Octave et Anatole

Octave et Anatole est un collectif de musiciens talentueux comptant une quinzaine de membres. Au départ c’est un duo de guitaristes passionnés par le jazz manouche qui s’est élargi au gré des rencontres musicales. Le répertoire de la formation intègre maintenant des classiques revisités de la chanson française (Piaf, Brassens, Brel, Aznavour…), de la musique traditionnelle (espagnole, russe, tsigane, yiddish…) et le du swing américain (Louis Armstrong, Duke Ellington, Fats Waller…). 

Sophie Sand & Antoine Rivière

Chanteuse et guitariste du sextet lillois Rijsel Stompers. Ils se baladent entre la musique dixieland des 20/30’s et les standards de la chanson française (Piaf, Brassens, Gainsbourg, Trenet…). Un tour de chant tout en douceur et en swing, qui s’adapte aux demandes des patients.

L’occasion d’évoquer des souvenirs, de chanter ou battre le rythme ensemble.

Sophie Sand

Arrivée à Lille en 2000, Sophie fait rapidement la connaissance d’artistes avec lesquels elle collaborera sur différents projets musicaux et théâtraux. Elle chante, joue tour à tour de la guitare, caisse claire, du trombone ou encore de l’accordéon dans différentes formations lilloises. SaSo nait fin 2010, sous la forme d’un trio, pour revenir au format solo dès l’été 2011. Au printemps 2012, elle est lauréate d’une bourse Start auprès de Domaine Musiques (Région NPDC), et son premier EP autoproduit Wolf and Birds sort en février 2013. Au printemps 2013, un batteur la rejoint, pour développer un répertoire plus rock, puissant, toujours sensible et minimaliste. Parallèlement, elle chante et joue ponctuellement dans quelques formations locales, met en musique des pièces et lectures au théâtre, et dirige le choeur amateur féminin Chauffe Marcelle ! Full Moon, son deuxième EP, réalisé par Delbi, sort en février 2015, accompagné d’un clip réalisé par Kiki Bronx (Oh my soul). Il reçoit d’emblée un accueil chaleureux du public et quelques bonnes chroniques/diffusions radio. En octobre 2015, elle obtient l’aide à l’autoproduction de la Sacem. SaSo a ouvert pour Féloche, Arno, An Pierlé, Baden Baden et compte une soixantaine de concerts à son actif, en région NPDC, Bretagne, Normandie et Belgique.

Antoine Rivière

Antoine débute la guitare en autodidacte. Puis intègre l’EF2M en 2008, une formation aux métiers de la musique. Désireux de découvrir de nouveaux univers musicaux, il intègre le Cursus Jazz au conservatoire de Tourcoing et de Lille et en sort diplômé en 2015. Toujours dans une perspective d’enrichir son savoir il poursuit une formation au sein de l’école supérieur de Musique et de Danse (ESMD) de Lille.Il joue, arrange et compose pour différents projets. De la musique du monde à la Funk, du Jazz Manouche au Swing, en passant par les spectacles pour enfants et les concerts en Hôpitaux. Antoinesillonne les routes à la recherche de nouvelles expérience de jeux.Vous pouvez donc le retrouver dans les French Rag (Swing), Melting Chords (Jazz Manouche), Jfunk (Soul/Funk) ou Jémy (Chansons pour enfants).

The Chickies

L’harmonie de 3 voix … du jazz … une forme intimiste : The Chickies.

Grâce au répertoire des Andrew Sisters, ces trois filles pétillantes se sont réunies autour d’une passion commune pour le trio vocal.

Avec la voix pour seul instrument, Sarah, Astrid et Sarah vous transportent dans l’univers swing des années 30-40 et s’autorisent quelques détours plus modernes… Shoobedoo wa !

Sarah Catteau

La chanteuse Sarah Catteau grandit à Lille. Elle débute la musique par l’apprentissage du piano et du solfège pendant l’enfance et l’adolescence. Ce n’est que plus tard que Sarah se met à s’intéresser au chant. Elle passe par diverses écoles, où elle est initiée à différents styles (variété, soul, gospel, jazz, salsa, …), avant d’intégrer le département jazz du conservatoire de Lille en 2009. Cette formation professionnalisante lui ouvre des portes et lui permet de participer à de nombreux projets très éclectiques, comme notamment la tournée avec Wax Tailor and The Phonovision Orchestra au printemps/été 2014.

En parallèle, c’est vers les musiques traditionnelles, et plus particulièrement les musiques des Balkans, que Sarah s’épanouit. En effet c’est avec ces musiques-là que la chanteuse à la voix chaude et enivrante débute sur les scènes lilloises. D’abord avec Argo’s, puis avec le Thalweg Orchestra mais surtout avec le trio Sahara Tokah qui se base sur le répertoire du Rébétiko. Elle participe à différents stages en Bulgarie, Turquie et Grèce afin de compléter sa formation.

Sarah a enregistré un album en novembre 2011 avec le groupe de swing Elisaroz et elle fait également des apparitions dans le groupe de trip hop Oyha, comme sur leur dernier EP.

Elle mène parallèlement des études de Sciences du langage.

C’est au Conservatoire qu’elle fait la rencontre d’Astrid Bachelot et de Sarah Butruille avec qui elle monte une nouvelle formation en 2016 : The Chickies. Trio vocal jazz, a capella, qui rappelle les groupes vocaux féminins des Etats-Unis, dans les années 30-40.

Sarah Butruille

Dès son plus jeune âge, Sarah Butruille révèle un attrait prononcé pour différentes formes d’expressions artistiques : la danse, les arts plastiques et la musique.

Elle développe en grandissant, une curiosité pour le métier d’enseignant et une envie de vivre à l’étranger. Alors en 2007, elle se destine au métier de professeur des écoles, effectue une licence LCE anglais et part séjourner deux ans au Canada et en Australie.

En rentrant en France, elle décide de faire un virage à 180° et d’approfondir sa passion depuis toujours : le chant !

C’est donc en 2009 qu’elle débute sa professionnalisation aux conservatoires de Lille et de Tourcoing au sein du département jazz, dans lequel elle poursuit encore aujourd’hui son cursus en improvisation jazz vocal.

Elle se forme en parallèle au métier de musicien intervenant en milieu scolaire au CFMI de Lille et obtient le DUMI en 2015. Depuis cette date, Sarah Butruille intervient dans les écoles de la ville de Tourcoing et enseigne par ailleurs la technique vocale et l’improvisation sur la métropole lilloise.

Au cours de ces 7 dernières années, elle s’est investie pleinement dans de nombreux projets musicaux et scéniques, dans différentes esthétiques musicales allant du Jazz au Gospel en passant par la Funk ou la World Music. Elle privilégie aujourd’hui les projets jazz dans lesquels la voix est au premier plan comme dans le trio vocal The Chickies mais aussi et surtout des projets dans lesquels son instrument est accompagnateur et improvisateur ! ( Quartet swing manouche : Melting Chords / Big band jazz : JMO).

Astrid Bachelot

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Astrid Bachelot a toujours chanté. Mais ce n’est qu’à 25 ans qu’elle décide de monter sur scène avec le Big band de Santes « Esprit jazz ». Parallèlement, elle pousse pour la première fois les portes d’une école de musique, celle de Lomme, pour travailler la technique vocale et le jazz. Elle ira ensuite au conservatoire de Loos pour découvrir la technique vocale lyrique et au conservatoire de Lille pour suivre le cursus du département jazz. En 2017, elle y termine sa formation CEPI (Cycle d’enseignement professionnel initial) en chant jazz.

Parallèlement à ces études, les expériences de groupes se succèdent comme « Cloé Musiles », un quintet de jazz manouche ou « Swing me baby » un sextet jazz swing avec un beau travail d’échanges avec les danseurs de lindy hop et de balboa de la métropole lilloise. Aujourd’hui, elle se concentre sur le trio vocal a cappella « The Chickies » qui lui permet d’aller toujours plus loin dans le travail de sa technique vocale.

Enfin Astrid donne des cours de chant individuels et collectifs depuis 2013. Elle se consacre actuellement à des ateliers intergénérationnels à Godewaersvelde pour l’OMJCS (Office Municipal de la Jeunesse et des Sports) en collaboration étroite avec l’atelier guitares de cette même commune.

Trio jazz américain

Benjamin « Ben » Body, contrebasse & basse

Il poursuit une carrière riche et éclectique. Après une solide formation classique dans plusieurs conservatoires, il explore les différents chemins musicaux qui s’ouvrent à lui : jazz, chanson, musiques traditionnelles (d’Europe de l’Est et des Balkans, musique américaine et plus récemment africaine). Depuis une quinzaine d’année il a donné de nombreux concerts en France, en Europe, aux Etats-Unis et en Asie avec différents groupes : La Caravane Passe, Balval, Bratsch, Carmen Maria Vega… Egalement ethnomusicologue, il a une formation de Master en Ethnomusicologie à l’université de Nanterre.

Daniel Mizrahi, guitare

Né en Israël, il y étudie la guitare et l’harmonie classique. Arrivé à Paris en 2003, il intègre deux ans plus tard le CNSM de Paris dans le département jazz et musiques improvisées dirigé par Ricardo Del Fra. Il joue dans plusieurs formations jazz, (dont le Daniel Mizrahi Sextet), dans le groupe Balval (musique tsigane à caractère imaginaire), et dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le monde, d’après Jacques Roubaud (crée en 2007 au Théâtre Dunois, co-production TJP-CDN d’Alsace). Il écrit aussi de la musique pour le cinéma (2 nominations aux oscars israéliens dans la catégorie musique de film) et le théâtre (En taule l’argent ne vaut pas un clou, d’après Chester Himes). Il fait parti du groupe de musiques tziganes Balval et de plusieurs formations jazz.

David Chalumeau, harmonica

Harmoniciste français, il attrape le virus du blues à l’adolescence en écoutant les grands maîtres du genre et apprend l’harmonica en autodidacte. Après un EP produit en 2003, David participe à des projets aux styles variés : Blues, Jazz, Cajun, Bluegrass, Chanson Française, Folk … et intègre en parallèle un cycle jazz à l’EDIM. Virtuose du « ruine-babine », David Chalumeau rejoint en 2012 lʼéquipe de Cory Seznec (prix OFQJ du festival Blues sur Seine) pour des tournées françaises et internationales : Paris, New-York, Addis-Abeba, Montréal, Annapolis … Parallèlement, David n’a cessé de transmettre sa passion en donnant des cours d’harmonica (300 enfants chaque année dans le cadre du festival de Blues sur Seine) et co-organise avec l’équipe Sawmill Sessions des jams mensuelles, un festival et des concerts autour des musiques Old Time & Bluegrass sur une péniche parisienne.
David fait également parti des artistes de la célèbre marque d’harmonicas HOHNER.

Cory & Dan

La rencontre entre deux musiciens passionnés par la musique Américaine (et ses racines Africaines),  autour d’un répertoire acoustique qui fait le lien entre le Mississippi et le Mali. Le chanteur/guitariste Cory Seznec, maître de la technique fingerpicking et du clawhammer banjo, et le guitariste Daniel Mizrahi spécialiste en Jazz, Blues électrique et Bluegrass, se plongent dans un répertoire mélangeant Folk, Blues, Gospel, Country, Swing, Rumba Congolaise, Blues Malien. Le tout ponctué par des envolées virtuoses de guitare et banjo et des belles harmonies à deux voix.

Corentin Seznec

Corentin « Cory » Seznec est un musicien franco-américain basé à Paris. Une enfance multiculturelle, de nombreux voyages, des rencontres musicales diverses et une passion pour l’histoire l’ont aidé à développer son propre style qui s’inspire de ses intérêts variés. Corentin se concentre sur la guitare « fingerstyle », ainsi que le banjo « clawhammer », le chant, l’harmonica et nombreux autres instruments à cordes.

Daniel Mizrahi

Né en Israël, il y étudie la guitare et l’harmonie classique. Arrivé à Paris en 2003, il intègre deux ans plus tard le CNSM de Paris dans le département jazz et musiques improvisées dirigé par Ricardo Del Fra. Il joue dans plusieurs formations jazz, (dont le Daniel Mizrahi Sextet), dans le groupe Balval (musique tsigane à caractère imaginaire), et dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le monde, d’après Jacques Roubaud (crée en 2007 au Théâtre Dunois, co-production TJP-CDN d’Alsace). Il écrit aussi de la musique pour le cinéma (2 nominations aux oscars israéliens dans la catégorie musique de film) et le théâtre (En taule l’argent ne vaut pas un clou, d’après Chester Himes). Il fait parti du groupe de musiques tziganes Balval et de plusieurs formations jazz.

Daniel Mizrahi

Né en Israël, il y étudie la guitare et l’harmonie classique. Arrivé à Paris en 2003, il intègre deux ans plus tard le CNSM de Paris dans le département jazz et musiques improvisées dirigé par Ricardo Del Fra. Il joue dans plusieurs formations jazz, (dont le Daniel Mizrahi Sextet), dans le groupe Balval (musique tsigane à caractère imaginaire), et dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le monde, d’après Jacques Roubaud (crée en 2007 au Théâtre Dunois, co-production TJP-CDN d’Alsace). Il écrit aussi de la musique pour le cinéma (2 nominations aux oscars israéliens dans la catégorie musique de film) et le théâtre (En taule l’argent ne vaut pas un clou, d’après Chester Himes).

Il fait parti du groupe de musiques tziganes Balval et de plusieurs formations jazz.

Il propose en solo un répertoire éclectique, inspiré des standards du jazz ou encore de morceaux blues et folk, qu’il partage très régulièrement au chevet des personnes désocialisées et des personnes âgées dépendantes.

Duo Kaksi

Le duo Kaksi

Kaksi est né de la rencontre de deux musiciens Clément Caratini, clarinettiste et Daniel Mizrahi, guitariste.

Leurs parcours éclectiques les a conduit à fonder ce duo  pour nourrir leur désir commun de jouer un vaste répertoire. Ainsi, ils interprètent aussi bien un jazz des années 50 qu’une biguine des années 20 voire un thème traditionnel bulgare toujours avec le souci d’aller au plus proche du style.

Kaksi retranscrit cette recherche dans le format minimaliste du duo. La clarinette basse devra tantôt jouer un rôle rythmique tantôt chanter une mélodie. La guitare dépassera son rôle d’accompagnatrice, créera une orchestration.

Ces deux musiciens sont également improvisateurs. Le duo permet une interactivité maximale, chacun rebondissant sur les propositions de l’autre, ravissant le public d’une musique pleine d’échanges et de partage.

En savoir plus

Daniel Mizrahi

Né en Israël, il y étudie la guitare et l’harmonie classique.
Arrivé à Paris en 2003, il intègre deux ans plus tard le CNSM de Paris dans le département jazz et musiques improvisées dirigé par Ricardo Del Fra. I

l joue dans plusieurs formations jazz, (dont le Daniel Mizrahi Sextet), dans le groupe Balval (musique tsigane à caractère imaginaire), et dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le monde, d’après Jacques Roubaud (crée en 2007 au Théâtre Dunois, co-production TJP-CDN d’Alsace).

Il écrit aussi de la musique pour le cinéma (2 nominations aux oscars israéliens dans la catégorie musique de film) et le théâtre (En taule l’argent ne vaut pas un clou, d’après Chester Himes).

Il fait parti du groupe de musiques tziganes Balval et de plusieurs formations Jazz.

Voir aussi : Daniel Mizrahi & Awena Burgess

Clément Caratini

Issu d’une famille de musiciens, Clément Caratini suit un double cursus en jazz et en classique en conservatoire.
Il étudie la clarinette classique avec entre autres Jérôme Voisin (CRD Montreuil) et Nicolas Baldeyrou (CRD Genevilliers), la musique de chambre avec Pascal Robault et Pascal Proust, et le jazz avec Bertrand Auger, Malo Valois.
Il se consacre également à l’écriture classique (Dem à l’ENM de Créteil).

Clément Caratini a travaillé dans les mondes du jazz (René Urtregger, Marc Ducret…) de la chanson française (Maxime Leforestier, Catherine Ringer…), de musique du monde (Banda de Santiago de Cuba) et de musiques classiques et contemporaines (Ars Nova, Calliopée).

Clément compose et participe aux créations de nombreuses compagnies théâtrales (Los Figaros, Itaca associazone, Le Foyer, Archipel, Influenscènes…) qui le conduisent à l’étranger (Russie, Italie).

Il est directeur artistique de sa compagnie de musiques actuelles Lulu Prod dans laquelle il a créé son seul en scène La Clarinette Atomique.

Son parcours éclectique lui a permis de se rendre compte des problématiques des publics et des accès à la culture en France, il travaille en tant que médiateur culturel au sein des Concert de Poche et en lien avec ses créations.

Voir aussi Lulu Pro

Corentin Seznec

Corentin « Cory » Seznec est un musicien franco-américain basé à Paris. Une enfance multiculturelle, de nombreux voyages, des rencontres musicales diverses et une passion pour l’histoire l’ont aidé à développer son propre style qui s’inspire de ses intérêts variés.

Corentin se concentre sur la guitare « fingerstyle », ainsi que le banjo « clawhammer », le chant, l’harmonica et nombreux autres instruments à cordes.

 

Original Paris Swing

Groupe à géométrie variable (duo ou trio).

Ramon Galan, guitare solo et Joris Visquesnel, guitare, Éric Fournier, guitare, Alex beker, guitare.

Le jazz manouche, vous en avez peut être entendu parler ? Et de Django Reinhardt ?

On sait que le jazz vient d’Amérique et que de nombreux standards de jazz étaient des chansons « populaires » là-bas, dans les années 50. Cette époque évoque aussi une atmosphère particulière, très créative, pleine de promesses pour l’avenir. Dans tous les arts on ressentait cette joie de vivre et cette légèreté.

Django Reinhardt incarne cette créativité et cette passion pour la vie et c’est à travers sa musique que l’on peut s ‘en rendre compte, en saisir tout le sens. Le jazz de ce jeune manouche est resté jusqu’à aujourd’hui une source d’inspiration pour bon nombre de musiciens. Une rencontre entre le Jazz américain des années 50 et le jazz manouche.

Au répertoire : Swing, musique espagnole, brésilienne, valses manouches, chansons jazz, et chansons françaises (Henri Salvador, Sacha Distel, Charles Aznavour…).

 

Ramón Galán

Passionné par la musique des années 50, c’est tout naturellement qu’il se dirige vers le flamenco, la Bossa Nova, et le swing avec pour principales influences les grands maîtres de la guitare jazz : Charlie Christian, Wes Montgomery Barney Kessel… et bien sur le «génial manouche » Django Reinhardt.

Il est d’abord un accompagnateur reconnu dans « le métier ». Il a une grande capacité à s’adapter et sa qualité est de porter le soliste au bout de ses limites.

Il est aussi à la direction de son groupe « Original Paris Swing » en tant que leader et soliste.

Leviathan Gipsy Band

Leviathan Gipsy Band est né des rencontres successives, au fil de diverses « Jam Session », de musiciens animés par le même amour du swing manouche. Ce groupe à géométrie variable fait résonner ses cordes de guitares, de contrebasse et de violon au rythme virevoltant d’un répertoire issu du style de Django Reihnardt. Perpétuant malicieusement la musique du maître, Leviathan Gipsy Band allie les joyeuses techniques du jazz à un esprit festif et chaleureux. Les grilles d’accord et les solos virtuoses offrent un vaste terrain de jeu à ces improvisateurs équilibristes qui s’en (et nous) régalent.

Depuis 2009, ils ont monté un répertoire de plus de 20 morceaux et se produisent tout au long de l’année dans des lieux divers et variés (salles, bars, festivals…). Ils ont notamment fait les premières parties de maître du style tels que David Reihnardt, Rocky Gresset, Romane ou encore Nininne Garcia. Une première démo a été enregistré, aboutissement d’un an de collaboration.

 

 

Bastien Lacoste, violon

Après avoir étudié le violon classique et la musique acousmatique au conservatoire, puis le violon alto, Bastien Lacoste se tourne vers l’improvisation dans des styles divers. Il commence alors le trombone et le cornet, puis la clarinette et le theremin. Après quelques années, il revient à une musique plus construite en étudiant l’écriture tonale au conservatoire. Il se produit au sein de différentes formations : Warzim boule de feu, Leviathan, Anglo Dinelo, La compagnie par Has’art, etc.

 

Thomas Drouin, guitare

Thomas Drouin a commencé la guitare classique dès 5 ans dans une école de musique municipale. Après quelques années, il ressent vite le besoin de passer à un instrument un peu plus sonore : la guitare électrique ! Enfin les premiers groupes et premiers concerts. Puis les projets se précisent, c’est l’heure de travailler sur l’instrument. Thomas rentre à la fac de musicologie de paris VIII pour y décrocher une LICENCE spécialisée en composition assistée par ordinateur, et étudie en parallèle la guitare Jazz, la basse et le solfège au conservatoire d’Herblay (95. Actuellement il enseigne la Formation musicale et la guitare au sein de  l’école de musique de Bessancourt et la MJC d’Ermont.

Musicien dans plusieurs formations (Léviathan Gipsy Band, Loste in the swing, etc), Thomas s’est spécialisé dans les musiques Tzigane. Toujours à la découverte de nouveaux horizons et grâce aux rencontres faites sur les différentes scènes, Thomas se perfectionne dans la guitare Flamenca.

 

Baptiste Chauchat, guitare

Baptiste Chauchat commence l’apprentissage de la musique par le piano à l’âge de 6 ans. Puis il s’initie à d’autres instruments tels que la guitare et la batterie… Il suit également une formation aux métiers du son.

Aujourd’hui, il partage son temps entre son activité d’artiste musicien et son activité d’ingénieur du son pour le spectacle vivant (notamment au sein de l’opéra Garnier), l’audiovisuelle (documentaires et fictions), la réalisation et l’enregistrement de musiques. Il intègre en 2008 l’orchestre de jazz manouche le « Léviathan Gipsy Band » en tant que guitariste. Parallèlement, il collabore à la composition des musiques des expositions de l’Espace Culturel Louis Vuitton. Il participe à de nombreux projets allant du rock au jazz en passant par la musique africaine et sud-américaine.