Rémi Fox

Rémi Fox est saxophoniste, improvisateur, compositeur et directeur artistique de nombreuses créations artistiques au sein desquelles l’expérimentation et la recherche de formes nouvelles tiennent une place importante.
Il est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris avec un Master du département jazz et musiques improvisées, un Prix du département d’improvisation générative et un Diplôme d’artiste interprète.
Rémi Fox est professeur d’enseignement artistique au Conservatoire à Rayonnement Régional de Boulogne-Billancourt (Jazz et Musiques  improvisées) et au Pôle Supérieur de Paris Boulogne-Billancourt (Improvisation et Création musicale).
Il se produit à travers le monde – en solo et dans diverses ensembles – confrontant sa musique avec d’autres arts. De cette volonté sont nées des créations avec le théâtre, la danse, le cinéma, les arts visuels et numériques.
Entre 2019 et 2021, Rémi Fox est artiste en résidence à la Cité musicale-Metz avec son ensemble nOx.3 & Linda Oláh pour créer et enregistrer « MiMo », un spectacle multimédia immersif et dispersif.
En résidence de recherche artistique à l’Ircam, il travaille avec Jérôme Nika sur le projet « Hippocampe Artificiel », afin d’aborder le défi de la musique avec électronique en temps réel.
En 2021, il est artiste en résidence « Création en cours » des Ateliers Médicis pour développer son projet solo de création et de transmission « Le Rêve éveillé ». L’année suivante, il adapte ce même projet au monde hospitalier pour Tournesol, Artistes à l’Hôpital et intervient cette fois au sein de deux services de pédopsychiatrie du Centre Hospitalier Théophile Roussel. Il se produit par ailleurs, dans le cadre de la programmation de Tournesol, en formation de jazz. En 2023, Rémi Fox est artiste en résidence à la Villa Médicis – Académie de France à Rome pour une création autour du compositeur Giacinto Scelsi. Il compose une œuvre pour saxophone et électronique déclenchée en temps réel. La composition mêle musique écrite et improvisée et inclut des enregistrements sonores réalisés à la Villa Médicis et dans la ville de Rome. En lien avec ce travail d’écriture, il développe un dispositif de spatialisation acoustique pour les besoins de la présentation de l’œuvre en salle. Les sons circulent d’un coin à l’autre de l’espace, créant ainsi une véritable dramaturgie sonore.
Le public se retrouve alors véritablement immergé dans l’œuvre.

© Colas Photographie

© Colas Photographie