Aïko Shimouchi & Fanny Prandi invitent les patients à un récital inattendu

30 avril 2014

Forte d’une réputation solide et de la fidélité de ses artistes, l’association Tournesol, Artistes à l’Hôpital attise régulièrement la curiosité de nouveaux interprètes désireux d’ouvrir leur pratique à un public élargi. Récemment, elle a fait la rencontre d’Aïko Shimouchi, soprano, et de Fanny Prandi, pianiste, toutes deux investies dans des répertoires éclectiques. Une belle occasion de faire résonner la salle de spectacle de l’hôpital Le Vésinet, au son d’un récital piano-voix peu commun.

 

De nouveaux talents rejoignent l’équipe de Tournesol

C’est au printemps 2013 qu’Aïko Shimouchi contacte pour la première fois l’équipe de Tournesol, Artistes à l’Hôpital, sur la recommandation d’une artiste de l’association. Cette soprano franco-japonaise, ancienne élève de Mady Mesplé et diplômée d’Etude Musicale (spécialité Art Lyrique), se montre alors vivement intéressée par le projet de l’association, à laquelle elle soumet tout ou partie de son Ensemble Impression. Cette formation, fondée avec la flûtiste Mariko Onabe, propose des programmes thématiques ou pédagogiques qui mêlent à un répertoire majoritaire de musique classique de subtiles notes de jazz et de musiques du monde.

Cette nouvelle collaboration entre Tournesol et Aïko Shimouchi se développe à l’occasion d’un concert à l’hôpital Le Vésinet, pour lequel la chanteuse recommande à l’association une jeune pianiste de sa connaissance : Fanny Prandi. Diplômée des conservatoires de Rennes, Saint-Maur et Paris (CRR) en piano et en accompagnement, cette dernière travaille au Conservatoire National Supérieur de Paris depuis 2010 ; maniant avec une égale virtuosité les répertoires classique, d’opéra et d’opérette, elle s’allie à Aïko Shimouchi pour proposer à Tournesol un récital pour piano et voix atypique. D’une curiosité artistique sans limite et animée par une grande confiance envers ses artistes, l’équipe de l’association se laisse séduire par ce nouveau projet.

 

Des mélodies japonaises aux airs d’opéra : un récital atypique

L’originalité du programme concocté par Aïko Shimouchi et Fanny Prandi réside dans l’harmonieuse variété des morceaux proposés. Deux mélodies japonaises, « Kaze wo mita hito » (Qui a vu le vent ?) de M. Kinoshita et « Sakura yokocho » (Allée de cerisiers) de Y. Nakada, ouvrent le concert et introduisent d’emblée un certain exotisme, teinté de mélancolie. La légèreté prend ensuite le pas avec deux airs d’opérette, « Kommt ein shlanker Bursch gegangen », tiré de Annchen (Weber), et « Je suis encore tout étourdie », tiré de Manon (Massenet). Afin de laisser un moment de pause à la chanteuse, Fanny Prandi interprète en solo le 1er mouvement de l’opus 17 des Fantaisies de Schumann. Aïko Shimouchi enchaîne avec deux airs d’opéras italiens que ne manquent pas de reconnaître les patients présents : « O mio babbino caro » (Lauretta, Puccini) et « Monica’s Waltz » (Monica, Menotti). A leur langueur succède la jovialité de deux chansons de Gershwin, « Nice work if you can get it » et « I got rhythm », note finale de ce concert.

La performance se prolonge dans un bis puis un long moment d’échange entre certains patients et les artistes, qui se prêtent au jeu des photos-souvenirs et des autographes. Soigneusement préparées et encadrées sur place par l’équipe de Tournesol, Aïko Shimouchi et Fanny Prandi semblent rapidement à leur aise dans ce cadre pourtant particulier. Le programme, interprété avec force et finesse, a comblé ce public souvent averti et exigent. Un pari gagné pour ce nouveau duo, que Tournesol espère désormais compter dans sa programmation permanente.

Delphine Maugars pour Tournesol, Artistes à l’hôpital

Article Précédent

Article Suivant