enseigne depuis 2007 au Conservatoire à Rayonnement Régional de Nantes.

Olivier Pelmoine, guitare

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (prix mention très bien) et de l’Ecole Normale de Musique de Paris (diplôme supérieur d’exécution à l’unanimité) il remporte en 2000 au Festival International de guitare de Montpellier le premier prix à l’unanimité du tremplin jeunes talents. Il est également lauréat en 2002 des concours internationaux de Ville d’Avray (en l’honneur de Maurice Ohana) et de l’île de Ré.

Il a enregistré en 2005 un album solo salué par la critique, consacré à des œuvres de Rodrigo, Regondi, Barrios, Albert et Boutros. Olivier Pelmoine a une activité  scénique éclectique : il se produit en tant que soliste, chambriste ou invité dans différents orchestres. Professeur d’enseignement artistique, il enseigne la guitare au Conservatoire à  Rayonnement Régional de Dijon et au Pôle d’enseignement supérieur de la musique de bourgogne.

2e2m

L’Ensemble 2e2m, fondé en 1972 par le compositeur Paul Méfano, est l’un des plus anciens et des plus prestigieux ensembles français consacrés à la création musicale d’aujourd’hui. Le sigle qui le désigne et qui signifie « études et expressions des modes musicaux » est devenu un acronyme – mieux, une devise garante de pluralisme et d’ouverture. L’Ensemble a créé plus de six cents partitions et révélé au public des compositeurs considérés aujourd’hui comme essentiels.

En résidence depuis sa création à Champigny-sur-Marne, l’Ensemble est un interprète incontournable des scènes nationales et internationales. Il est un compagnon fidèle et un interprète exigeant au service des compositeurs. Sans omettre l’éventail de tous les styles – classique, moderne et récent – 2e2m se veut dorénavant aussi acteur des nouvelles mixités artistiques.

 

Pierre Roullier, direction artistique

Pierre Roullier entreprend des études supérieures de mathématiques qui l’amènent aux portes des grandes écoles. Il décide de devenir musicien.

Flûtiste de formation, Pierre Roullier intègre la classe de Jean-Pierre Rampal au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il obtient un premier prix de flûte à l’unanimité, ainsi qu’un premier prix de musique de chambre. Il gagne les concours internationaux de Munich, de Rotterdam et Martigny. Parallèlement, il mène des études supérieures de philosophie et entreprend des études de direction d’orchestre avec Erich Bergel professeur à la Musikhochschule de Berlin. Lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin, soliste de Radio France, flûte-solo de l’Ensemble Orchestral de Paris de 1979 à 1988, membre du Quintette à vent Nielsen, il joue en soliste dans les plus grandes salles européennes, au Japon et en Amérique du Sud.

Depuis 1988, il conduit une activité de chef d’orchestre et aborde un répertoire très large allant de l’opérette à la création contemporaine dans des lieux aussi divers que l’Opéra-Comique (Paris), Radio France, le Festival d’Avignon, les Wiener Festwochen (Autriche), le Kunsthalle (Brème), le Konzerthaus (Berlin). Invité par l’Opéra de Nice, l’Orchestre de Sofia ou l’Orchestre Symphonique d’Osaka, il dirige l’Orchestre des Pays de la Loire, l’Orchestre National d’Ile de France, l’Orchestre Régional de Cannes Provence Côte d’Azur et crée l’opéra Vertiges de Jean-Pierre Drouet au Grand Théâtre de Bordeaux. Il se produit à l’Opéra d’Angers, au Grand Théâtre de Tours, à l’Opéra de Besançon. Il crée et enregistre l’opéra Micromégas de Paul Méfano au Festival de Radio France et Montpellier, la Cantate n° 1 de Bruno Mantovani sur les poèmes de Rilke au Festival Musica de Strasbourg.

Ses enregistrements couvrent un vaste répertoire allant de Jean-Sébastien Bach à Tôru Takemitsu, de Beethoven à Dusapin et Strasnoy. Ils sont salués par la critique et ont reçu des récompenses prestigieuses de l’Académie du Disque Français, de l’Académie Charles Cros et de l’Académie du Disque Lyrique.