Arc-en-ciel sonore à la rencontre des enfants polyhandicapés

14 novembre 2013

Le centre Arpège accueille des enfants et adolescents polyhandicapés dont les pathologies, chroniques et sévères, entravent grandement l’autonomie. Aussi, l’une des priorités de l’établissement est de favoriser l’épanouissement de chaque patient, et notamment son développement sensoriel. Dans ces conditions, Tournesol, Artistes à l’hôpital a invité le duo « Arc-en-ciel sonore », spécialisé dans l’improvisation musicale, à jouer auprès de ces petits patients…

 

De l’arc-en-ciel des sons…

Le duo « Arc-en-ciel sonore » est composé de deux poly-instrumentistes : Michel Gentils, spécialiste de la guitare à 12 cordes, et Shyamal Maitra, multi-percussionniste. Forts de leur savoir-faire, ils ont élaboré depuis une vingtaine d’années un répertoire singulier qu’ils exploitent à l’infini sous la forme d’improvisations musicales. Ainsi mêlent-ils des instruments d’une très grande variété : guitare à 6 cordes et à 12 cordes, bols tibétainsocarina sud-américain, ghatam indien, petite guimbardesanza africaine, berimbao brésilien, flûte fujara d’Europe Centrale, tablasgongs, etc. De ce travail de composition instantanée résulte un formidable arc-en-ciel de sonorités où se découvrent les timbres les plus inattendus. Les enfants auprès desquels nous intervenons témoignent très rapidement de leur surprise : regards intrigués, saisissement ou au contraire, rires et agitation, telles sont les premières réactions de notre public face aux sons nouveaux qui les environnent.

 

…à l’arc-en-ciel des sens

Les deux artistes mettent en scène leurs jeux musicaux en circulant dans la pièce tout autour des enfants qui, avec plus ou moins de facilité, les suivent du regard. Ils profitent de cette déambulation pour rapprocher les instruments de chacun des enfants : ceux-ci font ainsi l’expérience des vibrations produites, non seulement par leurs oreilles, mais aussi par leurs pieds, leurs jambes… Cette amplification sensorielle éveille leur curiosité et les pousse à entrer en contact direct avec les instruments. Simples auditeurs, ils deviennent donc progressivement des membres à part entière de cette performance artistique.

L’arc-en-ciel sonore : un pont entre deux rives

Car la démarche d’Arc-en-ciel sonore vise avant tout à provoquer des rencontres : entre les sons, puisque sont mariés des instruments d’origines très diverses ; entre les deux musiciens, qui dialoguent silencieusement par le biais des regards et des suggestions musicales ; entre ces mêmes artistes et leur public. En effet ils insèrent les enfants dans leurs jeux sonores en prenant en considération leurs réactions et les sons qu’ils émettent comme s’il s’agissait d’une production instrumentale, et en leur faisant tester les instruments, les rendant ainsi maîtres du son. Est finalement créé un dialogue polyphonique qui s’affranchit des mots pour manier exclusivement cette riche matière sensorielle à laquelle les enfants polyhandicapés sont si sensibles.

 

Delphine Maugars
14 novembre 2013

Article Précédent

Article Suivant