Sur la mer immense

Le projet « Sur la mer immense » de l’Amusette électro est une lecture mise en musique d’extraits de l’Enéide de Virgile, dans la version contemporaine écrite par Denis Guénoun. Avec Jean-Christophe Hurtaud,  ténor et flutiste, Thomas Cousseau, comédien  et Wallerand de Crépy., illustrateur sonore.

Plusieurs ateliers de lecture et de musique sont proposés. Un orgue sensoriel, interface électronique et ergonomique, permet aux patients atteints de handicap (même lourd) de déclencher à l’aide de PAD des morceaux de musique, des rythmes et des bruitages pour une illustration sonore du texte. On peut également décomposer et varier les morceaux comme un puzzle musical.

La première étape a déjà eu lieu à l’Hôpital maritime de Berck AP-HP en 2016. Une vingtaine de patients ont été associés à ce projet et cela a abouti à un spectacle très émouvant destiné aux patients et leurs familles, aux équipes soignantes et à des membres de la ville.

La deuxième étape a eu lieu à l’Hôpital Rothschild AP-HP fin 2017. Grâce au soutien de la Sacem et des donateurs de Kiss Kiss Bank Bank , une dizaine de patients en rééducation a pu créer une œuvre musicale commune en exploitant les musiques et samples préalablement créés par les artistes.

Une troisième étape est envisagée à l’Hôpital de La Roche Guyon AP-HP en 2019 avec des enfants polyhandicapés.

 

Ateliers de Chansons

Depuis plusieurs années, des ateliers chant sont proposés aux patients adultes des différents centres de jour liés à l’EPS Erasme, notamment à Antony : Hôpital de Jour et CATTP Prosper Legouté, et au CATTP de Châtenay-Malabry.

Michel Glasko, accordéoniste de grand talent, et Maria Sikström, chanteuse et musicothérapeute, rassemblent de 25 à 35 patients autour d’un répertoire de chansons des années 50 à 90, choisi par les patients.

Ces moments de chansons partagées sont très importants pour des patients adultes, atteints de pathologies psychiatriques, stabilisés et vivant à leur domicile, suivis en hôpital de jour, mais pouvant encore avoir des difficultés à gérer et communiquer leurs émotions, et des difficultés à tenir compte des autres. Le travail vocal leur permet un travail corporel, sur le souffle, le son et l’énergie, mais également sur l’écoute et les incite à participer à un projet commun. La chanson les valorise, leur apportant plaisir, émotion, sensations et partage, pour un résultat collectif.

L’objectif est de réaliser un recueil des chansons préférées, avec illustrations et présentation, recueil élaboré par les patients et destiné à une diffusion en interne pour les patients, les personnels. Cet objet constituerait une trace de ces ateliers, permettrait à chaque patient de garder un souvenir de ces moments heureux passés ensemble. Il constituerait aussi un outil de pratique vocale, permettant à chacun de chanter seul ou avec d’autres les différentes chansons.
Il pourrait également servir aux personnels et à la population hospitalière pour d’autres ateliers ou moments chantés.

 

Un projet Tournesol, Artistes à l’hôpital avec l’EPSM Erasme et avec le soutien de la Banque Populaire Rives de Paris

Temps Fort | Cirque contemporain à l’hôpital

Après « Temps fort, jonglage et théâtre d’objets à l’hôpital » organisé avec Charles Vairet, cette troisième édition prévoit une tournée du 2 au 6 novembre 2015 avec Sylvain Julien dans plusieurs hôpitaux de région parisienne et dans le Nord. 

Après « Iopido », Sylvain Julien revient avec un spectacle intitulé « Mister O » :
Mister O est un petit bonhomme sec à l’énergie débordante, qui se débat avec ses cerceaux rouges. Une courte pièce entre danse, manipulation et théâtre, avec toujours les cerceaux au milieu, et Mister O qui à force de s’agiter devient aussi rouge qu’eux. Un petit monde qui tourne en rond, tout simplement. 

Sylvain Julien présentera son spectacle à l’Institut National des Invalides (gériatrie et soins de suite) à Paris, à l’hôpital de la Roche Guyon AP-HP qui accueille des enfants polyhandicapés, à la résidence du Rouvray à Boulogne Billancourt (gériatrie), à l’hôpital Adélaïde Hautval AP-HP (gériatrie) à Villiers-le-Bel et à l’AColJAQ (Association de Coordination des Loisirs des Jeunes et de l’Animation des Quartiers) à la Madeleine dans le Nord. Les spectacles seront accompagnés de temps de rencontres, de démonstrations et d’initiations improvisés avec le public présent.

 

Avec le soutien technique de Mains d’Oeuvres, Saint-Ouen (93).


Sylvain Julien, Circassien  

Après un DEUG d’économie il bifurque vers le cirque, il sort du Centre National des Arts du Cirque jongleur aux balles en 2005 avec le spectacle KILO mis en piste par Jean-Pierre Larroche et Thierry Roisin, il travaille avec des conteurs (Le Truc en 2002 et Enforestation en 2007, tous deux avec Julien Tauber avec lequel il crée l’association Caktus, Conteurs dans la nuit avec la Compagnie du Cercle ,2008), des marionnettistes (Le cabaret des âmes perdues avec Claire Latarjet et Yorgos Karakantzas en 2004), le chorégraphe Denis Plassard Cie Propos (ZOOO en 2006 et Débatailles 2008), avec le jongleur Philippe Ménard (reprise de rôle dans Zapptime Remix et évènements Ursulines Mushroom Power et Touch It en 2006, débuts des répétitions de PPP et de Doggy Bag en 2007), avec l’acrobate aérienne Cécile Mont Reynaud et le trio Esquina (Ce qui nous lie, 2009) avec Gulko cie Cahin-Caha (REV, 2010), plus des rencontres plus furtives sur des projets plus réduits.

Le souffle musical et dansé

Improvisations dansées et musicales au chevet des résidents de l’hôpital Sainte-Périne AP-HP

La danseuse Olivia Cubero, après plusieurs expériences hospitalières menées notamment au sein de la compagnie Sylvain Groud et un DU « techniques corporelles et monde du soin » à Paris 8, a souhaité expérimenter plus avant la rencontre avec les publics de l’hôpital. Dans une approche corporelle très originale et novatrice, elle réalise une série d’improvisations dansées autour du lit du patient, accompagnée d’un musicien.
Après un travail en soins palliatifs, elle poursuit son expérience en gériatrie, où elle souhaite intégrer le toucher dans ses improvisations : caresser ou tenir une main, une épaule, intégrer à la danse un dialogue corporel vitalisant pour les personnes très âgées, très en demande de contact, dans un esprit de transformation de ce toucher en mouvement, en acte de danse.

Les patients et résidents sollicités sont choisis parmi les plus isolés et dépendants et les artistes les rencontrent régulièrement sur une dizaine de séances ou plus, ce qui permet de tisser un lien et d’approfondir l’approche artistique et la relation, et d’entrer dans une confiance propice à l’expression et à l’échange.
Une relation s’établit entre les artistes et les résidents, touchés par la musique et mobilisés corporellement par le mouvement habité d’Olivia. Des échanges ont lieu, une détente et un apaisement surviennent, les souvenirs remontent. La discrétion d’Olivia permet aux résidents de prendre le temps qui leur convient dans ce partage sensible.

Les musiciens qui participent au projet :

  • Jean-Christophe Hurtaud : ténor lyrique et flûtiste à bec, partenaire de longue date de Tournesol, et créateur de plusieurs ensembles : l’Amusette baroque, l’Amusette dansée, l’Amusette lyrique, le quatuor Aelise, etc.

  • Awena Burgess, chanteuse, musiques tziganes et chansons françaises avec le groupe Maw Maw.

    Ce programme de recherche artistique complète un cycle de concerts au chevet des résidents avec différents musiciens.

Danser les 5 sens

Un atelier de danse contemporaine avec les jeunes de pédo-psychiatrie du Centre Hospitalier Théophile Roussel.


La démarche de la Cie Pasarela consiste à sensibiliser à la danse contemporaine à travers une approche ludique et expérimentale. La danse contemporaine est historiquement marquée par la pratique de l’atelier, au cours duquel chaque participant expérimente les possibilités qu’offrent le corps et ses mouvements, à partir d’une consigne. Les 15 séances d’ateliers sont animées par David Lerat

Thème des 5 sens

La Cie Pasarela a récemment créé un duo de danse contemporaine sur le thème des 5 sens (Êphe & Line, création 2014). Ces ateliers prolongent le travail de création de la chorégraphe. Il s’agit pour elle de partager ses processus créatifs avec le public, non seulement en proposant une représentation du spectacle en amont des ateliers, mais aussi en proposant aux jeunes de traverser physiquement sa recherche corporelle et artistique, afin de poursuivre et nourrir son processus de travail au-delà de la création de Êphe & Line.

Chaque séance s’ouvrira par un « rituel » : réveil corporel par des tapotements, frottements, pétrissages, étirements afin de stimuler les sensations et l’écoute de son corps.

  • Le toucher : donner à voir la sensation du contact, l’atmosphère induite par les différences de matières.
  • La vue : orienter la vue des spectateurs par des jeux d’ombres et de lumières sur une partie du corps.
  • L’ouïe : inventer une chorégraphie de percussions corporelles.
  • L’odorat : traduire en mouvements l’énergie et la qualité d’odeurs culinaires.
  • Le goût : détourner les mouvements quotidiens du repas pour inventer une chorégraphie loufoque.

Ce projet est soutenu par la DRAC et l’ARS dans le cadre de l’appel à projet « Culture et Santé » 2015 et par la Fondation d’entreprise Banque Populaire Val de France.

Le chant des signes

De janvier à juin 2011, le projet Le chant des signes mené en partenariat avec l’Ensemble 2e2m et le Centre Hospitalier Théophile Roussel, a permis aux adolescents de l’hôpital de s’initier à la musique contemporaine grâce à un atelier de découverte et de création musicale.

Le projet s’est clôturé par un concert à l’hôpital le 15 juin 2011 présentant la pièce intitulée Hip Hop imaginée par le compositeur Tomas Bordalejo à partir du travail réalisé, une oeuvre pour tuba, acoordéon et alto avec les adolescents participants au projet, sous la direction de Pierre Roullier.

Programme du concert du 15 juin 2011

avec la participation de Hélène Desaint (alto), Elodie Soulard (accordéon), Emilien Courait (tuba) et les unités d’adolescents du Centre Hospitalier Théophile Roussel

Tomas Bordalejo / Hip Hop création mondiale / avec les adolescents du centre hospitalier, tuba, accordéon, alto / sous la direction de Pierre Roullier
Jean-Sébastien Bach / Suite N°2, Courante et Gigue / alto
Astor Piazzolla / Tango Etude N°3 / tuba
Nikolaï Rimsky-Korsakov / Procession des princes / accordéon
Georg Espitalier / Folklore Aus Russland / tuba, accordéon, alto

 

Ce projet a été soutenu par la DRAC et l’ARS dans le cadre de la convention Culture Santé.

Être(s) visible(s)

Un parcours d’initiation à l’écriture au Samu Social LHSS « Les Lilas »

Anne Terral, née en 1970, est écrivain et éditrice indépendante. Elle a longtemps travaillé dans l’édition de livres d’art. La publication d’Après, en 2001, a inauguré une série de de romans pour adultes et d’albums pour enfants. Pour cette auteure qui a écrit « pendant plus de dix ans à distance du monde, tout à l’écoute de son intériorité », cette résidence constituait une première expérience d’écriture en confrontation avec l’autre, en médiation.

Anne Terral a publié trois romans aux éditions Stock : Après (2001), Dans la nuit des autres(2003), et Curiosité (2009), ainsi que trois albums destinés à la jeunesse : Grain de riz(2003), La folle semaine des Toupoutous (2005) aux éditions Casterman, puis Comme ci ou comme ça (2011) aux éditions Syros, tous trois illustrés par Bruno Gibert.

Son projet de résidence, intitulé « Être(s) visible(s) », a eu lieu en 2011 au LHSS (Lits Halte Soins Santé) des Lilas (Paris XX), et se proposait d’ouvrir avec les personnes hébergées un espace de partage et d’interrogation autour de la question du Visible et de l’Invisible, « l’idée étant de souligner à quel point l’écrit peut être, pour chacun, un moyen quasi magique d’être vu et pleinement reconnu dans son identité ». Comprenant de nombreuses rencontres, des ateliers d’écriture, des lectures, dont une intervention mensuelle dans l’émission littéraire Le Lire & Le Dire sur radio Fréquence Paris Plurielle, il constituait également pour Anne Terral le temps d’écriture de son prochain projet littéraire.

Les textes écrits lors des ateliers ont fait l’objet d’une publication dans un ouvrage intitulé « Et tous nos mots se font visibles ».
Les ateliers ont été suivis et commentés sur le site Remue.net par l’écrivain.

Du temps sous la plume

Depuis 2011, Marianne Faure anime l’atelier d’écriture Du temps sous la plume à l’EHPAD des Marronniers à Levallois-Perret auprès des personnes âgées résidentes.

Cet atelier a été conçu pour favoriser la (ré)activation de la mémoire qu’elle soit individuelle, collective, affective, pratique, quotidienne ou rattachée à l’enfance des personnes agées résidentes. Il importe de prendre le temps d’expliquer les enjeux créatifs de l’atelier d’écriture, de veiller à donner à chacun sa place, quel que soit son potentiel de compréhension. Cet atelier d’écriture favorise l’expression de soi, la mise en mots de son propre imaginaire et de son environnement, sous diverses formes littéraires.

À travers des exercices de lecture et des jeux d’écriture à dimension autobiographique, propices à faire surgir des souvenirs, le but est de laisser s’exprimer les attentes, les idées de chacun, de créer un lien durable de confiance au sein du groupe présent. L’acte d’écrire n’est pas une obligation et doit rester un plaisir, l’expression orale est tout aussi importante. La parole est accordée à tout participant qui souhaite la prendre et Marianne veille à faciliter les échanges d’idées autour de thèmes variés au fil des séances.

 

Pour conserver l’essentiel des événements de l’atelier, un document imprimé intitulé « Paroles de l’atelier Du temps sous la plume » est publié chaque trimestre : chaque page met en scène graphiquement les mots prononcés ou écrits au fil des séances.

SONGS

Ateliers de création musicale à l’hôpital de jour du CATTP Prosper Legouté à Antony.

L’EPS Erasme est spécialisé dans la prise en charge des troubles psychiatriques à tout âge de la vie. Sa vocation est d’accueillir prioritairement les résidents du département des Hauts-de-Seine.Ses missions sont multiples : prévention, diagnostic, soins, enseignement et recherche.
Depuis 15 ans, il développe un partenariat régulier avecTournesol, Artistes à l’hôpital autour d’actions artistiques. Une programmation musicale et de spectacle vivant ouverte à toute la population hospitalière fédère l’ensemble des services en intra et extra hospitalier, avec une centaine de patients pour chaque manifestation au centre Erasme, les publics des CATTP pour des concerts et des ateliers de chants réguliers.

L’Ensemble 2e2m, très ouvert à la rencontre de nouveaux publics, a établi depuis 2010 un partenariat avec Tournesol, Artistes à l’Hôpital : concerts autour de l’œuvre de Bernard Cavanna, atelier « Le chant des signes » avec les adolescents de l’hôpital Théophile Roussel à Montesson.
Cette année, un nouveau projet est proposé aux patients adultes suivis à l’hôpital de jour et au CATTP Prosper Legouté à Antony.

Le projet

De septembre 2014 à janvier 2015, le projet SONGS mené en partenariat  avec l’Ensemble 2e2m et l’hôpital de jour-CATTP Prosper Legouté, a permis aux participants de s’initier à la musique contemporaine grâce à un atelier de découverte et de création musicale. Il s’est clôturé avec la création musicale imaginée par le compositeur Bastien David à partir du travail réalisé en atelier. Cette oeuvre a été interprétée par les musiciens de l’Ensemble 2e2m et les participants de l’atelier, auto-proclamés le groupe Houla !

Rencontre et découverte

Une première phase de rencontre et de découverte a permis aux participants de se remémorer des musiques qui ont marqué leur vie au travers d’échanges avec les musiciens (airs accompagnés, ensembles vocaux, improvisations sur la musique et/ou les textes). Un travail corporel (respiration, mise en mouvement, danse, mise en espace…) a facilité l’expression individuelle ou collective et créé une énergie commune pour travailler autour de la mémoire et des souvenirs des participants.

Création

La seconde phase était une phase de création.  Les propositions faites par les participants ont été la matière première de la création musicale imaginée et mise en forme par le compositeur. Un aller-retour entre compositeur, musiciens et participants permettra à chacun de se sentir actif et moteur de l’invention. La dimension corporelle était toujours présente et utilisée dans l’écriture et l’apprentissage des nouvelles musiques.

Restitution

Une phase de restitution sous forme de deux concerts, à l’hôpital de jour et au théâtre Firmin Gémier/La Piscine, avec la présence des participants sur scène a permis de valoriser à la fois le projet et l’apport de chacun individuellement. 

Programme des concerts du 20 janvier et 4 février 2015

avec la participation de Pierre Roullier (direction artistique et flûte), Bastien David (compositeur), Amélie Raison (soprano), Fanny Vicens (accordéon) et les participants de l’atelier SONGS

1ère partie par l’Ensemble 2E2M
Manuel de Falla / Sept chansons populaires espagnoles (extraits) / accordéon et soprano
Heitor Villa Lobos / Bachianas Brasileiras n°5 / accordéon et soprano
Stefano Gervasoni / Album di figurine doppie (extraits) / accordéon
Antonio de Cabezón / Diferencias sobre el Canto Llano del Caballero / accordéon
2ème partie par l’Ensemble 2E2M et les participants de l’atelier
Bastien David / Houla ! création musicale  / chant, flûte, accordéon, percussions

Ce projet a été soutenu par la DRAC/ARS, le fonds d’action SACEM, et le conseil régional d’Ile-de-France

Temps Fort | Jonglage & théâtre d’objets à l’hôpital

Le cirque contemporain revient à l’hôpital avec « Temps Fort », 2ème festival organisé par Tournesol, Artistes à l’Hôpital autour des disciplines du jonglage et du théâtre d’objets.

De février à juin 2014, nous avons proposé des performances sous différentes formes : spectacles moyen formats (40 minutes) en frontal et en fixe, dans des salles équipées ; spectacles petites formes (entre 3 et 10 minutes),  joués dans les étages des services de soins et les salles communes ; moments artistiques et humains, directement au chevet des patients.

Cette programmation a donné lieu à une série de reportages, réalisée par Delphine Maugars, Axel Scoffier et Caroline Libbrecht, intitulée « Filmer le cirque contemporain à l’hôpital ».

 

Programmation

Cie BAL, Jeanne Mordoj | Résidence de création

Du 3 au 9 février 2014

Variations autour des spectacles Éloge du poil (2007) et La Poème (2012)
Hôpital Rothschild AP-HP

En savoir plus

Cie CaKtus | Sylvain Julien

5-6 Mars 2014

Variations pour un homme et des cerceaux
Hôpital Théophile Roussel
EPS Erasme

En savoir plus

Cie Defracto

10-11 Juin 2014
Variations autour de Flaque, création novembre 2013
Hôpital Fernand-Widal AP-HP
Hôpital Rothschild AP-HP

Atelier marcottage : quand les patients renouent avec la création

Construit par le plasticien Fabien Noirot, le musée des moulages de l’hôpital Saint-Louis AP-HP et Tournesol, le projet Marcottage propose à des personnes hospitalisées de découvrir cette technique de sculpture, de se l’approprier, et de réaliser une œuvre collective. Mené sous la forme d’ateliers depuis 2012 et conduit auprès de trois publics dans trois établissements différents, il ne manquait plus que trois articles pour vous présenter en détails ce projet original et passionnant !

Mais en fait, qu’est-ce que le marcottage ?

Le marcottage est une technique de sculpture développée par les Grecs au IVe siècle av. J.-C. Elle repose sur la réutilisation de formes, à travers les moules en plâtre existants, et sur la réinterprétation modelée des sculptures initiales. Il s’agit donc à la fois d’un processus de reproduction par moulage et d’une démarche de création par le modelage et l’assemblage, allant parfois jusqu’à une rupture d’avec le modèle original. (photo)

Cette méthode, souvent méconnue du grand public, a été fréquemment utilisée depuis l’époque grecque, à des fins diverses. Le sculpteur Rodin en est l’un des plus célèbres usagers : assemblant et désassemblant à l’infini des fragments de sculptures existantes (qu’il nomme « abattis »), sa démarche s’oriente progressivement vers un travail sur la composition des œuvres, plus que vers la création ex nihilo de pièces nouvelles. A partir des années 1890, le marcottage constitue sa technique majeure, Rodin allant jusqu’à laisser visible les traces d’assemblage dans la sculpture achevée.

Le propre de la technique du marcottage en sculpture, depuis l’artisanat grecque, est de déposséder l’artiste de l’unicité et l’autorité de son œuvre en donnant en partage, par le biais des moules, sa sculpture. Sur ce principe, l’objectif de notre projet était de recréer l’effervescence des ateliers grecs en déplaçant les moules en plâtre d’atelier en atelier afin de générer des variantes au modèle de départ. Le lien entre les personnes se matérialise ainsi par un lignage des moules qui va engendrer, au final, une œuvre collective.

De la technique grecque à un projet d’art en hôpital

C’est la découverte, en 2011, du musée des moulages de l’hôpital Saint-Louis APHP, qui inspire au plasticien Fabien Noirot l’idée d’une série d’ateliers autour du marcottage. Il imagine un projet en trois temps, caractérisés chacun par un lieu et un public, avec pour objectif final la réalisation d’une grande sculpture collective autour du motif du bouquet de fleurs. Tournesol, Artistes à l’hôpital, a permis la concrétisation de cette idée initiale, en partenariat avec le musée des moulages de l’hôpital Saint-Louis APHP et avec le soutien de divers financeurs.

Une dizaine de personnes se retrouvent une fois par semaine pour 20 séances. D’autres activités peuvent être organisées : découverte des artistes et de leurs œuvres, visite au musée Rodin, conférence sur le musée des Moulages, livres et revues, etc.

Pourquoi entreprendre une série ? Un premier atelier réalise des modèles qui vont être modifiés par un second puis par un troisième grâce au truchement du moulage et du modelage. Nous obtenons ainsi un micro-laboratoire artistique qui détourne les outils des archéologues sur le marcottage grec : analyse et conservation des moules, diagramme des lignages entre ces-derniers (photo), carte de géographie pour isoler les lieux de production des modèles et des variantes.

Le premier cycle (1ère génération) a été réalisé avec des personnes âgées de l’hôpital Fernand Widal APHP du 2 janvier au 26 juillet 2012.

Le second (2ème génération) a débuté à l’hôpital Saint-Louis AP-HP le jeudi 17 octobre 2013. Deux publics sont concernés :

  • Des patients de cancérologie, et en particulier des patientes atteintes de cancer du sein, à l’hôpital Saint-Louis APHP, en lien avec la médiathèque de l’hôpital et la maison d’information en santé ;
  • Des personnes âgées désocialisées hébergées à l’EHPAD du Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre

Immersion dans l’atelier de marcottage

La technique du marcottage et la genèse du projet en hôpital ainsi présentées, il est temps d’ouvrir les portes de l’atelier…

Le premier cycle touchait une dizaine de patients de gériatrie et se répartissait en vingt séances d’atelier. Ces-dernières impliquaient d’abord une initiation à la technique du marcottage, puis la réalisation de moulages sur nature (fruits, légumes, objets divers) et de moules réutilisables, permettant ensuite la reproduction en plusieurs exemplaires de certains moulages. (photo)

Les patients se sont vus proposer la consigne suivante : « A partir du modelage d’un fruit et de son moulage, nous allons créer un fruit imaginaire (photo) en combinant le moule du fruit ou du légume de notre voisin; le moulage de ce fruit servira ensuite à l’élaboration collective d’une fleur imaginaire (photo) ». Quelques contraintes matérielles s’imposaient : la forme devait être modelée sur une planchette de bois carrée de 25 cm de côté et de 0,5 cm d’épaisseur ; la hauteur de l’œuvre ne devait pas dépasser 20 cm.

L’intérêt des résidents pour cet atelier présentant une certaine complexité technique a agréablement surpris l’équipe de gériatrie. Malgré l’apparente difficulté de départ, les participants ont fait preuve d’une ténacité remarquable et constante. De part et d’autre, des efforts significatifs ont été consentis : les patients, dont la capacité de concentration était parfois limitée, se sont investis pendant une voire deux séances pour une même tâche ; de son côté, Fabien Noirot a dû faire preuve d’un travail d’adaptation considérable. En outre, une assistance technique s’est avérée nécessaire pour pallier aux limites physiques des patients : porter les objets, aider à les tenir, les mettre à portée… Des membres du personnel, des personnes de la famille et surtout des médiateurs de Tournesol, Artistes à l’hôpital devaient donc être présents aux ateliers.

A chaque séance, les patients ont manifesté du plaisir à « mettre les mains dans la matière » et à poursuivre leur travail. Si certains nous ont quitté en cours de route, la plupart ont mené le projet à son terme et ont reçu avec émotion leurs œuvres personnelles des mains de Fabien Noirot, lors de la restitution.

 

Les réalisations individuelles et l’œuvre collective ont été exposées au musée des moulages lors des Journées du Patrimoine en 2012 (photo) et des Journées porte ouverte de l’AP-HP en 2014, puis dans les établissements.

 

Un projet fédérateur

Le projet « Marcottage » valorise une technique artistique originale et s’adresse à un public dont les capacités physiques sont limitées. Démarche expérimentale, il a d’ores et déjà démontré son fort potentiel créateur, sa singularité qui n’entrave nullement son accessibilité, et surtout sa qualité de projet fédérateur. L’atelier Marcottage est en effet le lieu de rencontres : entre des structures (une association, un musée et un service de soin), entre des personnes (des patients, un artiste, des familles, des soignants et des médiateurs) et entre des formes (la spécificité du marcottage résidant dans l’assemblage de fragments préexistants).

Au-delà de l’intérêt et de la curiosité qu’il a suscités, il a contribué à faire connaitre le musée des moulages aux patients et aux personnels de l’établissement, ainsi que des sculpteurs comme Rodin.

 

Delphine Maugars

 

1er Festival de Cirque Contemporain à l’Hôpital | 2011

Sous le patronage du Ministre de la Culture, Tournesol, Artistes à l’Hôpital et Charles Vairet, ont organisé la première édition du Festival de Cirque Contemporain à l’Hôpital, du 16 novembre au 20 décembre 2011.

L’idée : voir si cette discipline, très exigeante techniquement, pouvait s’adapter aux contraintes hospitalières et intéresser les publics de l’hôpital. Quatre compagnies ont participé à ce festival avec des spectacles, une création, et une résidence de création

 

Programmation

L’Ensemble l’Echelle

L’Echelle est une compagnie musicale construite autour de Charles Barbier, chanteur, Caroline Marçot, compositeur et chanteuse, et le circassien, Alexandre Denis, pour un programme autour d’une œuvre de Roland de Lassus. Dans le cadre du festival, la compagnie réalise une résidence de 10 jours avec des répétitions publiques et des ateliers, suivie de spectacles au centre Erasme à Antony.

Association Tournesol: premier festival du cirque contemporain à l'hopital. Ensemble l'Echelle: Renaissance. Antony (92), France, 6 Decembre 2011.

La CRIDACOMPANY

Avec un spectacle en cours « C’est pas mort, ça bouge pas », la Cridacompagny s’est rendu à l’hôpital Théophile Roussel de Montesson. Au programme, un atelier jonglage, la représentation du spectacle, et une rencontre avec les artistes à l’issue de la représentation.

Association Tournesol. Centre Hospitalier Théophile Roussel.. Dans le cadre du premier festival du cirque contemporain à l'hopital. Cridacompany: C'est pas mort, ça bouge pas. Montesson (78), France, 7 Decembre 2011.

O Ultimo Momento

La compagnie O Ultimo Momento a également investi l’hôpital Théophile Roussel de Montesson pour un spectacle de mat chinois « Contigo », avec l’artiste portugais Joao Paolo Dos Santos. Le spectacle sera suivi d’une rencontre avec l’artiste.

Festival de Cirque contemporain à l'Hopital: Centre Hospitalier Théophile Roussel, Montesson. Compagnie O Ultimo Momento, João Paulo Dos Santos: « Contigo », Acrobatie au mât chinois.Montesson, France, 16 novembre 2011

Sylvain Julien

« ÏOPIDO », spectacle de jonglage (cerceaux) en cours de création, a été accueilli à l’hôpital Rothschild AP-HP, pour un public de personnes âgées hospitalisées en gériatrie et de patients de neurologie en Soins de suite et de rééducation.

Association Tournesol: I festival du cirque contemporain à l'hopital. Hôpital Rothschild ? AP-HP, Paris XII. Sylvain Julien - « ÏOPIDO » Paris, France, 20 décembre 2011

À suivre…

Nous préparons pour 2014 la suite de ce festival, avec « Temps fort, jonglage et théâtre d’objets à l’hôpital », une résidence de création et de diffusion de petites formes au sein des services et des ateliers avec de nouvelles compagnies et artistes, notamment Jeanne Mordoj.

Le chant des souvenirs

Un projet autour de la voix parlée et chantée auprès des personnes âgées isolées et dépendantes, en gériatrie.

En 2011, il a permis à deux groupes d’artistes et une lectrice de suivre des personnes très âgées, handicapées et isolées de l’hôpital Charles Richet à Villiers le Bel (AP-HP) pour des programmes de chants de monde et de chansons et mélodies des années 20 à 50, et pour des lectures régulières au chevet avec des restitutions publiques. Ces rencontres musicales, dans une relation plus intime avec les résidents, a permis de reconstituer un important répertoire de mélodies (corpus de 50 chansons et mélodies des années 30 à 50), et de retrouver avec les résidents très handicapés, en perte de repères, de parole, les chemins d’une vie et d’un partage culturel et musical. Une expérience passionnante et riche.

– Avec l’Amusette Lyrique (Jean-Christophe Hurtaud, ténor et flûtiste à bec, et Michel Glasko, accordéonniste)
– Le duo de voix du monde Awena Burgess et Sandrine Monlezun
– La lectrice Blandine Molinier.

 

Cette série d’une trentaine de séances a été soutenue par la DRAC et l’ARS Ile de France dans le cadre de la convention « culture-santé ».

 

Je sème, tu sèmes, on s’aime

Dans le cadre des ateliers de création de chansons menés par Marie tout court , un disque  a été produit en 2012 par la SACEM et Tournesol, Artistes à l’Hôpital.
Intitulé « je sème, tu sèmes, on s’aime », ce disque a été réalisé avec une dizaine de chansons écrites par des groupes d’enfants, d’adolescents et d’adultes hospitalisés dans différents sites.

Percuphonies

Au centre Théophile Roussel, nous avons proposé en 2012 et 2013 « Percuphonies », cycle d’ateliers de découverte de la percussion, aux enfants et des adolescents. Un thème largement suivi qui intéresse tout un chacun. La collaboration avec le service culturel s’est étendu aux enseignants de l’école intra-hospitalière, nos partenaires dans cette action.

Avec Matthias Labbé, percussionniste, les enfants et les soignants ont pu pratiquer les percussions de différentes traditions : africaine, orientale, américaine et indienne et sont montés sur scène avec Mattias Labbé, Julien Decoret musiciens et Cyrille Labbé, comédien lors du spectacle le « voyage sonore », sur la scène du théâtre de l’établissement.

La population hospitalière a pu découvrir différents traditions avec les spectacles :

« Kromoritmos » du Quatuor Beat avec 4 grands percussionnistes classiques : Gabriel Benlolo, Aurélien Carsalade, Laurent Fraiche, Jérôme Guicherd.

Ny Malagasy Orkestra, programme de musique et chants traditionnels malgaches, avec un groupe de 10 musiciens.

Steelband a paname, avec Thimotée Pinçon, Jérôme Castry, Josée Babeu, Alain Ponaud, Guillaume Kervel

 

Ce projet est soutenu par la DRAC et l’ARS dans le cadre de la convention « culture-santé ».