Awena Burgess & Daniel Mizrahi

Le duo

On rirait bien de celui qui demanderait à l’oiseau son passeport avant de voler d’une rive à l’autre du Danube. Comme les oiseaux doivent rire de nous…

Quelques phrases en romani, langue de ceux qu’on connaît le plus souvent sous le nom de tsiganes, suffisent à balayer la frontière imaginaire qui sépare l’Orient de l’Occident. Les mots qui les composent sont hérités du hindi, du persan, du grec, du turc, ou encore empruntés au russe, au roumain, au français, à l’anglais…

La musique, à l’image de la langue, est tissée d’innombrables rencontres. Elles sont les fruits d’un exode qui a pour origine la capture, au XIème siècle, de tous les habitants de Kannaudj (cité du Nord de l’Inde) par les troupes du Sultan Mahmud de Ghaznî, qui les menèrent dans le Khorasan où ils furent vendus comme esclaves.

Est-ce cet immense brassage qui nous permet de nous retrouver dans les musiques du peuple rrom ?

Dans les chants de roms de Hongrie, de République Tchèque, de Roumanie, d’Albanie, de Macédoine…que nous avons rassemblé dans notre répertoire, nous avons trouvé une invitation sans cesse renouvelée à célébrer ces émotions que tous nous partageons, de chaque côté des frontières, devant l’amour, la mort, les séparations, les retrouvailles… En les interprétants, nous voulons à notre tour vous inviter dans la danse.

 

Awena Burgess, chant

Née à Paris en 1979, d’origine franco-arabo-américaine, Awena Burgess se passionne pour la musique d’Europe de l’est alors qu’elle finit ses études de littérature. Elle étudie le chant auprès d’Aïcha Rédouane et Ida Kelarova, s’initie à l’arabe et à l’hébreu, et chante différents styles: klezmer électrique avec Estelle Goldfarb, répertoire rom roumain avec les virtuoses de Tziganiada, choeur bulgare rock avec l’Electrik GEM… La musique rom devient peu à peu son principal centre d’intérêt et elle apprend alors la langue romani aux Langues O auprès de Marcel Courthiade.

Elle crée en 2005 le groupe Balval, « musique tsigane à caractère imaginaire », avec lequel elle enregistre deux albums, Blizzard Bohème en 2007, Le Ciel tout nu en 2010, et tourne en France et à l’étranger. On peut également la voir sur scène en tant que comédienne et chanteuse dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le Monde, avec la Compagnie Petite Lumière (projet soutenu par l’Adami en 2007). Diplômée de la Méthode Feldenkrais, elle anime également des ateliers de chant autour du travail du corps et du souffle. Depuis 2001 elle travaille régulièrement avec l’Association Tournesol.

 

Daniel Mizrahi, guitare

Né en Israël, il y étudie la guitare et l’harmonie classique. Arrivé à Paris en 2003, il intègre deux ans plus tard le CNSM de Paris dans le département jazz et musiques improvisées dirigé par Ricardo Del Fra. Il joue dans plusieurs formations jazz, (dont le Daniel Mizrahi Sextet), dans le groupe Balva(musique tsigane à caractère imaginaire), et dans le spectacle jeune public Les Animaux de tout le monde, d’après Jacques Roubaud (crée en 2007 au Théâtre Dunois, co-production TJP-CDN d’Alsace). Il écrit aussi de la musique pour le cinéma (2 nominations aux oscars israéliens dans la catégorie musique de film) et le théâtre (En taule l’argent ne vaut pas un clou, d’après Chester Himes).

Il fait parti du groupe de musiques tziganes Balval et de plusieurs formations jazz. Il propose en solo un répertoire éclectique, inspiré des standards du jazz ou encore de morceaux blues et folk, qu’il partage très régulièrement au chevet des personnes désocialisées et des personnes âgées dépendantes.