Sophia Charaï

Sophia Charaï, chant

Née au Maroc dans une famille bourgeoise et cultivée, la jeune Sophia Charaï pianote pendant une dizaine d’années tout en aspirant une culture musicale variée allant des émissions de variétés à la musique arabe des films égyptiens.

Fille d’un architecte, elle suit la même filière pour ses études et en fait son premier métier jusqu’à ce que d’autres passions prennent le dessus. Férue de mode, elle lance deux collections et s’adonne à son autre violon d’Ingres, le chant, dans les clubs de jazz à Paris où elle a élu domicile. Sophia Charaï fait la rencontre de Mathias Duplessy, auteur-compositeur et producteur qui devient vite son mentor.

Ensemble, ils découvrent l’Inde et ses trésors musicaux, et se s’enivrent de jazz et de flamenco. De cette union naît un premier album chanté en arabe, Mouja, sorti en 2004, suivi d’un Live au Satellite Café un an après. En cours de route, Sophia Charaï gagne le surnom de « Rita Mitsouko du Maroc ». C’est dans sa langue natale qu’elle chante les vignettes colorées de son deuxième album Pichu (assorti du hit « Pichu Pichu »), mélange épicé de world, jazz, soul et pop sorti en janvier 2011. (Universal music france)

Son troisième album sort en 2016 : Blue Nomada (aux éditions Absilone)

Giovanni Ceccarelli, piano

À l’age de sept ans, il commence ses études classiques au piano puis, à treize ans, il découvre le jazz.

Ses différents projets personnels sont dédiés à ses propres compositions et aux arrangements originaux de morceaux issus de différentes traditions musicales, comme le jazz, la chanson brésilienne, italienne et française.

Son premier album solo est un « piano duo » avec Eddie Wied, « The Street Dancer » (1998) ; ensuite il publie « Feedin’ Inner Urges » (2009) avec la chanteuse Fabrizia Barresi est « The Nights of the Beuscher » (2009), un double album en live avec le saxophoniste Massimo Urbani.

« InventaRio » (2010) est produit par Giovanni Ceccarelli et le contrebassiste Ferruccio Spinetti ; réalisé avec l’auteur et interprète brésilien Dadi, cet album est enrichi par la participation de Marisa Monte, Ivan Lins, Petra Magoni et Pacifico. « InventaRio » rencontre le succès du public et des critiques en Italie et au Japon.

Ses albums plus récents sont « Daydreamin’ », complètement consacré aux compositions originales, et « Waxin’ in Camerino », enregistré avec le saxophoniste Lee Konitz, avec qui Giovanni Ceccarelli joue depuis treize ans.

Pendant sa carrière, Giovanni Ceccarelli se produit en concert et en studio dans le monde entier, avec de nombreux grands artistes de la scène internationale : les chanteurs et chanteuses Amii Stewart, Mark Murhpy, Nancy King, Tiziana Ghiglioni et Ada Montellanico ; les saxophonistes Benny Golson, Rosario Giuliani, Gianni Basso et Charles Davis ; les trompettistes Paolo Fresu, Enrico Rava, Kenny Wheeler et Fabrizio Bosso ; les acteurs Arnoldo Foà et Alessandro Haber ; Tony Scott, Manu Katché, Gianluca Petrella, Antonello Salis…(Bonsaï music)

Mauro Gargano, contrebasse

Mauro est né à Bari (Italie) le 9 mai 1972. Après les études de la contrebasse classique et jazz aux côtés des maitres italiens (Maurizio Quintavalle, Furio Di Castri, Paolo Fresu et Enrico Rava), il arrive à Paris en 1998, integre la classe de contrebasse classique du conservatoire du IV arrondissement et puis il gagne le concours d’entrée au CNSM de Paris dans la catégorie « Jazz et musiques improvisées » et obtient le 1er Prix du CNSM et le DFS en Jazz avec Riccardo Del Frà.

S’en suivent de nombreuses collaborations sur disque, pas moins de 42 albums en tant que sideman, 5 en tant que leader dont “Quartetto Moderno” (Schema) avec Nicola Stilo, “The Three Moons”(Jazz Engine) avec Gaetano Partipilo e Fabio Accardi, Angelini-Gargano Moreau trio “, ”Mo’Avast Band” (Note sonanti, Revelation Jazzmagazine 2012) avec Francesco Bearzatti, , ”Suite for Battling Siki”(Gayamusic, CHOC Jazzmagazine 2016) avec Bojan Z, Jeff Ballard, Jason Palmer, Manu Codjia, “ANTS” (Gayamusic, Révélation Jazzmagazine 2017) avec Ricardo Izquierdo et Fabrice Moreau.

En 2018 il publie “Born in the Sky”, nouveau album avec sa “Mo’Avast Band” pour le nouveau label iOSA.

Sur scène, il accompagne et il enregistre avec des nombreux artistes internationaux de jazz et des musiques improvisées comme: Aldo Romano, Kenny Werner, Jason Palmer, Bojan Z, Daniel Humair, Rene Urtreger, Jason Palmer, Francesco Bearzatti, Nasheet Waits, Mike Moreno, Chris Cheek, Ricardo Izquierdo, Giovanni Mirabassi, Christophe Marguet, Sebastien Jarrousse, Alexis Avakian, Jeff Ballard, Thierry Eliez, Nicolas Folmer, Fabrizio Bosso, Flavio Boltro, Michel Legrand, Philippe Lebaraillec, Bruno Angelini, Sebastien Texier, Emile Parisien, Remi Vignolo, et d’autres.