Duo Akustici

Anne Bouaziz, chant 

Elle commence par l’apprentissage de la flûte traversière au Conservatoire de Colombes (92) puis se met au piano. Très vite, elle s’éprend pour la scène et plus particulièrement pour la comédie musicale. C’est à Madrid, lors de son Erasmus, qu’elle monte avec une amie la comédie musicale La máscara del Zorro (création, écriture, direction, mise en scène, coaching vocal). En septembre 2013, elle intègre la Formation Comédie Musicale du Cours Florent après avoir été diplômée en Management et Business International. Depuis juillet 2016, Anne est la chanteuse du Happy Bal, un orchestre live dansant dont le répertoire est le rock’n’swing avec une touche guinguette, qui se produit dans des salles mythiques (Bellevilloise, Java…) et lors d’évènements privés. Anne est aussi activement investie dans la gérance de cette association. En septembre 2016, elle intègre l’équipe du Théâtre de la Clarté de Boulogne Billancourt où elle joue dans trois « seule en scène » jeune public : Madame Marguerite ; Pierre et le loup – A chacun son loup ; et Peter Pan (au Théâtre Lucernaire de mai à août 2018). Lors du Festival Off d’Avignon, en juillet 2018, Anne joue les rôles de Gwen et Kinder dans la comédie tout public C’est pas gagné ! De plus, Anne anime des ateliers théâtre dans les écoles depuis septembre 2016. Depuis bientôt un an, elle interprète des morceaux d’Amy Winehouse en passant par Aretha Franklin et Johnny Hallyday jusqu’à Etta James accompagnée par le Bluesy Riders Band. 

Antonio Masto, guitare 

Il étudie la musique classique, le rock & blues (Lizard Music School), et le jazz (CESM Music School), obtenant différents diplômes au fil du temps. Son expérience musicale est riche de concerts, performances théâtrales, orchestres et groupes variés. Pendant 10 ans environ, il enseigne la musique auprès de dizaines d’étudiants. Il compose plusieurs chansons originales et collabore étroitement avec des auteurs-compositeurs- interprètes siciliens en tant que compositeur et guitariste. Au cours des dernières années, il enrichit son expérience en allant à Turin puis à Paris où il joue aujourd’hui de la guitare acoustique, toujours accompagné de son accessoire préféré: le « loop station » ou « looper ». C’est en juin 2019 qu’il rencontre Anne Bouaziz pour former le duo acoustique guitare-voix: Akustici. 

Trio B.O.

Audrey Kessedjian, chant

Elle commence ses études de chant à Paris à l’âge de 14 ans et intègre la Maîtrise de Paris en suivant un cursus à horaires aménagés. Après l’obtention de ses diplômes en musicologie et en chant, elle chante régulièrement dans les chœurs de l’Opéra de Paris et de l’Opéra Comique. Elle obtient ensuite son diplôme à l’opéra studio du Royal College of Music de Londres et intègre La Chapelle Musicale Reine Elisabeth/ Opéra Studio de La Monnaie de Bruxelles où elle se voit confier des petits rôles dans Cendrillon de Massenet, Manon Lescaut de Puccini et le mezzo solo du Midsummer Night’s Dream de Mendelssohn sous la direction de Jérémie Rhorer. Elle chante également au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles aux côtés de José Van Dam. Audrey Kessedjian a partagé la scène avec Rolando Villazon lors d’un concert à Copenhague sous la direction de Marco Zambelli, mais aussi avec Sir Thomas Allen au Victoria and Albert Museum de Londres et avec José Cura à l’Opéra National de Lorraine. Parmi ses concerts, on peut citer le mezzo solo de La Petite Messe Solennelle de Rossini avec Susan Manoff, le Gloria de Vivaldi à St Martin in the fields et Les Cantates de Bach à St John Smith’s Square de Londres. Elle participe aux concerts des Demoiselles de St Cyr et de l’enregistrement « Ténèbres du premier jour » sous la direction d’Emmanuel Mandrin mais également à l’émission « La Boîte à musique » de Jean-François Zygel ainsi qu’à un de ses concerts au Théâtre du Châtelet à Paris. Son répertoire comprend les rôles de Chérubin (« Les Noces de Figaro », Mozart), La Périchole (« La Périchole », Offenbach), la 2ème Dame (« La Flûte Enchantée », Mozart), Dorinda (« Il Pastor fido », Haendel), Ruggiero (« Alcina », Haendel)… Avant de passer une saison entière à l’Opéra d’Avignon, Audrey Kessedjian chante à la salle Pleyel à Paris avec l’Ensemble Aedes. Lors de la saison 2016-2017, elle fait partie du projet D.I.V.A. qui lui permet d’enregistrer un album chez Universal Music/Deutsch Grammophone et de participer à plusieurs concerts dont La Nuit de la Voix au Trianon et une soirée contre le cancer à l’Olympia, ainsi qu’à des émissions de télé et de radio. Ses activités musicales actuelles la mènent vers d’autres styles et elle collabore actuellement avec André Manoukian avec qui elle a partagé la scène en janvier 2018 au Trianon de Paris. Audrey Kessedjian prête également sa voix pour des musiques de film.   

Laetitia Ayrès

Après son diplôme de Sciences Po, Laetitia Ayrès commence sa formation lyrique à Buenos Aires puis à Paris auprès de Glenn Chambers, professeur au CNSMDP. Elle intègre la classe professionnelle de théâtre musical du conservatoire du 9ème arrondissement de Paris où enseignent notamment Vincent Vittoz et Manon Landowski, ce qui lui permet de s’initier à la danse et au mime. Soprano et comédienne, elle interprète des rôles issus de répertoires variés : opéra (Hermia dans The Fairy Queen de Purcell, Gianetta dans l’Elixir d’amour…), opérette (Gabrielle dans La vie parisienne, rôle-titre dans La Belle Hélène, Le pont des soupirs…), comédie musicale (Fantine dans Les Misérables au théâtre de Beaulieu à Lausanne, Antonia dans Man of la Mancha au théâtre des Variétés). Parmi ses répertoires de prédilection figure celui de Broadway qu’elle a pu chanter sous la direction de David Charles Abell au théâtre du Châtelet, et approfondir auprès de Brent Barrett, Liz Callaway et Caroline O’Connor en master class. Elle crée son tour de chant Broadway Baby, mis en scène au théâtre des Blancs-Manteaux pendant trois mois. Elle est soliste lors du concert Radio France dédié à l’œuvre de Stephen Sondheim adaptée en langue française en 2012. En 2017 elle crée son second spectacle Judy, Barbra et moi, à mi-chemin entre récital et stand up, programmé au théâtre Essaïon, à la Comédie des Boulevards et à la Nouvelle Seine (Paris), à Londres et Lausanne. En 2019, elle sera le Prince Alexis dans l’Ile de Tulipatan et Hermia/Fleur de Pois dans Un songe d’une nuit d’été au festival d’Avignon et en tournée.

Ronan Yvon, guitare

Il commence la guitare à 16 ans en autodidacte, et joue dès 1990 dans plusieurs groupes de chansons, ce qui l’amène très vite à se produire en concert dans des salles parisiennes et à New York. Il découvre ensuite le Jazz et forme les groupes Initial Trio Jazz, Sabaya Quartet et Chauds Watts, avec lesquels il se produit dans de nombreuses salles à Paris et en province. En 1995, il rencontre le guitariste Romane avec lequel il apprend le jazz manouche. Il forme alors le groupe Manoque, avec lequel il enregistre un disque, est lauréat du festival Jazz à Montmartre, et multiplie les concerts (plus de 150 dates). A partir de 1997, il consacre de plus en plus de temps à la composition, et est attiré par de nouveaux styles de musique : musiques traditionnelles irlandaise, bretonne et d’Europe de l’est notamment. Fin 98, il participe à la création du groupe Popinsko.

Entre 1999 et 2000, il réalise, compose et enregistre le disque Omnibus du chanteur Geoffroy. Il enregistre l’album Belle Ville d’Alexis HK, puis l’album Lawaii de Peyo, et enfin l’album de Sophie Forte. Il participe à la création du spectacle musical La Goutte d’eau, en tournée en 2003 et 2004 avec les Jeunesses Musicales de France et est le guitariste des groupes Time To Time et Dusty Feet Ceili Band.

Luc Religieux

Luc le Chansonnier

« ci, chansonnier rejoint plutôt le premier sens pour désigner un recueil vivant de chansons ou encore un colporteur de chansons, ce que Luc fait à merveille.

Sans aucun artifice, accompagné de ma seule guitare, je vous propose un répertoire de plus de 350 chansons pour découvrir ou redécouvrir et surtout partager avec vous ma passion pour la chanson française.

Si ma spécialité reste avant tout l’interprétation de Brassens, je ferai revivre des chansons mythiques du siècle dernier.

Des Moustaki, Trénet, Salvador, Piaf, Claveau …. mais aussi quelques Gainsbourg, Le Forestier, Souchon constituent l’essentiel de mon répertoire. »

Luc le Chansonnier est tout simplement amoureux de la chanson française…

 

Duo Qui Sifflote s’implique

Avec :

Rémi Hochedez à l’accordéon

Louise Barboteau au chant

« N’essayez pas de nous classer, vous n’y arriverez pas. N’essayez pas de nous déclasser, vous le regretteriez.

Si vous voulez tout savoir, « Qui sifflote s’implique » c’est avant tout du chant, un accordéon, un tambourin.

Un duo qui promène ses petites folies et sa bonne humeur d’une scène à un appartement, d’un cirque à une prison, d’un théâtre à un coin de rue, d’un festival à une fête de la saucisse… »

Qui Sifflote s’implique propose un répertoire de chansons populaires françaises, des balkans ou encore d’amérique latine, le tout revisité avec un brin de folie et agrémenté de quelques surprises…

Alors qui est-ce qui danse ?

 

Pistons Flingués

Avec :

Jonathan Bois à l’accordéon et au chant.

Mickaël Knockaert à la trompette et au chant.

« Les Pistons Flingués » c’est simple, c’est 2 musiciens, un accordéon, une trompette et deux voix.

D’la chanson, du swing, du tzigane… Et ça chante aussi ! Et en Russe, en Italien, en Anglais, en Roumain voir même, en Français.

C’est un festin où manger le dessert avec l’entrée ne choque pas. Pour faire bref, c’est sans complexe que ces deux là s’autorisent un « joyeux bordel »!

 

TRIWAP

Emmanuel Lanièce

Il faut savoir que Manu adore brouiller les pistes concernant ses origines… À l’entendre, on le croirait breton, puis normand, puis Argentin, voire de Carcassonne…  Il est passionné par Walt Disney et l’un de ses plus beaux rêves « bleu », serait d’enregistrer les voix de tous les personnages.

Quand il doit chanter, il préfère être accompagné par d’autres chanteurs, il adore ça depuis qu’il est petit mais tout seul il a peur !

On ne le dit pas trop mais quand il avait 12 ans, Manu a fait une tournée en tant que soliste dans un Opéra de Benjamin Britten.

Ténor dans une cantate de Bach à Brest un soir et chanteur de jazz à Paname le lendemain, ça il en est capable ! Danseur de tango à ses heures bien perdues… il se tâte régulièrement à prendre un premier cours de danse pour progresser…  Le père de Pierre lui a promis qu’un jour son fils accepterait de lui prêter son trombone pendant le show ! Il veut bien chanter toute sa vie avec son piano et ses potes dans un groupe, seulement si c’est TRIWAP!

Martin Pauvert

Il faut savoir que Martin joue de la guitare, de la contrebasse, mais ce qu’il aime par-dessus tout ce sont les harmonies à trois voix. Il est passionné par la Bretagne, les films de western et la comédie musicale, et l’un de ses plus beaux rêves serait de composer une Breizhtern Musicale !

Quand il doit chanter, il ne peut s’empêcher de danser et de taper du pied. Et le pire, c’est que c’est contagieux ! On ne le dit pas trop mais Martin a été élu sosie officiel de Lucky Luke en 1999, il dégaine son violon plus vite que son ombre.

Remercier deux fois un autre festival dans le même concert, ça il en est capable.

Il fait la cuisine à ses heures bien perdues… en revanche, les crêpes de Martin devraient être brevetées (t’as intérêt à aimer le beurre salé). Le père de Pierre lui a promis qu’un jour il lui donnerait des cours de flamenco! Sa cour de récré, c’est TRIWAP!

Pierre Leblanc

Il faut savoir que Pierre a commencé par le piano mais après sa première sortie au cirque il a décidé de se mettre au trombone, au conservatoire. Il est passionné par les instruments à vent. Dans certains groupes de salsa, il emprunte souvent la trompette de son frère et l’un de ses plus beaux rêves serait de jouer de la cornemuse avec TRIWAP. Quand il doit chanter, on a toujours l’impression qu’il va faire une bêtise, pas facile pour lui d’être sérieux 2 minutes !

On ne le dit pas trop mais Pierre a l’oreille absolue, ce qui est super pratique pour réaccorder le violon de Martin ! Du bebop à la flûte à bec, comme Charlie Parker (sans partition), ça il en est capable. Pierre fait de la guitare à ses heures bien perdues… pas besoin de plus d’une corde et de 2 doigts pour jouer « Smoke on the water » ! Le père de Pierre lui a promis qu’un jour il jouerait avec les plus grands… les deux autres font quand même 1m90 ! Seul sur une île déserte, ce qui lui manquera le plus, c’est sûr c’est TRIWAP !

Audrey Kessedjian, Ronan Yvon et Alexandro di Stephano

Audrey Kessedjian, chant

Elle commence ses études de chant à Paris à l’âge de 14 ans et intègre la Maîtrise de Paris en suivant un cursus à horaires aménagés. Après l’obtention de ses diplômes en musicologie et en chant, elle chante régulièrement dans les chœurs de l’Opéra de Paris et de l’Opéra Comique. Elle obtient ensuite son diplôme à l’opéra studio du Royal College of Music de Londres et intègre La Chapelle Musicale Reine Elisabeth/ Opéra Studio de La Monnaie de Bruxelles où elle se voit confier des petits rôles dans Cendrillon de Massenet, Manon Lescaut de Puccini et le mezzo solo du Midsummer Night’s Dream de Mendelssohn sous la direction de Jérémie Rhorer. Elle chante également au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles aux côtés de José Van Dam. Audrey Kessedjian a partagé la scène avec Rolando Villazon lors d’un concert à Copenhague sous la direction de Marco Zambelli, mais aussi avec Sir Thomas Allen au Victoria and Albert Museum de Londres et avec José Cura à l’Opéra National de Lorraine. Parmi ses concerts, on peut citer le mezzo solo de La Petite Messe Solennelle de Rossini avec Susan Manoff, le Gloria de Vivaldi à St Martin in the fields et Les Cantates de Bach à St John Smith’s Square de Londres. Elle participe aux concerts des Demoiselles de St Cyr et de l’enregistrement « Ténèbres du premier jour » sous la direction d’Emmanuel Mandrin mais également à l’émission « La Boîte à musique » de Jean-François Zygel ainsi qu’à un de ses concerts au Théâtre du Châtelet à Paris. Son répertoire comprend les rôles de Chérubin (« Les Noces de Figaro », Mozart), La Périchole (« La Périchole », Offenbach), la 2ème Dame (« La Flûte Enchantée », Mozart), Dorinda (« Il Pastor fido », Haendel), Ruggiero (« Alcina », Haendel)… Avant de passer une saison entière à l’Opéra d’Avignon, Audrey Kessedjian chante à la salle Pleyel à Paris avec l’Ensemble Aedes. Lors de la saison 2016-2017, elle fait partie du projet D.I.V.A. qui lui permet d’enregistrer un album chez Universal Music/Deutsch Grammophone et de participer à plusieurs concerts dont La Nuit de la Voix au Trianon et une soirée contre le cancer à l’Olympia, ainsi qu’à des émissions de télé et de radio. Ses activités musicales actuelles la mènent vers d’autres styles et elle collabore actuellement avec André Manoukian avec qui elle a partagé la scène en janvier 2018 au Trianon de Paris. Audrey Kessedjian prête également sa voix pour des musiques de film.   

Ronan Yvon, guitare

Il commence la guitare à 16 ans en autodidacte, et joue dès 1990 dans plusieurs groupes de chansons, ce qui l’amène très vite à se produire en concert dans des salles parisiennes et à New York. Il découvre ensuite le Jazz et forme les groupes Initial Trio Jazz, Sabaya Quartet et Chauds Watts, avec lesquels il se produit dans de nombreuses salles à Paris et en province. En 1995, il rencontre le guitariste Romane avec lequel il apprend le jazz manouche. Il forme alors le groupe Manoque, avec lequel il enregistre un disque, est lauréat du festival Jazz à Montmartre, et multiplie les concerts (plus de 150 dates). A partir de 1997, il consacre de plus en plus de temps à la composition, et est attiré par de nouveaux styles de musique : musiques traditionnelles irlandaise, bretonne et d’Europe de l’est notamment. Fin 98, il participe à la création du groupe Popinsko.

Entre 1999 et 2000, il réalise, compose et enregistre le disque Omnibus du chanteur Geoffroy. Il enregistre l’album Belle Ville d’Alexis HK, puis l’album Lawaii de Peyo, et enfin l’album de Sophie Forte. Il participe à la création du spectacle musical La Goutte d’eau, en tournée en 2003 et 2004 avec les Jeunesses Musicales de France et est le guitariste des groupes Time To Time et Dusty Feet Ceili Band.

Alessandro Di Stefano, piano

Après des études de Piano et de Composition au conservatoire « G.B. Martini » de Bologne, Alessandro Di Stefano débute sa carrière en tant que pianiste. Lauréat d’une bourse du Conservatoire « G. Verdi » de Milan, il se spécialise dans la musique de chambre et répertoire lyrique. Assez rapidement, il se dirige vers le travail de chef de chant ; il poursuit en parallèle ses études musicales au Conservatoire de Milan et obtient un premier prix en direction de chœur dans la classe de Franco Monego ainsi qu’en direction d’orchestre, en se perfectionnant lors de master class auprès d’Aldo Ceccato et de Piero Bellugi. Tout en poursuivant sa carrière de concertiste et d’accompagnateur, il entre en 2000 à l’Opéra de Nice comme chef de chant, puis comme assistant chef de chœur l’année suivante. Il est notamment chef de chœur au Festival d’Antibes et collabore activement aux créations lyriques présentées lors des Chorégies d’Orange. Il dirige en parallèle l’orchestre de l’Opéra de Nice à de nombreuses occasions, notamment lors des festivals Baroques de Nice. 
En 2004, il entre à l’Opéra national de Paris en tant que Chef des Chœurs Adjoint. Depuis 2004, Alessandro Di Stefano collabore avec les plus grands chefs d’orchestre : Philippe Jordan, Daniel Oren, Jeffrey Tate, Evelino Pido, Renato Palumbo, Jiří Bělohlávek, Semyon Bychkov, Gustav Kuhn, Michail Jurowski, Kent Nagano… 
De 2007 à 2009, il est nommé Chef des Chœurs par intérim et, en 2008, dirige les Choeurs en tournée au Japon pour Tristan et Isolde et Ariane et Barbe-Bleue, sous la direction de Semyon Bychkov et Sylvain Cambreling. Alessandro Di Stefano a à son actif plus de 60 productions à l’Opéra de Paris et il a participé à de nombreuses diffusions radiophoniques pour France Musique et Radio Classique ainsi qu’à plusieurs enregistrements audiovisuels. Il est actuellement Chef des Chœurs Adjoint à l’Opéra national de Paris et en juillet 2015 a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres par la Ministre de la Culture, Fleur Pellerin.

Michel Glasko

Michel Glasko a étudié l’accordéon à Verdun auprès de Francis Carpentier. Il est également diplômé en Histoire de la Musique de l’Université de la Sorbonne et du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Ce solide bagage classique ainsi que sa curiosité l’ont conduit à explorer des territoires musicaux très variés : La musique improvisée en compagnie du trompettiste Jac Berrocal, le Monde du cirque avec le spectacle Crescend’O de Muriel Hermine et Franco Dragone… et, bien sur, l’univers de la chanson, découvert au cours de ses nombreux passages dans les cabarets parisiens – le Limonaire et le Loup du Faubourg entre autres. Dans le cadre de lectures mises en musique ou bien de récitals, il a accompagné de nombreux artistes : de Céline Caussimon à Edith Scob, en passant par  Fred Vargas …

Aujourd’hui, il accompagne de nombreux artistes, tant en France qu’à l’étranger et a enregistré plusieurs albums en compagnie de Rue de la muette et Mathieu Rosaz (albums distingués par l’Académie Charles Cros), Mariana Montalvo, Alain Aurenche, Sophie Terol,  Vermeulen…

Découvrir le projet « Ateliers de chansons »

Anna Jouan

Comédienne, chanteuse, danseuse et instrumentiste.

A l’âge de 9 ans, Anna débute le théâtre avec Jérôme Savary dans « Chantecler » au Théâtre de Chaillot.

Attirée par le spectacle musical, elle suivra 5 ans de formation de danse classique, de violoncelle, de chant lyrique et d’improvisation théâtrale dans des conservatoires parisiens.

Après avoir obtenu son diplôme de Comédie Musicale au conservatoire du 9ème arrondissement de Paris, elle jouera dans « La Vie Parisienne » et « Tout Offenbach ou Presque » mis en scène par Alain Sachs pendant 6 ans au Théâtre Antoine et au Théâtre de Paris suivi de deux tournées en France, Suisse et Belgique. Nomination aux Molières.

Auteure, compositrice et interprète, Anna donnera des concerts partout en France et en Amérique du Sud, guitare à la main.

Depuis, elle monte des groupes musicaux, un conte musical pour enfants, tourne dans des films. Avide de création, elle cherche toujours l’art, la musique sous toutes ses formes. Elle vient de chanter en Guest au Live à Fip avec Tony Allen.

Actuellement, elle est en train d’écrire son album.

Vincent Brusel

Vincent Brusel est né à Boulogne sur Mer en 1974. Issu d’une famille nombreuse et modeste, il s’oriente vers la musique en autodidacte à l’adolescence, et commence à écrire des textes à la même époque.

Ces premiers écrits sont marqués par l’environnement bucolique des marais de la région audomaroise, et par des aspirations poétiques et anarchistes. Bien que farouchement attaché à cette écriture, il décide de vivre d’autres activités. Il voue en effet une grande admiration à des musiciens tels Mississippi John Hurt qui ne se consacraient à la musique qu’une fois une dure journée de labeur effectuée. Mais après avoir passé pas mal d’années à mener cette vie, en enchaînant petits et grands métiers, il décide de se consacrer entièrement à la chanson en 2009.

Suite à « chansons de filou », 5 titres réalisé en 2010, il sort son premier album, « Les Amuseurs d’Oiseaux » en 2012.

La complicité entretenue avec Margaux Liénard depuis plusieurs années se concrétise: ses violons et sa mandoline colorent onze des treize morceaux.

William Schotte, poète, chanteur, violoncelliste reconnu, se joint également à l’aventure, pour constituer le « Petit orchestre de chambre folk » qui se produit dans la région Nord-Pas-de-Calais pendant deux ans.

La suite, c’est la nouvelle formation, mise en route à l’été 2013… Et le nouvel album « Danses sur le Feu », qui paraît en Février 2015. Vincent joue et chante aussi avec « Du Haut des Bars », « La Bricole », « Ramble Ditties », et avec la conteuse Sandrine Gniady.

La Goutte

Flamenco du port d’Amsterdam, tango des Flandres… Quelque part entre la musique de chambre et le rock de garage, La Goutte marche hors des sentiers battus. « En s’énervant contre le monde à force de vouloir l’aimer », c’est une douce révolte, un grand parfum de liberté que la bande vous invite à partager.

D’abord composé d’amis d’enfance, La Goutte n’a eu de cesse de faire évoluer ses textes et sa musique. De la rue qui fut leur premier terrain de jeu en 2008, les instrumentations se sont épurées et le mélange d’instruments acoustiques se met aujourd’hui constamment au service du texte.

La Goutte, qui évolue dans le domaine de la chanson dite « réaliste », a fait ses preuves sur le territoire national et a pu s’illustrer aux côtés d’artistes tels qu’Alexis HK, LEs Ogres de Barback, Barcell, Allain Leprest, Loic Lantoine, La Maison Tellier ou encore Debout sur le Zinc.

 

 

La Bricole

La Bricole chante le port de Boulogne sur Mer, et la foule laborieuse qui l’animait il y a cinquante ans : pêcheurs, dockers, matelots, marchands, voyageurs, marins, ouvriers des conserveries. Avec la mandoline, l’accordéon et le bouzouki, trois instruments voyageurs qui créent cette musique portuaire rêvée, faite de terroir et d‘échanges, les trois musiciens chanteurs font vivre des cartes postales venues du passé. 

Les refrains entraînants issus du répertoire de chants de travail, en usage sur les navires de la « Grande Pêche » à Islande, côtoient des complaintes évoquant l’amour laissé sur le rivage, ou le mousse élevé à la dure en Mer. Un répertoire largement inédit dans le paysage du chant de marins français, puisé essentiellement dans les collectages de Michel Lefèvre.

Vincent Brusel : mandoline, chant

Besace au côté et mandoline sur le dos, des mains et des épaules de costaud, le regard clair et droit, Vincent Brusel est une sorte de baroudeur poète, un musicien vagabond. Né à Boulogne sur Mer, il s’intéresse au répertoire collecté par Michel Lefèvre ou Patrick Denain assez tôt. Dès le début des années 2000, il chante lors des évènements organisés par la Fédération du Patrimoine Maritime Régional : Fête du Flobart à Wissant, Fête du Port de Calais… Mais aussi pour le festival « la Citadelle en Bordées » à Dunkerque, « Boulogne fête la Mer », la « Fête du Hareng Roi » à Etaples : tous les évènements maritimes des côtes du nord de la France.

Sa voix typée porte avec force les histoires de ces matelots et autres infirmiers de la Marine.

Olivier Catteau : accordéon, chant

Olivier Catteau se ballade d’un bout à l’autre de l’Europe, depuis la pointe du Portugal jusqu’en Bulgarie, depuis la Mer Égée jusqu’en Irlande, avec son compagnon de route Raphaël Decoster, avec le groupe Ormuz, ou tout seul… Gourmand de rencontres musicales, c’est un excellent clarinettiste, un solide guitariste, et il ferait sans doute un pianiste exceptionnel. Mais il fait surtout partie de ces joueurs d’accordéon diatonique qui repoussent les limites de l’instrument.

Un gros bagage qui fait fureur dans la Bricole, où il s’exprime avec une générosité de tous les instants, complètement impliqué dans l’émotion ou la jovialité de ce répertoire méconnu.

Julien Biget : bouzouki, guitare, chant

Julien Biget brouille les pistes. On a pu le croiser à Singapour, il y jouait de la musique Irlandaise avec Distant Shores. On l’a vu à Memphis, il jouait de la musique Wallone avec Havelanghe. Au fond les clubs de Belgique, il chantait le blues avec Mojo Band ! Et partout avec la même force, la même évidence. Nourri de la musique du Mississippi, aussi bien à la guitare qu’au chant, il ne tarde pas à toucher également la mandoline, le banjo ou le mélodéon…

Au milieu de ce parcours musical exceptionnellement fourni, il découvre l’utilisation du bouzouki dans la musique irlandaise, et l’étend à d’autres répertoires. Comme une cargaison d’épices venue des Indes, sa science de l’arrangement réveille les chansons des quais.

Marie Tout Court

Le groupe

Marie tout court, c’est à l’origine Marie Renaud, qui a d’abord commencé la scène sous le nom de Marie et ses Beaux Courtois, et qui aujourd’hui, après quelques changements d’équipe et un renouveau musical enrichi par de talentueux musiciens, se lance dans une nouvelle aventure. Une nouvelle couleur est donnée : le ton oscille entre impertinence et sensibilité, les sujets abordés sont tour à tour anecdotiques ou empreints de gravité.

Derrière une espièglerie apparente, Marie fait aujourd’hui découvrir au public ses deux visages, richement entourée par une équipe de musiciens aux parcours et aux influences diverses, ce qui donne ce mélange si détonnant, à mi-chemin entre chanson, rock, folk, musique traditionnelle ou encore influences africaines… En formation complète ils se produisent à 4 musiciens, mais peuvent également être en formation duo.

Marie Renaud, chanteuse-auteur-interprète

Avec l’enthousiasme d’une jeunesse qui refuse l’existence sans goût ni saveur, Marie, pétillante et tonique, chante la vie, celle qui rie, celle qui pleure, la vie qui tourne et qui s’arrête, la vie en couleurs. Au milieu de ses musiciens, elle évolue avec une aisance et un charme espiègle, et dépose avec une belle assurance et beaucoup de justesse ses mots sur une musique rythmée, parfois métissée. Un premier album, « Vas-y comme j’t’pousse ! », est sorti en 2004 (Paulette La Prod / L’Autre Distribution). Le deuxième est sorti en juin 2010.

Elle compte à son actif près d’une centaine de concerts dans des bars, des salles et des festivals aux quatre coins de la France, ainsi qu’en Suisse, en Allemagne et en Belgique, et de nombreuses premières parties d’artistes, tels que Clarika, Sanseverino, Louis Chedid ou encore Les Ogres de Barback.

Ronan Yvon, guitare, banjo, mandoline, composition

Il commence la guitare à 16 ans en autodidacte, et joue dès 1990 dans plusieurs groupes de chansons, ce qui l’amène très vite à se produire en concert dans des salles parisiennes et à New York. Il découvre ensuite le Jazz et forme les groupes Initial Trio Jazz, Sabaya Quartet et Chauds Watts, avec lesquels il se produit dans de nombreuses salles à Paris et en province. En 1995, il rencontre le guitariste Romane avec lequel il apprend le jazz manouche. Il forme alors le groupe Manoque, avec lequel il enregistre un disque, est lauréat du festival Jazz à Montmartre, et multiplie les concerts (plus de 150 dates). A partir de 1997, il consacre de plus en plus de temps à la composition, et est attiré par de nouveaux styles de musique : musiques traditionnelles irlandaise, bretonne et d’Europe de l’est notamment. Fin 98, il participe à la création du groupe Popinsko.

Entre 1999 et 2000, il réalise, compose et enregistre le disque Omnibus du chanteur Geoffroy. Il enregistre l’album Belle Ville d’Alexis HK, puis l’album Lawaii de Peyo, et enfin l’album de Sophie Forte. Il participe à la création du spectacle musical La Goutte d’eau, en tournée en 2003 et 2004 avec les Jeunesses Musicales de France et est le guitariste des groupes Time To Time et Dusty Feet Ceili Band.

Julien Barbances, multi-instrumentiste

Julien Barbances est un musicien à part entière. La musique et lui ne font qu’un avec cette recherche perpétuelle de découvrir, approfondir et remettre au goût du jour les musiques traditionnelles. Directeur artistique de « La Société Fraternelle des Cornemuses », guitariste aux côtés de Marie Tout Court, et également l’un des piliers du groupe « la Machine », Julien a su montrer son jeu personnel, avec la sortie de son CD solo «Approchez pour entendre» et par la grande qualité des trois albums de La Machine. Il enseigne à la MJC de Ris Orangis, la cornemuse et le violon du répertoire Centre-France, et il s’adresse aux débutants comme aux initiés. Parcourant France et Europe dans de nombreuses formules musicales, il propose des stages de musique d’ensemble ainsi que des stages de cornemuse et violon.

Marc Riou, percussions

Percussionniste dans ce spectacle, il maîtrise également avec brio la flûte et la bombarde. Né dans une famille de musiciens, il a tout de suite intégré le groupe familial Trad’ouïr, mais a su diversifier son parcours en accompagnant également Alexis HK en tant que batteur et flûtiste, tant sur scène qu’en studio. Mais c’est dans les musiques traditionnelles qu’il officie le plus souvent, au sein du Collectif Markus qu’il a créé, ou avec le groupe de musique traditionnelle La Machine dont il fait également partie.

Laurent Le Gall & Jean-Laurent Cayzac

Laurent Le Gall, chant et guitare

Il s’initie à la guitare électrique à l’âge de 14 ans, participe à différents groupes rock et blues et vers 18 ans il prend des cours de solfège et de guitare classique, découvre le chant et la chanson française, notamment le répertoire de Brassens qu’il ne cessera de reprendre par la suite. Après des études de physique, l’occasion lui est donnée d’enseigner au Lycée Voltaire, Paris XIème (année scolaire 1999-2000). Il retourne ensuite vers sa passion pour la musique et les techniques du son auxquelles il se formera par la suite (à l’INFA CREAR, 2003-2004).

En 2001, à l’occasion des vingt ans de la mort de Brassens, il obtient le premier prix du Tremplin de la chanson Georges Brassens organisé par Jean-Max Rivière (administrateur de la SACEM, auteur compositeur pour Reggiani, France Gall, Gréco, Bardot…) et Fréquence Paris Plurielle 106.3FM. Le jury est constitué de professionnels de la musique et le prix lui sera remis par Pierre Onteniente dit Gibraltar, le fidèle ami et secrétaire de Brassens. Il compose, écrit des chansons et monte un groupe, les Oiseaux de Passage, pour tourner le répertoire de Brassens.

Depuis 2004, tout en exerçant comme ingénieur du son (sonorisateur pour de nombreux groupes et artistes, enregistrement studio d’une quinzaine d’albums), il joue pour l’Association Tournesol, Artistes à l’hôpital, et participe comme musicien et comédien à différents spectacles jeune public pour 3Jock3 (Paris, Théâtre Clavel et XXème Théâtre).

 

Jean-Laurent Cayzac, contrebasse et guitare

À 6 ans, Jean-Laurent découvre la musique avec le violoncelle classique au CNR de Saint-Maur (94) de 1982 à 1989. Adolescent, il débute l’apprentissage de la guitare puis en 2000 celui de la contrebasse qui est devenue son instrument de prédilection. Parallèlement, il s’initie à l’art de la marionnette et c’est tout naturellement qu’il commence à composer de la musique de scène.

Il travaille régulièrement en tant que compositeur pour des compagnies de cirque contemporain (Circus Space of London, Kickin the moon, cie Isis) et de théâtre (cies Comca, 3jock3, je me promène, Aia, l’Arbre à Nomade). Multi instrumentiste, compositeur et arrangeur, son parcours musical embrasse différents univers musicaux: La musique à danser contemporaine (La Machine, Collectif Markus, le Manège, le Bringuebal), la chanson (Lecoq, La demoiselle inconnue, Nicolas Joseph, Marie Tout Court), la musique « actuelle » (Yas and the Lightmotiv, Oli Wheel, Rivkah). En concert, il sample ses instruments, décuple les possibilités sonores, proposant ainsi un orchestre éphémère…

Agnès Collet

Auteur, compositeur, et interprète, Agnès Collet joue pour Tournesol, Artistes à l’Hôpital depuis plusieurs années au chevet des patients, avec un répertoire de chanson française. Pour Tournesol, elle joue en duo avec Xuan Lindenmeyer, contrebassiste, les textes de son spectacle d’humour musical « Gétoufo« .

Originaire du pays noir du Hainaut, Agnès Collet est une infatigable chercheuse de mots, une chineuse de mélodies, pour que la musique parle au cœur autant qu’à l’oreille.

Sur scène, on découvre une femme pleine de contrastes qui étonne et déroute à chaque chanson. Souriante et tonique, elle sait charmer, avec une belle aisance vocale, dans des styles musicaux très différents (blues, folk, jazz, rock…). Agnès vient du Nord, mais a tôt fait d’installer une chaleur communicative grâce à son tempérament et à son contact avec le public. Agnès Collet compte 3 albums à son actif, avec plus de 500 concerts depuis 2003.

Premier prix du Tremplin Le mans Cité Chanson en 2004,  Agnès est en tournée depuis 2011 avec son nouveau spectacle d’humour musical intitulé « Gétoufo ».